LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



THE LIGHTHOUSE

Robert EGGERS - USA / Canada 2019 1h49mn VOSTF - avec Willem Dafoe, Robert Pattinson, Valeriia Karaman... Scénario de Max Eggers et Robert Eggers. Festival de Cannes 2019 : Prix de la Critique internationale • Festival du cinéma américain de Deauville : Prix du Jury.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE LIGHTHOUSEQui n'a jamais entendu l'océan gémir les soirs de tempête, le fracas sourd des flots sur les rochers dans les ténèbres, l'écho glaçant des pleurs déchirants du vent… ne peut sans doute pas comprendre ces légendes noires venus du fonds des temps où les Djins se déchaînent : histoires de démons, de monstres, de sirènes racontées en frissonnant durant les longues veillées d'hiver, serrés épaule contre épaule pour conjurer la peur. Ce film-là prend sa source dans ces légendes ténébreuses et magnifiques, peuplées des angoisses et des fantasmes humains, où le surnaturel se mêle à la fascination d'une nature en majesté dont l'ampleur du mystère a laissé de tous temps l'homme abasourdi et terrifié.

C'était un temps où les phares abritaient encore des gardiens, responsables de la lumière qui guidait les navires dans la nuit noire, signalait les dangers de la côte proche. Un temps où, coupés de la terre, les hommes espéraient l'accalmie qui permettrait l'arrivée de la relève et des vivres, mais quand l'accalmie tardait, ils se retrouvaient seuls face à l'immensité tumultueuse sans pouvoir espérer aucun secours, sans autre témoin que les mouettes inamicales dont on disait qu'elles étaient l'âme des marins disparus en mer.
Ce jour-là, sur une île rocailleuse et minuscule, au large des côtes de la nouvelle Angleterre, un rafiot transporte celui qui remplacera auprès du vétéran Thomas Wake son collègue disparu on ne sait comment… Le vieux Tom a la belle gueule burinée d'un capitaine Achab qui aurait perdu son navire, et de son œil aigu il observe l'arrivée de ce nouvel aide avec ironie : un débutant qui ne sait rien de la mer et dont il suppute que la belle gueule cache des secrets inavouables. Il ne tarde pas à lui faire savoir qu'il est le seul maître à bord, en tirant sur sa pipe d'écume qui fait peuh peuh…

Celui qui dit s'appeler Ephraïm Winslow commence par se plier avec une obstination rageuse aux ordres de son chef, charriant sous la pluie des brouettes de charbon, récurant le plancher moisi, nettoyant la merde… mais refusant, dans un premier temps, de partager les soirées arrosées de mauvais alcool avec ce compagnon dont il se méfie…
Dans le huis-clos de ce phare sombre qui suinte l'humidité salée, pue le tabac froid et la pisse rance, se noue une étrange relation, faite d'affrontements, de désir et de haine, entre celui qui veut garder le pouvoir sur la lumière et celui qui désire plus que tout s'en approcher pour percer le secret du vieux loup de mer. La confrontation sera révélatrice des démons intérieurs de chacun, que la distance avec toute civilisation humaine ne vient plus contenir, pour atteindre des paroxysmes de délires peuplés de monstres tentaculaires, de sirènes sublimes de sensualité et dévoreuses d'humanité, où l'on ne sait plus distinguer hallucinations et choses réelles. Les frustrations de toutes sortes, impossible à noyer dans l'alcool, prennent alors la drôle de gueule de démons issus du tumulte de leur océan intérieur, agité d'angoisses et de désirs frustrés. Pour Ephraïm, le seul espoir de fuir cette île isolée où tous les éléments lui sont hostiles, c'est une barque, frêle esquif insuffisant pour affronter les flots déchaînés…

Dans un noir et blanc sublime qui joue des contrastes pour mieux attiser le sentiment d'étrangeté, Robert Eggers nous plaque au fauteuil par des vagues d'images expressionnistes, ponctuées de dialogues âpres, de monologues jubilatoires… servis par un Willem Dafoe qui semble jouir d'un tel rôle, jusque dans les gros plans sur sa tronche ridée. Et son partenaire Robert Pattinson est à la hauteur ! On dégustera la bande son jusqu'à la dernière note de la chanson de marin finale.