UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

L’HYPOTHÈSE DÉMOCRATIQUE, UNE HISTOIRE BASQUE

Thomas LACOSTE - documentaire France 2021 2h20mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’HYPOTHÈSE DÉMOCRATIQUE, UNE HISTOIRE BASQUE« Je suis très heureux de découvrir ce film, qui s’avère extraordinaire pour comprendre pourquoi ce peuple a participé à la lutte pour l’indépendance basque. C’est un récit réfléchi et mesuré, raconté par ceux qui ont fait de nombreux sacrifices. Leur intégrité transparaît. La discussion sur ce qui constitue la démocratie est centrale. L’Hypothèse démocratique ne fait aucun compromis et laisse aux personnages le temps de parler, de trouver leur propre rythme, sans interruption. Je suis très favorable à cette approche… Ce film est extrêmement précieux et sera vu pendant de nombreuses années. » Ken Loach

De l’ETA, l’imagerie médiatique française véhicule essentiellement des attentats forcément aveugles et des conférences de presse tenues par des individus portant cagoule et béret. Le réalisateur Thomas Lacoste fait œuvre indispensable en rappelant, avec force images d’archives et interviews, notamment d’anciens responsables de l’ETA, les vérités fondamentales sur une organisation et sur une guerre qui fut la plus longue du xxe siècle, puisque elle a commencé en 1936, quand Franco et ses sbires ont lancé leur coup d’état contre le gouvernement populaire espagnol démocratiquement élu.
Ce documentaire passionnant et impressionnant – on est très conscient de l’énorme travail de recherches et de défrichage qu’il représente – retrace toutes les étapes du conflit, depuis la guerre d’Espagne jusqu’à la dissolution unilatérale de l’ETA (Euskadi Ta Askatasuna, qu’on traduit par Pays Basque et Liberté, créé en 1958 par la jeunesse basque de gauche) en 2018.
Quatre-vingts ans d’une histoire complexe, violente, controversée, mais également d’une réflexion profonde sur la question de la démocratie et du rôle de l’Etat.
Par le choix des intervenants – et des intervenantes : de nombreuses femmes ont participé activement à la lutte –, par le temps accordé à leur parole, Thomas Lacoste laisse se dessiner peu à peu tous les enjeux, les espoirs, les contradictions aussi. S’il se place clairement du côté de la gauche abertzale, il n’occulte pas pour autant les réalités sombres du conflit. Il dévoile également le jeu trouble joué par les gouvernements français et espagnol, qui n’ont pas fait grand-chose pour encourager la démarche de transition vers la fin de la lutte armée entreprise par l’ETA.
Le film éclaire ainsi de l’intérieur une lutte souvent mal connue ou caricaturée et ouvre des perspectives nouvelles sur notre manière d’appréhender ce type de mouvements et d’événements qui ont existé, existent ou existeront à travers le monde.
En résumé, Ken Loach a bien raison !