Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Deux séances spéciales ce week-end!
Il est vivement conseillé d'acheter vos places en avance!Dimanche 14 mai à 10h30 avec le subtil et réjouissant RARA (texte complet du film sur le site d'Utopia Avignon)!Pour faire cisrculer l'information c'est cet événemant facebook.  Et vous étiez une centaine ce samedi pour le film l'Opéra! Mer...

JE M'APPELLE
dimanche 7 mai, jour d'élection, jour de marché… Incroyable surprise sur la place de la mairie : Garniouze était-là avec son nouveau spectacle de rue. Toujours aussi populaire, politique, prenant… Seule déception: n'avoir pas su qu'il était-là et en avoir loupé une partie.  « Je m’appelle » retra...

"Sans revenu, point citoyen"
Edito gazette n°235 Stimulante n'est-il pas, cette campagne électorale ? Stimulante et surprenante, tellement il était impossible d'imaginer qu'un jour il reviendrait à la gauche l'idée pour le moins improbable de redevenir la gauche. Ben oui ! Pincez vous vieux crabe, dans un espace de plus en...

PROJECTION UNIQUE LUNDI 7 DÉCEMBRE à 20h10 à Tournefeuille en présence de Pierre BECCU et de Xavier DENAMUR qui signera son bouquin ET SI ON SE METTAIT ENFIN À TABLE à l’issue de la séance (achetez vos places à partir du 28 novembre).

REGARDS SUR NOS ASSIETTES

Pierre BECCU - documentaire France 2015 1h15mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

REGARDS SUR NOS ASSIETTESIls étaient six étudiants en géographie d'Annecy… On sait que les jeunots mangent n'importe quoi et n'importe comment, à n'importe quelle heure, qu'ils ne font pas assez de sport, dépensent tous leurs sous en smartphones, fringues et autres couillonnades… mais rien n'est définitif ! Et ceux du film font mentir les sondages du Figaro et du Monde : il suffit de commencer à réfléchir et quand on commence… il n'y a plus de raison que ça s'arrête, c'est bien connu.

Au point de départ : un atelier cinéma commencé en 2010 sous la houlette du réalisateur Pierre Beccu. Puis les six étudiants se sont pris au jeu, emportés par leur sujet, enchaînant des rencontres emballantes… Peu à peu le projet d'un long métage s'est imposé, structuré et cela donne, quatre ans plus tard, un film revigorant et optimiste car plutôt que de se lamenter sur les dégâts que notre consommation excessive et irréfléchie provoque sur la planète, ils construisent leur film, à la manière d'une enquête, en se posant quelques questions basiques, interrogeant les alternatives qui pointent leur nez tout près de chez eux.
Du supermarché aux producteurs locaux, ils interrogent et remontent avec légèreté et humour jusqu'à la source des aliments qui remplissent leur assiette et, au gré des rencontres, découvrent que d'autres se sont posés les bonnes questions avant eux : est-ce que je me nourris bien, comment c'est fait ? D'où ça vient ? Qui cela fait-il vivre ? Quel est le sens aujourd'hui du métier d'agriculteur ? Ils ne s'en doutaient pas, mais découvrent que boulangers, éleveurs, paysans, dans leur propre région, réinventent d'autres pratiques alimentaires et économiques, aux antipodes du modèle industriel dont on voudrait nous faire croire qu'il est incontournable.

Comment faire quand on a entre 18 et 25 ans et qu'on ne veut pas mourir idiot et obèse… Coluche disait « quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent plus pour que ça ne se vende pas »… C'est ludique, mais nos candides découvrent qu'en changeant leur façon de manger, ils commencent à changer le monde… Le film a trouvé son financement en passant par Touscoprod, une forme de financement participatif où chacun peut apporter sa contribution si le sujet proposé l'intéresse, dans la droite ligne de la démarche alternative de Pierre Beccu et de ses six apprentis-réalisateurs.

ET SI ON SE METTAIT ENFIN À TABLE : c'est le dernier bouquin de Xavier Denamur, défenseur acharné des « circuits courts », de la bonne bouffe de proximité, connu pour son franc parler à contre sens des jérémiades habituelles de ses confrères restaurateurs, qui s'était illustré en protestant contre la baisse de la TVA et en militant pour une « restauration eco-responsable où les compétences humaines et les saveurs authentiques sont mises en avant »… Son bouquin raconte son quotidien, en cuisine, en salle, ses marges, les salariés, les syndicats, les impôts… et comment en faisant le choix du « vrai fait maison », en refusant les tricheries habituelles, il a pu donner une âme à sa petite entreprise, « à l'opposé du modèle dominant « low cost » imposé par les cupides de l'agroalimentaire surgelé qui ont piégé la restauration indépendante et saccagent la planète »…
Le livre sera en vente dans le hall par La librairie À juste titre