LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 6
Chers spectateurs,Petit point travaux : la rampe d’accès PMR est enfin praticable (malgré le fait que les travaux ne sont pas encore terminés, et que c’est encore un peu le chantier) pour les personnes en fauteuils roulants.Cordialement ... Lire CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 6...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 5
Chers spectateurs,Les travaux ayant pris du retard (et n’étant pas encore terminés), nous sommes désolés de vous annoncer que la rampe PMR n’est toujours pas accessible aux fauteuils roulants !N’hésitez pas à nous appeler (0467523200) pour connaître l’avancement de la situation, de fait de ne pa...

JEUDI 12 DÉCEMBRE A 20H, séance unique proposée et présentée par l'équipe du MO.CO -dans le cadre de l'exposition Les non-conformistes. Histoire d'une collection Russe.

LÉVIATHAN

Andreï ZVIAGUINTSEV - Russie 2014 2h21mn VOSTF - avec Alexeï Serbriakov, Elena Liadova, Vladimir Vdovitchenkov, Roman Madianov, Anna Oukolova, Alexeï Rozine, Sergueï Pokhodaev... Scénario de Andreï Zviaguintsev et OIeg Neguine. Festival de Cannes 2014 : Prix du Meilleur scénario. Musique de Philip Glass.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LÉVIATHANIl y a des paysages, des contrées qui prédisposent naturellement à la tragédie, en tout cas aux histoires qui dépassent les humains et jouent avec eux comme avec des marionnettes. C'est le cas des rivages de la mer de Barents, aux confins septentrionaux de la Russie, juste sous l'Océan Arctique. Des terres convoités de plus en plus pour leurs richesses souterraines. Et pourtant c'est un fait divers américain qui a inspiré au surdoué du cinéma russe Andreï Zviaguintstiev cette nouvelle merveille, de nouveau primée dans un grand festival international (Le Retour, son premier long métrage, avait décroché le Lion d'Or au Festival de Venise 2003, et son précédent et tout aussi magnifique Elena avait reçu le prix Un Certain Regard au Festival de Cannes en 2012). Ce fait divers s'est déroulé au Colorado en 2004, et concernait un modeste soudeur dont l'atelier jouxtait une entreprise en faillite, qu'un grand groupe américain avait décidé de racheter avec les terres attenantes. Et le soudeur s'était retrouvé avec une procédure d'expropriation sur le dos. Le brave homme épuisa en vain tous les recours juridiques avant de péter les plombs et d'aller détruire à la pelleteuse une partie des bâtiments administratifs de sa ville…

Ici nous allons suivre Kolia, solide garagiste qui vit donc dans une petite ville au bord de la mer de Barents, avec sa jeune femme Lilia et son fils Roma, qu'il a eu d'un précédent mariage, un adolescent dans la fleur de l'âge ingrat. Il a une maison juste à côté de son garage, posée sur les hauteurs avec vue sur la mer sauvage. Un modeste paradis menacé par le maire de la ville, Vadim Cheleviat, qui veut à tout prix le racheter pour un projet mystérieux. Se sentant acculé, Kolia fait appel à son vieil ami Dmitri, avocat moscovite. Mais aux regards que s'échangent Dmitri et Lilia, on peut prévoir que leur relation va rajouter de la complexité à une situation qui se dégrade jour après jour…
À partir d'un canevas simple et d'une grande efficacité dramatique, Zviaguintstiev construit un récit implacable qui suit le destin – qu'on devine inexorable – de Kolia, acceptant, irréductible, d'affonter le chaos. Le cinéaste en profite évidemment pour décrire, avec un humour acide et cruel, une société en pleine déliquescence où alcool, cupidité et religion pervertie font bon ménage, au-dessus ou complètement à côté de la morale, de la loi ou de ce qu'il en reste, les tentatives désespérées de l'avocat Dmitri pour la faire respecter semblant bien dérisoires. Le maire, petit rougeaud pathétique mais diablement nuisible, incarné par un acteur aussi génial que méconnu, fera sans aucun doute figure de modèle pour la représentation des oligarques locaux dans le cinéma russe ! La scène absurde qui voit Kolia et quelques amis (dont le chef de la police déclarant pouvoir s'enivrer sans risque puisque lui seul contrôle les conducteurs alcooliques !) rouler cent kilomètres pour aller tirer au fusil d'assaut sur l'effigie d'anciens dignitaires du régime au bord d'un lac, tout en s'enfilant des litrons de vodka bon marché, est anthologique.

Égrenant aussi son chapelet d'arrestations arbitraires, de violences policières et de décisions judiciaires d'une bêtise crasse, Leviathan – le titre est une référence directe à l'œuvre du philosophe Hobbes, qui prônait la puissance de l'État juste pour régir la guerre des intérêts individuels – s'avère une charge morale d'une puissance inouïe, d'une mordante ironie où l'État dévoyé et l'Église toute puissante sont justement au service exclusif des intérêts de quelques individus.