LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



Un week-end à Utopia avec Gérard Mordillat les 15 et 16 novembre, à Tournefeuille et Borderouge. À l'initiative de la Librairie la Renaissance, Gérard Mordillat est invité dans les Utopia toulousains à l'occasion de la sortie simultanée sur Arte de la série documentaire Travail, Salaire, Profit et du livre qui l'accompagne, également co-signé avec Christian Rothé : Les lois du capital (éd.Seuil). Projections suivies de discussions, signatures… Vendredi 15 novembre à 20h à Borderouge, et samedi 16 novembre à 16h à Tournefeuille (achetez vos places à partir du 30 octobre).

LA VOIX DE SON MAÎTRE

Gérard MORDILLAT et Nicolas PHILIBERT - documentaire France 1978 1h35mn - avec 12 patrons... COPIE RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VOIX DE SON MAÎTRE1978. Il y a 40 ans. Au regard des mutations technologiques, économiques, sociales, une éternité. Les Trente Glorieuses sont terminées, mais personne ne le sait. La France est plus industrielle que tertiaire, le textile et les mines tournent à plein régime et le chômage de masse est inconcevable. Les délocalisations, la précarisation, la désyndicalisation sont des mots absents du dictionnaire. Nicolas Philibert et Gérard Mordillat interviewent les pédégés de Paribas, L’Oréal, Boussac, Thomson, IBM… Et ils en tirent un documentaire narquois. Un pédégé explique à propos des multinationales que leur « puissance réelle est toujours, et sera toujours, limitée par la souveraineté des États […] aussi petits soient-ils ». Un autre regrette que les syndicats veuillent « renverser le système », et tous dissertent longuement sur une notion aujourd’hui reléguée aux oubliettes : l’autogestion. On se pince même en entendant Bernard Darty, grave dirigeant à moustaches, décrire l’arrivée d’un syndicat comme un « traumatisme tel qu’il modifie les schémas du chef d’entreprise. Psychologiquement, il ne peut le supporter ». Lui croyait sincèrement que tout le monde était heureux dans son entreprise !
« Notre projet interpellait le savoir du spectateur. Or pour tout gouvernement, pousser les citoyens à réfléchir représente toujours un danger. La charge provocatrice de La Voix de son maître n’est pas à chercher ailleurs… » Mais interrogeons-nous : et si aujourd’hui on tendait le micro aux douze plus gros pédégés français, qu’entendrait-on ? Pas de la condescendance, non. Probablement peu d’hypocrisie aussi. Mais sûrement le mot « profit », qui est étrangement absent dans La Voix de son maître.

(G. Mordillat)