MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

SORRY WE MISSED YOU

Ken LOACH - GB 2019 1h40mn VOSTF - avec Kris Hitchen, Debbie Honeywood, Rhys Stone... Scénario de Paul Laverty.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SORRY WE MISSED YOUSi Bourdieu considérait la sociologie comme un sport de combat, il est indéniable que Ken Loch utilise le cinéma comme une arme de poing. Levé, le poing, c’est bien le moins qu’il puisse faire pour, dit-il « défier le récit des puissants », documenter à hauteur d’hommes et de femmes l’histoire des violences faites à la classe ouvrière depuis la fin du 20ème siècle. Ken Loach, c’est quarante-cinq ans passés derrière la caméra, à raconter les effets dévastateurs du libéralisme sur la société. Il nous avait à nouveau annoncé sa retraite après Moi, Daniel Blake, mais c’est bien la violence de l’étau social, la nécessité de la raconter, qui le ramène encore une fois au cinéma, dans un récit ici encore plus sec, épuré et doté d’une force de frappe étourdissante. À 83 ans, il signe l’un de ses meilleurs films !
À l’inverse de Moi, Daniel Blake, qui s’ouvrait sur un rendez-vous au pôle emploi anglais, Sorry we missed you s’engage sur un entretien d’embauche. Espoir, pense-t-on ?

Ricky, bourreau de travail, était ouvrier dans le bâtiment. C’était avant l’effondrement des banques et des organismes de crédit, avant qu’il ne perde son boulot. Avant, c’est aussi le moment où il est tombé amoureux d’Abby, lors d’un grand festival rock. Depuis ils ont fondé une famille, ils sont devenus les bons parents de Seb, 16 ans, qui sèche l’école dès qu’il peut pour exprimer son talent artistique sur les murs de la ville, et de Liza Jane, gamine brillante, pétillante et pleine d’humour, rouquine comme son père. Espoir donc : de cesser d’enchaîner les petits boulots, les contrats zéro heure et d’enfin s’en sortir, espoir de cesser de tirer le diable par la queue et de pouvoir enfin régler les dettes et accéder peut-être à la propriété tant souhaitée par Abby. Elle qui rêve d’une jolie petite maison qu’elle pourrait décorer elle-même et qui donnerait à la famille le cadre d’une vie décente. Une vie normale quoi !
Et le sésame pour Ricky, c’est cette nouvelle forme de travail qu’est l’auto-entrepreneuriat, ce travail où chacun est son propre patron, on ose le gros mot : l’ubérisation. Ricky sera chauffeur-livreur, payé à la course. L’entretien d’embauche, c’est Maloney, le patron du hangar, qui le mène. C’est lui qui donne les missions. Ici, plus on travaille, plus on gagne. Pas de contrat, chacun est son propre responsable et possède son outil de travail. Puisqu’il s’agit de livraisons, il faudra acheter un camion – ainsi que le pistolet-liseur qui permet de scanner les colis… Ricky y croit, fonce tête baissée, apprend à s’exploiter lui-même…
De son côté Abby est aide à domicile. Elle travaille quatre soirs par semaine. Dépossédée de sa voiture pour financer l’outil de travail de Ricky, elle passe des heures dans les transports en commun pour aller de rendez-vous en rendez-vous. Payée à la tâche elle aussi, elle court, saute d’un bus à l’autre, fait tout pour prendre soin, coûte que coûte, des personnes qui dépendent d’elle, comme si elles étaient toutes sa grand-mère dit-elle.
Sorry we missed you, c’est l’histoire d’une famille qui doit survivre à la loi du plus fort de l’économie de marché, et qui tente vaille que vaille de maintenir un semblant d’unité. C’est l’histoire d’une famille qui pourrait partir en vrille si elle cessait de porter sur l’autre un regard bienveillant. Un père sur son fils qui se cherche, une mère sur ses enfants qu’elle voit trop peu. Une gamine qui fait de son mieux pour faire le lien entre tous.
« Sorry we missed you », c’est aussi le petit mot que Ricky dépose dans la boîte aux lettres lorsque le client de la commande n’est pas chez lui pour réceptionner son colis : « Désolé, vous n’étiez pas là quand nous sommes passés. » Il faudra donc y retourner.