MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

PRÉSIDENTS

Écrit et réalisé par Anne FONTAINE - France 2021 1h - avec Jean Dujardin, Grégory Gadebois, Pascale Arbillot, Doria Tillier...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PRÉSIDENTSCette comédie jubilatoire et poétique deviendra-t-elle un film d’anticipation politique ?
Anticipation de quelques mois puisque nous sommes à la fin de l’année 2021, alors que les radios annoncent l’écroulement de la cote de popularité de notre jupiter national à quelques mois de l’élection présidentielle, tandis que celle d’un autre ancien président, François, retiré de la vie politique dans la campagne limousine, connaît une sacrée embellie. Quelque part dans un appartement cossu de l’Ouest parisien, Nicolas, un autre ancien président, y voit l’opportunité de briser la monotonie d’une vie un peu trop tranquille aux côtés de son épouse cantatrice, une vie rythmée par la passion des aspirateurs dernier cri et la promenade de l’horrible pincher nain familial. Pourquoi ne formerait-il pas avec François un duo de campagne pour battre la Marine au plus haut dans les sondages (ça c’est tristement crédible) et le Manu totalement dans les choux ? Bon, quand on sait que Nicolas est incarné par Jean Dujardin, 1m82, alors que le vrai Sarkozy arrive à peine, sans talonnettes, à l’épaule de Carla, on ne peut s’empêcher d’être sceptique. Et pourtant, dès les premières mimiques, tics de langages, haussements d’épaules de l’acteur, on y est, on y croit.

Mais revenons au récit. C’est décidé, voilà Nicolas, flanqué de son inévitable garde du corps, qui prend le premier train pour la Corrèze et s’installe au premier hôtel venu à Uzerche, qui candidate au titre de la ville la plus ennuyeuse au monde. À quelques kilomètres de là, François s’est construit une existence partagée entre l’apiculture et la lecture – qui semblerait presque plus monotone que celle de Lionel à l’Ile de Ré –, aux côtés d’Isabelle, vétérinaire de campagne à l’esprit vif et acéré, qui compte bien faire tout ce qui est en son pouvoir pour que son aimé ne rechute pas dans cette terrible maladie qu’est la politique et la lutte pour le pouvoir.
Notre bonheur de spectateur vient d’abord de la performance exceptionnelle des deux acteurs, Jean Dujardin, qui incarne donc à merveille l’ex-ancien avocat Sarkozy, survolté et en pleine crise de manque de politique et de lumière, et l’extraordinaire Gregory Gadebois, qui sait parfaitement décliner les facettes contradictoires de Hollande : son côté débonnaire de président « normal », son humour et ses phrases assassines, et son côté séducteur tranquille mais efficace qu’il exerce même sur Nathalie (Doria Tillier), l’épouse de Nicolas. Mais il y a aussi une ribambelle de dialogues savoureux ou de situations cocasses qui font franchement rigoler.

Mais Anne Fontaine ne s’arrête pas à la farce : elle construit habilement une fable acide – que n’auraient pas reniée les meilleurs représentants de la comédie italienne – sur l’absurdité politique de notre système présidentiel, qui emprisonne la pratique démocratique et nous conduit droit dans le mur. Mais avant de réfléchir, on sourit volontiers et on rit sans regret, et ça fait du bien !