LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



LES LUMIÈRES DE LA VILLE

(CITY LIGHTS) Écrit et réalisé par Charles CHAPLIN - film muet USA 1931 1h27mn - avec Charles Chaplin, Virginia Cherrill, Harry Myers, Allan Garcia...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES LUMIÈRES DE LA VILLEUne poignée de notables endimanchés est réunie pour assister à l’inauguration d’une statue. Le moment solennel arrive, on soulève le voile qui recouvrait l’œuvre… et on découvre un vagabond qui s’était réfugié sous cet abri de fortune pour dormir.
Et voilà Charlot qui erre dans les rues élégantes de la ville. Il tombe en arrêt devant une marchande ambulante aveugle et sacrifie sa dernière pièce pour lui acheter une fleur. La jeune femme le prend de toute évidence pour un homme riche, Charlot ne la détrompe pas… Plus tard il sauve la vie à un milliardaire ivre-mort qui était prêt à se jeter à l’eau. Le milliardaire devient l’ami du vagabond, mais uniquement quand il est ivre ! À jeun, il ne le reconnaît même pas…

Ainsi va le film, ainsi va le monde, les petits n’ont rien à attendre des grands, leur richesse ne se partage pas. Charlot prendra quand même sa revanche en prenant sous son aile la jeune aveugle et en exerçant moult petits boulots (dont celui de boxeur !) pour gagner assez d’argent et lui offrir l’opération qui lui fera recouvrer la vue. Mais pas de miracle, le vagabond restera vagabond, plus souvent en prison que dans une belle maison.
Les Lumières de la ville, c’est le perfectionnisme de Chaplin à son apogée : trois ans de tournage pour arriver à cet équilibre parfait entre le burlesque et le mélodrame, la romance sentimentale et la satire sociale sans pitié.