MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LES NUITS DE MASHHAD

Écrit et réalisé par Ali ABBASI - Suède / Danemark 2022 1h56mn VOSTF - avec Zar Amir Ebrahimi, Mehdi Bajestani, Arash Ashtiani, Forouzan Jamshidnejad... Festival de Cannes 2022 : Prix d’interprétation féminine pour Zar Amir Ebrahimi.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES NUITS DE MASHHADSi vous pensiez avoir tout vu sur la réalité de l’Iran contemporain, Les Nuits de Mashhad va vous détromper séance tenante ! Ali Abbasi, réalisateur d’origine iranienne expatrié en Suède, déjà auteur de l’excellent et totalement suédois Border (2018), revient à son pays natal – même si le tournage s’est déroulé en Jordanie – avec un thriller implacable qui ne devrait laisser personne indifférent. En tout cas, du côté du ministère iranien de la Culture, la sélection du film au festival de Cannes et le Prix d’interprétation décerné à l’actrice Zar Amir Ebrahimi ont suscité de virulentes protestations, preuve que le cinéma peut encore exercer une forme de contre-pouvoir quand il décide courageusement de s’aventurer sur le champ des problématiques religieuses, sociales et politiques d’un pays. L’excellent polar égyptien Boy from heaven, qui situe son action dans une école religieuse du Caire, et que vous découvrirez bientôt sur nos écrans, en est un autre bon exemple.

Scindé en deux parties assez distinctes, le film nous entraîne d’abord dans les quartiers populaires de Mashhad, troisième plus grande agglomération de l’Iran. Une ville très religieuse qui attire plus de vingt millions de pèlerins musulmans chaque année.
On y suit en parallèle deux trajectoires : celle de Rahimi, une jeune femme journaliste d’un grand quotidien de Téhéran, tout juste arrivée dans cette ville sainte pour enquêter sur une série de meurtres de femmes prostituées, et celle de Saheed, l’assassin, rôdant la nuit sur sa mobylette dans les faubourgs de la cité, choisissant sa proie, l’attirant dans sa toile avant de l’étrangler sauvagement.
Crime après crime, le film gagne en tension, dessinant petit à petit le portrait psychologique de ces deux personnages. D’un côté un « serial killer la nuit / bon père de famille le jour », vétéran de la guerre Iran – Irak, à la fois sadique et mythomane, autopersuadé d’être investi d’une mission divine (personnage d’une noirceur et d’une ambivalence insondables, interprété à la perfection par l’acteur de théâtre iranien Mehdi Bajestani), de l’autre, une femme indépendante, combative et déterminée (Zar Amir Ebrahimi est de fait formidable et n’a pas volé sa breloque cannoise), qui se rend compte rapidement qu’elle ne pourra compter que sur elle-même pour faire la lumière sur cette affaire terrifiante de féminicides.

Et c’est là que réside le point de bascule du film, qui progressivement quitte le genre thriller pur pour proposer une réflexion passionnante sur la manière dont une société conservatrice semble totalement paralysée et intoxiquée par la rigidité de ses dogmes. Lesquels empêchent les institutions policières, judiciaires et religieuses de prendre la mesure de l’atrocité fondamentale de ces crimes (et des actions qui doivent être menées en conséquence) et, pire encore, aveuglent totalement une partie de la société qui va jusqu’à douter de la culpabilité réelle du tueur ! Après tout, cet homme n’aurait-il pas contribué à « nettoyer » la ville de ces prostituées, de ces droguées qui sont la honte de certains quartiers ? Glaçant… mais véridique.
Basée sur des faits réels survenus en 2000 et 2001, cette histoire porte en elle les germes d’une colère profonde. Le regard porté sur les victimes mais plus généralement la place accordée aux femmes dans la société iranienne doit changer, nous dit le réalisateur. En choisissant une héroïne comme personnage central de son film, Ali Abbasi défie frontalement et courageusement l’ordre établi et pose la question de l’avenir de ces sociétés fondamentalistes, patriarcales jusqu’à la moelle et jusqu’à l’absurde, s’enfonçant toujours plus dans l’obscurantisme.