LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

ANNETTE

Leos CARAX - France / USA 2020 2h19mn VOSTF - avec Marion Cotillard, Adam Driver, Simon Helberg, Rebecca Dyson Smith, Nathalie Jackson Mendoza, Rila Fukushima... Scénario de Ron et Russell Mael, alias Sparks. Prix de la mise en scène, Festival de Cannes 2021. Musique de Sparks, paroles des chansons de Sparks et Leos Carax.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ANNETTESur l’affiche, tout étincelle. Marion Cotillard. Adam Driver. Les Sparks. Une comédie musicale. L’ouverture du Festival de Cannes… Des rêves de Gene Kelly commencent à danser dans les têtes. Des étoiles s’allument dans les yeux. Du La La Land – tant qu’on y est – s’anticipe. On se calme. L’inquiétante étrangeté du conte fantastique sied mieux à Leos Carax que le réconfort des univers merveilleux. A 60 ans, l’homme qui met sa fièvre et sa peau sur l’écran a réalisé six longs-métrages en trente-sept ans d’une carrière trouée, insolente, dévorée d’ambition, vouée parfois aux gémonies, néanmoins somptueuse en ce sens que chaque film y est inoubliable… Sa question au cinéma est simple et grandiose à la fois : comment faire pour que son mystère continue ? Quel carburant mettre dans son saint moteur ?
Annette s’y colle, depuis une Amérique réduite à peu. Sur une idée et une composition du groupe Sparks – phœnix musical californien qui, depuis le glam-rock de ses débuts, perdure et se renouvelle depuis un demi-siècle –, le film chante, mais sidère plutôt qu’il n’enchante. C’est largement le plus noir de son auteur. Le plus stupéfiant et inventif, aussi, avec le précédent Holy motors (2012), dont il s’éloigne pourtant.

Deux personnages y occupent le devant de la scène. Henry McHenry (Adam Driver), stand-upeur qui aime à jouer avec les limites, et Ann (Marion Cotillard), cantatrice réputée, forment un couple scruté par la chronique mondaine. Alors qu’Ann accouche de leur fille Annette, quelque chose se brise chez Henry qui les fait chavirer. Se pourrait-il qu’Henry ait, par une sombre nuit de tempête sur leur bateau, tué sa propre femme ? C’est dans ce doute affreux que le père pousse sa fillette, enfant étrange, comme venue d’ailleurs, qui a hérité du timbre de sa mère, à se produire avec succès aux quatre coins de la planète. Enfant-phénomène, enfant-marionnette d’un couple qui a percuté le mur du réel…
Film incroyablement inspiré, qui nous expose sans rémission au mal qui empoisonne le cœur de l’homme jusque dans l’amour censé le rédimer… Romantisme noir de Carax. Sur le rock psalmodique et dissonant des Sparks, l’amour et la mort dansent ici collé-serré. C’est la plongée dans une nuit constante, constellée de flashs et de sunlights. C’est la moto qui fend l’obscurité comme la flèche du destin. C’est ce vert sombre qui domine, comme un appel de la forêt profonde ou des flots furieux. C’est cette idée que la vraie vie est ailleurs, dans cet appel fusionnel de la nature et de la mort censé nous révéler une perfection qui n’existe pas ici-bas.

Le tour de plus en plus baroque que prend l’œuvre de Carax s’accuse d’ailleurs dans ce film, où tout semble sujet à la dualité et au redoublement. La femme angélique et la sorcière. Le pantin et l’humain. Les punchlines des chansons. La vie et la mort. Et, bien sûr, pour ce couple d’artistes, l’imaginaire et la réalité, ici reliés par une porosité constante, inquiétante. Une scène d’opéra s’y ouvre par le mur du fond sur une forêt dans laquelle s’engage la cantatrice. D’obscènes provocations proférées par le performeur s’y avèrent de troublantes prédictions. De sorte que le monde perd son coefficient de réalité tandis que l’illusion de la scène gagne en puissance de vérité.
Autant dire que l’art, chez Carax, ne sauve pas. Tout au plus confère-t-il une forme à ce ruban de Möbius sur lequel s’inscrivent la vie vécue et la vie rêvée de l’artiste. Tout y devient cosa mentale, transfiguration fantasmagorique d’une cause intime, confession du créateur en grand singe qui se regarde faire la grimace. Et c’est assez déchirant.

(J. Mandelbaum, Le Monde)