LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITE PMR bis
Suite aux retards des travaux de la ligne 5 et donc, par extension, sur notre cinéma, la rampe d’accès sur le côté du bâtiment ne sera pas modifiée avant la rentrée des vacances scolaires. Le cinéma reste donc accessible aux fauteuils roulants jusqu’au 5 janvier inclus.Avec toutes nos excuses po...

CALENDRIER - ACCESSIBILITE PMR
Chers spectateurs, voici une information concernant l’accès au cinéma, pendant les travaux de la ligne 5 du tramway :- du 14 novembre au 2 décembre 2019 : destruction et reconstruction de la rampe d’accès le long du bâtiment. Pendant cette période, et seulement cette période, le cinéma ne sera p...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

QUAND PASSENT LES CIGOGNES

Mikhail KALATOZOV - URSS 1958 1h37mn VOSTF - avec Tatiana Samoilova, Aleksey Batalov, Aleksandr Shvorin...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

QUAND PASSENT LES CIGOGNESMoscou, 1941. Veronika et Boris sont éperdument amoureux. Mais lorsque l’Allemagne envahit la Russie, Boris s’engage et part sur le front. Mark, son cousin, évite l’enrôlement et reste auprès de Veronika qu’il souhaite séduire. Sans nouvelle de son fiancé, dans le chaos de la guerre, la jeune femme succombe aux avances de Mark. Espérant retrouver Boris, elle s’engage comme infirmière dans un hôpital de Sibérie.

En 1958, Quand passent les cigognes obtient la Palme d’Or au Festival de Cannes et connaît un grand succès dans les salles françaises avec 5 millions de spectateurs. Suite à la mort de Staline, ce film témoigne de l’ouverture propre à cette période de « dégel », et dénonce les ravages de la guerre. Le visage de la jeune actrice Tatiana Samoïlova, sublimé par les trouvailles visuelles de Sergueï Ouroussevski, crève l’écran. Mikhaïl Kalatozov signe un film virtuose, dont le lyrisme accompagne magnifiquement cette histoire d’amour sur fond de Seconde Guerre mondiale.
Sur un scénario du dramaturge Victor Rozov, Mikhaïl Kalatozov a la possibilité d’exprimer ce qui est pour lui « une page de la vie de notre peuple, animée du souffle ardent de notre époque, de ce sentiment d’intense amour qui a sauvé l’humanité de la servitude fasciste, et conquis la paix pour tous les peuples. »
Loin du conformisme stalinien et à l'écart de toute propagande, le film s'est débarrassé des poncifs qui alourdissaient encore le cinéma soviétique de l’époque. Quand passent les cigognes fuit le réalisme et dépeint une histoire d’amour poignante sur fond de guerre.
Le titre, qui évoque les grues qui traversent plusieurs scènes (rebaptisées cigognes pour la distribution française), souligne la primauté des forces de la nature sur toutes les autres, les guerres et les dictatures ne pouvant rien sur les saisons. Imprégnée de poésie, la mise en scène de Mikhaïl Kalatozov tend vers un style sobre et dépouillé. La lumière et les longs mouvements de la caméra de Sergueï Ouroussevski retrouvent la puissance du cinéma muet.
Quand passent les cigognes reste à ce jour le seul film russe ou soviétique à avoir obtenu la Palme d’Or à Cannes.