LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

La Lettre de Wajdi Mouawad
“Nogent-sur-Marne, le 12 avril 2020Mon cher petit garçon, T’écrire ces quatre mots me bouleverse. Ils rendent si réel l’homme que tu es, en cet aujourd’hui qui est le tien, quand, dans celui qui est le mien, tu n’es encore qu’un enfant. Cette lettre je l’adresse donc à l’homme que tu n’es pas en...

MARDI 19 NOVEMBRE à 20h
Séance unique dans le cadre du Festival Migrant'scène suivie d'un débat avec la Cimade et SOS Méditerranée

STRANGE FISH

Giulia BERTOLUZZI - documentaire Italie 2019 53mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

STRANGE FISHQuel effet peut avoir la vue d’un cadavre flottant dans l’eau comme un étrange poisson ? « Strange Fish » évoque la chanson Strange Fruit de Billie Holiday où, dans l’indifférence générale, la violence contre les Noirs est normalisée au point que « des corps noirs pendent des arbres » comme des fruits bizarres. Au sud de la Méditerranée, le sentiment est le même. Dans la ville tunisienne de Zarzis, sur la frontière libyenne, les pêcheurs partent chaque jour avec l’angoisse de trouver en mer le corps flottant d’un migrant mort. Depuis 2011, suite à la guerre civile libyenne et au développement du trafic d’êtres humains, le nombre de migrants par bateau au départ des côtes libyennes a fortement augmenté. De même que celui des victimes en mer retrouvées le long des zones côtières, près de lieux de départs (notamment Sabratah, Zaouia et l’est de Tripoli). Les cadavres sont parfois repoussés par les vagues jusqu’aux plages, et parfois retrouvés en mer par des pêcheurs choqués.

Mais la réalisatrice italienne Giulia Bertoluzzi ne s’arrête pas au drame des « damnés de la mer » et à l’indifférence qui les entoure, elle veut plutôt raconter la réaction profonde et humaine des héros anonymes de Zarzis. Le film dresse le portrait de de Salah Mecherek, capitaine d’un bateau de pêche à la sardine, de Chemseddine Bourassine, président de l’association des pêcheurs, et de Chemseddine Marzoug, ex-pêcheur, bénévole pour le Croissant Rouge et actuel fossoyeur pour les nombreux inconnus qui s’échouent sur la côte. Depuis 15 ans, ces hommes de la mer ont aidé et sauvé des milliers de personnes. « Et si on les retrouve morts, on les aide aussi, on les enterre », dit Chamseddine Marzoug.

(d'après Primed.tv et le Fifdh de Genève)