MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

THE FATHER

Florian ZELLER - GB 2020 1h38mn VOSTF - avec Anthony Hopkins, Olivia Colman, Imogen Poots, Mark Gatiss, Olivia Williams, Rufus Sewell... Scénario de Christopher Hampton et Florian Zeller, d’après sa pièce de théâtre, Le Père (2012).

Du 26/05/21 au 04/07/21

THE FATHERUne fois de plus le défi est terrible : comment raconter sans trop en dire ? Chapeau bas en passant à la remarquable bande-annonce du film, qui relève haut la main le défi…
Ne cherchant nullement à cacher son origine théâtrale, l’intrigue se déroule presque exclusivement dans un appartement tiré à quatre épingles, aux boiseries soigneusement cirées. La cage d’escalier qui y monte respire la classe tranquille, le confort cossu. Dans le royaume d’Anthony (le personnage porte le même prénom que son interprète), pas un grain de poussière n’ose se manifester et chaque élément du décor raconte l’aisance d’une existence parvenue à son apogée. Du haut de ses 81 ans, notre homme trône tel un vieux monarque qui se sait sage, peu habitué à ce qu’on lui tienne tête. Un roc, un cap, un phare qui brille et dirige sa vie et sa lignée en chef d’orchestre incontesté. Il a l’intelligence acérée de l’ingénieur qu’il fut : un cerveau de fer sous un sourire de velours, un regard redoutable, d’un bleu changeant, capable de retourner tout son auditoire. Anthony Hopkins excelle dans dans ce rôle taillé sur mesure par Florian Zeller et porte tout du long ce premier film magistral, thriller psychologique déchirant avec pour seul assassin le temps qui passe. Quel ennemi saurait être plus implacable ? À moins qu’une étrange et malaisante machination soit entrée en action ? Car autour d’Anthony, de petits indices s’immiscent, perturbant l’éternelle sérénité de la musique classique qui accompagne ses jours. Le quotidien se trouble, s’émaille de faux semblants, se joue de ses nerfs comme des nôtres. Nous voilà sur le fil du rasoir. Malgré ses airs attentionnés, se pourrait-il que sa fille aînée, Anne (remarquable Olivia Colman), soit en train de manigancer pour s’accaparer l’héritage, et tout particulièrement ce magnifique appartement ? Chercherait-elle à se débarrasser de ce vieux père encombrant ? Et cette façon qu’elle a de vouloir toujours lui flanquer dans les jambes des aides à domiciles, ces parasites inutiles, qui, selon le vieil homme, l’entravent plus qu’elles ne l’épaulent ! Et pourquoi la cadette, sa fille préférée, ne réapparait-elle plus ? Le doute plane, de plus en plus intense, peuplé d’intentions inavouables, tapies dans des replis de conscience, prêtes à fondre sur leurs proies. Le récit se déstructure, nous trimbale dans les méandres des incertitudes sans autre option que de suivre le courant, de s’avouer vaincus comme le personnage principal, comme tous les personnages.

Impossible de résister aux rouages de ce scénario au cordeau, au jeu impeccable des acteurs, tout en tension et en finesse, débordant d’humanité retenue. Ils donnent chair à cet épatant huis-clos intime qui atomise progressivement murs et codes, désarticule méthodiquement l’espace et le temps, pour toucher à l’universel.
La force vulnérable d’Anthony nous émeut, sa dignité pudique nous bouleverse tandis que le piège se referme sur lui et sur son entourage. Il n’y aura pas de retour en arrière pour les secondes mélancoliques que les aiguilles du temps décapitent inexorablement.
C’est beau, c’est dérangeant, c’est bouleversant. C’est la vie… L’insoutenable fragilité de nos existences.