MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 315 DU 18 JANVIER AU 21 FÉVRIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 315 DU 18 JANVIER AU 21 FÉVRIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 314 DU 7 DÉCEMBRE 2022 AU 17 JANVIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)
     ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 314 DU 7 DÉCEMBRE 2022 AU 17 JANVIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LES HUIT MONTAGNES

(LE OTTO MONTAGNE) Écrit et réalisé par Charlotte VANDERMEERSCH et Felix VAN GROENINGEN - Italie 2022 2h27mn VOSTF - avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi, Filippo Timi, Elena Lietti... D’après le roman de Paolo Cognetti. Prix du jury, Festival de Cannes 2022.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES HUIT MONTAGNESPietro (Luca Marinelli, déjà héros du magnifique Martin Eden) est un garçon de la ville, Bruno (Alessandro Borghi, moins connu chez nous) le dernier enfant à vivre dans un village oublié du Val d’Aoste. Les deux jeunes garçons se lient d’amitié dans ce coin caché des Alpes qui leur tient lieu de royaume. La vie les éloigne sans pouvoir les séparer complètement, leur amitié est à la vie, à la mort…
Mais comment le couple Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen, belges jusqu’au cou, autrement dits issus du « plat pays », en vinrent à s’embarquer sur les hauteurs des montagnes italiennes pour leur premier film en commun derrière la caméra ? À regarder de plus près la filmographie de Felix Van Groeningen, l’homme exultait déjà le désir de voyage, d’étranger, comme en témoigne Alabama Monroe (2013), mélo imprégné des sonorités américaines du Folk Grass. Les Huit montagnes, best-seller planétaire de Paolo Cognetti, grand roman d’apprentissage et de filiation, est l’occasion rêvée pour le réalisateur de prolonger son goût pour les sagas familiales, emblématiques de son cinéma (on pense également à La Merditude des choses en 2009, à Belgica en 2016, etc).
Quant à Charlotte Vandermeersch, elle a grandi à la campagne dans les années 1980 et 1990, baignant dans ce monde où les fermiers vivaient comme si le temps s’était arrêté. Son père était très attaché à ce mode de vie, pour son authenticité sa pureté : ce n’était pas un univers romantique pour elle, mais un monde bien réel…

Pour conserver à l’histoire de Pietro et Bruno toute sa puissance originelle et romanesque, Van Groeningen et Vandermeersch ont tourné le film en italien. Aussi différents soient-ils enfants, les étés passés dans un hameau montagnard quasi désert rapprochent le citadin et le campagnard, le premier apprenant la liberté d’une vie rurale, le second trouvant l’affection et l’éducation auprès d’une famille de substitution. Une fois devenus adultes, bien qu’ayant une conception opposée de la vie (Bruno est resté sur sa montagne et ne se voit pas ailleurs, Pietro ne tient pas en place, arpentant le monde jusqu’aux sommets népalais), la petite maison qu’ils ont rénové du plancher au toit sera désormais leur boussole, le lieu qu’il ont en commun, une bulle hors du monde. Mais aussi un leurre : s’ils ont l’impression de s’y ressourcer, cette maison renforcera leurs fuites respectives comme les non-dits.
À travers le portrait dense de ces deux hommes qui se ressemblent surtout par leur incapacité à exprimer leurs sentiments profonds, Les Huit montagnes devient un remarquable état des lieux d’une masculinité sans repères, s’illusionnant dans une quête du bonheur ne les menant qu’à des compromis.
En plus de leur écriture aussi fluide que fine, les deux réalisateurs brillent par leur éclatante mise en scène : l’image, au format carré, s’emplit de toujours plus d’émotions pour accompagner l’ascension spirituelle de ces deux frères d’âmes. C’est très, très beau.