LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

La séance du mardi 12 mars à 20h sera suivie d'une discussion avec Christian Dupraz, directeur de recherche à l'INRA et conseiller municipal, animée par Yann Guais de CoSciences, en partenariat avec la Cagette - Supermarché coopératif à Montpellier et Alternatiba. Séances de rattrapage les vendredis suivants.

L’ILLUSION VERT€

Werner BOOTE et Kathrin HARTMANN - documentaire Autriche 2018 1h37mn -

Du 12/03/19 au 09/04/19

L’ILLUSION VERT€Le géant pétrolier Shell fait la publicité des éoliennes. La multinationale Coca-Cola, qui assèche des puits dans des pays en développement, prétend jouer le rôle de gardien de l’eau potable. Premier géant européen du CO2, le géant de l’énergie RWE considère ses centrales à charbon comme des lieux propices à la protection des espèces, car les oiseaux y nichent. Et le patron d’Unilever, Paul Polman, affirme : « Unilever est la plus grande ONG du monde ». En réalité pour produire des plats cuisinés tels que la soupe en poudre, Unilever utilise huit millions de tonnes de matières premières, responsables de la destruction de la moitié des forêts du monde chaque année (bœuf, soja et huile de palme).
Aujourd’hui, les industriels investissent beaucoup de temps et d’argent à « verdir » leur image : voitures électriques, huile de palme labellisée bio, ou encore produits issus du commerce équitable… tout est fait pour nous déculpabiliser et expliquer que nous pourrions sauver le monde en consommant ces produits. Mais si à défaut de sauver le monde, ces achats responsables ne faisaient qu’enrichir les multinationales ?

Werner Boote, (réalisateur de Plastic Planet sorti en 2009) a parcouru le monde avec Kathrin Hartmann, journaliste, auteure et experte en éco-blanchiment, pour révéler l’envers du décor de cette industrie et il raconte : « Nous avons rapidement découvert à quel point ces mensonges verts étaient répandus : nous avons examiné de multiples exemples dans des domaines différents et analysé minutieusement les stratégies et les méthodes, pour nous rendre compte qu’elles étaient toujours les mêmes. Les cas présentés dans L’Illusion verte sont révélateurs de l’attitude de l’industrie en général. »

Partout dans le monde, la biodiversité diminue, les forêts meurent, les sols se dégradent, les océans sont souillés, les émissions de CO2 augmentent, l’esclavage se répand et la famine se développe, et tout cela à une vitesse alarmante. Et pourtant, les grandes entreprises parviennent toujours à couvrir leurs activités de base avec un voile vert. En agissant comme si elles s’attaquaient aux problèmes qu’elles ont causés elles-mêmes, elles respectent les lois et règlements qui les obligeraient autrement à exercer leurs activités de manière responsable sur le plan écologique aussi bien que social et donc à réduire leurs profits. La stratégie de l’éco-blanchiment ou greenwashing permet aux entreprises de vendre de la bonne conscience à leurs clients et de s’assurer bien sûr qu’ils continuent à consommer dans l’insouciance.