LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

LE TESTAMENT DU DOCTEUR MABUSE

(DAS TESTAMENT VON DOKTOR MABUSE) Fritz LANG - Allemagne 1932 2h01mn VOSTF - avec Otto Wernicke, Gustav Diessl, Rudolph Klein-Rogge... VERSION INTEGRALE RECONSTITUEE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE TESTAMENT DU DOCTEUR MABUSEDans l'Allemagne des années 30 règnent le chômage et la misère. L'inspecteur Hofmeister, visiblement très agité, tente de prévenir le commissaire Lohmann d'un danger imminent. Lorsque ce dernier le retrouve, Hofmeister est au comble de la terreur. A peine a-t-il eu le temps de tracer sur une vitre des signes d'apparence cabalistique qui, une fois déchiffrés, donnent un nom : « Mabuse ». Celui-ci, un célèbre criminel, est enfermé depuis plusieurs années dans un asile psychiatrique… d'où il dirige son organisation de malfaiteurs, qui met en œuvre son plan (forcément) diabolique pour mettre à bas la société et précipiter l'avènement d'un ordre nouveau. Un jeune homme de main repenti (forcément) héroïque découvre la machination et, après bien des péripéties, rebondissements, poursuites et violences diverses, Mabuse le fou sera vaincu. Vaincu ? Est-ce bien sûr ? Même la mort n'arrête pas la propagation du mal…
D'un personnage de roman-feuilleton créé par le français Norbert Jacques, Fritz Lang fait un héros hors-norme, plus qu'inquiétant, le mal personnifié. Avec l'imagination et le sens dramatique qu'on lui connaît (souvenons-nous de Metropolis ou de M. Le Maudit), il crée un univers halluciné, cauchemardesque où s'ébattent des créatures en proie à leurs passions. Après avoir conté en 1922 les premiers méfaits du Docteur qui l'ont conduit en prison, Fritz Lang retrouve son anti-héros à la fois libéré de toute contrainte physique (même enfermé, personne ne lui résiste) et en phase avec un moment politique et social de son point de vue idéal.

Pur film d'action de bout en bout jubilatoire, le film a été considéré comme un apologue anti-nazi, et le Docteur Mabuse comme une transposition à l'écran de Hitler lui-même. Lang a conforté cette interprétation. Il écrit en 1943, à la projection du film à New-York : « Ce film a été réalisé comme une allégorie, pour montrer les procédés terroristes d'Hitler. Slogans et doctrines du troisième Reich ont été placés dans la bouche des criminels. J'espérais ainsi exposer la théorie secrète du nazisme sur la nécessité de détruire systématiquement tout ce qu'un peuple a de plus cher. Jusqu'à ce que les gens, en proie au désespoir, essaient de s'en tirer par l'ordre nouveau »… Cet aspect anti-nazi étant contesté par d'autres, qui rappellent l'engagement dans le parti Nazi de la scénariste du film, Théa von Harbou, également compagne de Fritz Lang à l'époque. La légende veut qu'après avoir vu le film, les nazis aient proposé au réalisateur la direction du cinéma Allemand – provoquant sa fuite immédiate, rocambolesque, dans la nuit, à travers l'Europe vacillante, jusqu'aux États Unis. Il n'en reste pas moins que le parallèle reste frappant et que, dans ses clichés, le nazisme recoupe les constantes de la folie criminelle organisée…

Film fascinant, film inclassable, ce Testament… ne se laisse donc pas si facilement domestiquer… quoi qu'il en soit, hors toute controverse, il semble à ce point parfait qu'on serait bien en peine de dire, en toute sincérité, ce que le cinéma, en dehors de ses mutations technologiques, a bien pu inventer de réellement neuf au cours des 87 ans qui ont suivi sa réalisation. Au sommet d'un art pourtant jeune (le cinéma n'est parlant que depuis 4 ans, on est loin du théâtre filmé alors en vogue), Lang nous offre un film étonnant, remuant, avec des séquences d'action pure qui sont toujours aussi efficaces et des trouvailles de mise en scène époustouflantes – qu'on ne se lasse jamais de redécouvrir et de faire découvrir…