LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord 7
« Si l’on compare la quantité produite, le coût de la production, l’eau et l’énergie consommée, l’emploi créé (on pourrait ajouter la qualité offerte) on arrive à la conclusion qu’il vaut mieux avoir 100 fermes de 50 hectares qu’une seule ferme de 5000 hectar...

Journal de bord 6
Il pleut, il neige, il mouille… c’est la fête à la grenouille ! plus facile pour les confinés de ne pas mettre imprudemment le nez dehors !… Ana Pitoun et Valérie Mitteaux réalisent depuis quelques années, ensemble ou chacune de leur côté, plein de films tout à fait passi...

Journal de bord 5 : les films du confinement…
Pendant la durée du confinement, nous allons nous efforcer de vous proposer des films qu’on aime, qu’on trouve passionnants, qui ouvrent une fenêtre sur la vie des autres, qui nous aèrent les méninges… La programmation d’Utopia est faite de films choisis parmi ceux qui sortent, mai...

Journal de bord d'Utopia Borderouge et Tournefeuille 4
La civilisation du poisson rouge… c’est un bouquin dont je vous recommande la lecture : pas gros, vite lu, mais grosse réflexion à la clé. On le voit bien, partout et en tous lieux impossible de passer du temps avec quelqu’un sans qu’il lorgne du coin de l’oeil les messa...



Lundi 2 mars à 20h30 à Tournefeuille, séance unique présentée par le Festival de Flamenco dont la 19e édition aura lieu du 2 au 12 mars (places en vente dès le 14 février aux tarifs habituels).

MENESE

Remedios Malvárez et José Romero - Espagne 2019 1h25mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MENESEC’est un portrait intimiste d'un artiste libre et indomptable qui aimait le flamenco par-dessus tout., d’un chanteur politiquement engagé, d’un révolutionnaire du flamenco qui, au temps du franquisme, a imposé dans ses vers et ses lettres des chants de lutte. Son chant reste a jamais « une déchirure du ciel d’où coule du sang qui brûle ».

Né en 1942 à La Puebla de Cazalla, proche de Séville, José Menese, chante comme il respire depuis son plus jeune âge. Le premier « tablao » (local où se tiennent des spectacles de flamenco) où il se produit, c’est l’humble boutique de cordonnier de son père, il n’a que 8 ans… Devenu cordonnier à son tour, on le repère toujours pour sa voix, sa volonté et son don du ciel : il a la raja (voix cassée, rauque typique du flamenco)… En 1959, il rencontre son ami et mentor Francisco Moreno Galván, ils emmèneront ensemble le flamenco dans des espaces et des scènes culturelles qu'il n'avait jamais atteint auparavant…

La réalisatrice Remedios Malvarez nous propose une déambulation dans la vie et l’œuvre de ce « cantador » à travers les souvenirs de ses proches et de ses fans, et nous livre un bel hommage à cette figure emblématique oubliée. Elle donne aussi la parole aux jeunes voix féminines du flamenco d’aujourd’hui qui redécouvrent et réinterprètent les chansons de Menese : seraient-elles aujourd'hui les nouvelles révolutionnaires du flamenco ?