LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Lundi 18 novembre à 20h30 à Tournefeuille, dans le cadre de Handi’cap vivre ensemble, organisé par l'Espace Ressource Handicap de la Mairie de Tournefeuille, semaine de sensibilisation sur la question du handicap et de la lutte contre les préjugés et les discriminations. Séance unique présentée par le Docteur Hubert Stoecklin, pédopsychiatre et suivie d’un débat animé par Carine Mantoulan, docteur en psychologie et directrice de l’association Inpacts 31. Places disponibles dès le 9 novembre aux tarifs habituels du cinéma.

QUELLE FOLIE

Diego GOVERNATORI - documentaire France 2019 1h27mn - avec Aurélien Deschamps... Grand Prix du Meilleur documentaire français, FIPADOC Biarritz 2019.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

QUELLE FOLIEC'est un documentaire étonnant, qui nous happe dès la première séquence et nous entraîne une heure et demie durant dans son sillage tumultueux, en quête d’une parole qui se cherche avec obstination et qui se trouve par instants de façon saisissante.
Cette parole c'est celle d’Aurélien Deschamps, diagnostiqué autiste (syndrome d'Asperger) voilà quelques années et qui s’attache, avec son ami cinéaste Diego Governatori, à faire entrer le spectateur dans son monde intérieur fait de tempêtes et d’instabilité.

Quelle folie devait au départ être un court métrage de fiction, tourné pendant les fêtes de Pampelune. Mais cette première idée n'a pas fonctionné, la fiction « enfermait Aurélien dans une identité qui était inspirée de lui, mais qui l’empêchait d’être lui. » Le projet s'est donc orienté vers le documentaire, qui permet d’assumer la proximité de la relation entre les deux amis, nourrie d’échanges réguliers autour de l’instabilité de la pensée d’Aurélien, en proie à une (trop) grande intensité pour se stabiliser.
Documentaire à suspense tendu par la mise au jour de ce qui se joue dans la tête d’Aurélien, filmé au plus près de son personnage central omniprésent, Quelle folie a nécessité deux années de montage. Deux ans pendant lesquels Diego, enfermé dans sa bulle avec son ami dans l’écran, en est venu à se demander si le film qui prenait forme pourrait toucher les spectateurs. « J’avais peur de faire un objet autistique », se souvient-il. Ce que n’est absolument pas cette œuvre captivante, comme l'a prouvé son accueil au Festival de Biarritz. Un film qui dépasse l’exposition de soi et le cas d’Aurélien, pour nous conduire à la rencontre d’un être dont la profonde altérité n’empêche pas qu’on reconnaisse en lui une part de soi, voire de l’humanité même.

(d'après F. Ekchajzer, Télérama)