MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

DE L'AUTRE CÔTÉ DU CIEL

Yusuke HIROTA - film d'animation Japon 2020 1h40mn - Pour les enfants à partir de 7 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DE L'AUTRE CÔTÉ DU CIELTout commence par une nuit d’Halloween un brin magique, une nuit de tous les possibles. Une nuit par laquelle un fantastique cœur brillant comme une luciole va fendre le ciel de la Ville Cheminée pour atterrir dans un tombeau de décombres… L’épopée ne va pas s’arrêter là puisque, pour mieux battre, un cœur a besoin d’un corps. Le voilà qui met toute son énergie pour se le façonner, attirant vers lui toutes sortes d’objets – pinceaux, tournevis, sandale, klaxon et même un bout de tissu rafistolé en guise de cape… Donnant naissance à Poupelle !
S’il n’était pas si haut en couleurs, l’on pourrait croire à une créature se fondant à merveille dans l’ambiance étouffante de cette ville aux noirs nuages endeuillant perpétuellement le ciel. Une cité lardée de cheminées monumentales qui recrachent infatigablement des volutes impures, de la fumée si dense qu’elle rend le soleil inaccessible aux regards. Un univers à l’horizon rétréci, comme le cœur des hommes ici, où pas un oiseau ne chante, où nulle végétation ne pousse. Les lumières artificielles ont remplacé les étoiles de jadis dont personne ne semble plus soupçonner l’existence. Les derniers qui s’en souviennent secrètement doivent se taire…
Les sbires du régime autoritaire sont toujours prêts à sillonner la mégalopole tentaculaire pour débusquer d’éventuels lanceurs d’alerte, qui tels « Le Petit Prince » de Saint-Exupéry pourraient rendre un vibrant hommage aux étoiles qu’on oublie de regarder. Mais une chose va échapper aux inquisiteurs : la rencontre entre le jeune Lubicchi et Poupelle, qui va tout de suite épouser les rêves solitaires et inavouables du garçon, à savoir révéler les étoiles que tout le monde pense sorties de l’imagination de son père disparu. L’union fait la force et la grande amitié qui va naître entre nos deux héros leur donnera le courage de se battre coûte que coûte. Qu’importe les montagnes à soulever : ils seront là l’un pour l’autre, comme de bonnes fées, jusque dans un feu d’artifice final formidablement émouvant…

Évidemment l’on se doute que derrière le conte se cache un pamphlet écologique qui ravira petits et grands par sa sophistication narrative et la beauté époustouflante de sa production, mêlant tous les types d’animation, à juste titre sélectionné en compétition au Festival d’Annecy qui met en lumière chaque année les meilleurs films d’animation à venir.
Résolument positif et coloré, le film est une réussite cinématographique totale digne des plus grands studios d’animation japonais, équilibrant féérie avec action, humour (c’est Philippe Katerine qui prête sa voix à Poupelle), tendresse mais aussi grande sagesse. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu au cinéma un film d’animation qui rappelle L’Étrange Noël de monsieur Jack (1993) de Henry Selick, écrit par Tim Burton, capable de faire coexister des univers et des genres antagonistes : le merveilleux et l’inquiétant, le beau et l’affreux, la lumière et les ombres. Un fantastique hymne à la différence, en somme, engagé et magique.