LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

THE CARD COUNTER

Écrit et réalisé par Paul SCHRADER - USA 2021 1h52mn VOSTF - avec Oscar Isaac, Tiffany Haddish Tye Sheridan, Willem Dafoe...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE CARD COUNTERC’est le grand retour sur les écrans de Paul Schrader, qui débuta dans les années 1970 comme scénariste, de Martin Scorsese notamment (s’il faut ne citer qu’un seul de leurs films communs, ce sera Taxi driver), avant d’entamer une carrière de réalisateur certes inégale mais ponctuée de grandes réussites, pas forcément reconnues à leur juste valeur : Blue collar (1978), Hardcore (1979), Affliction (1998) ou le récent First reformed (2018). Il signe avec The Card counter un de ses plus beaux films – peut-être bien même le plus beau.

Que peut-il y avoir en commun entre l’univers des casinos, que le héros repris de justice, un dénommé William Tell, écume à travers les États-Unis, y exerçant clandestinement ses talents de « compteur de cartes », c’est-à-dire de calculateur de probabilités capable de maîtriser ses gains, et les actes de barbarie perpétrés par l’armée américaine lors de la dernière guerre en Irak, notamment entre les murs d’Abou Ghraib, camp de prisonniers où le même protagoniste fut dépêché comme GI ?… Campé par un Oscar Isaac impressionnant de retranchement et d’intensité, Tell court les salles de jeu non pour y chercher une quelconque excitation, mais au contraire pour s’annuler dans une routine aveugle, s’effacer derrière des gains médiocres, s’annihiler dans la répétition des mêmes parties, le retour des mêmes probabilités.
Le récit se noue sur le trio inopiné que William est amené à former, avec d’un côté Cirk (Tye Sheridan), jeune homme assoiffé de vengeance, et de l’autre La Linda (Tiffany Haddish, formidable révélation), femme pétulante qui gère une écurie de joueurs de poker. Une sorte d’anti-famille bricolée par les circonstances, en laquelle William entrevoit un temps l’espoir d’un rachat, mais qui le ramène par bribes inexorables au souvenir d’Abou Ghraib et de son tortionnaire en chef, le major John Gordo (Willem Dafoe), indûment lavé de tout soupçon et reconverti depuis dans la sécurité hi-tech.

The Card counter sidère par la façon incroyablement sèche et décapante qu’a Schrader de filmer les lieux, ou plutôt ces non-lieux que sont les casinos. Le réalisateur ne prête aucunement le flanc à l’esthétique chatoyante induite par ce type de décor… C’est au contraire un esprit d’ascèse et de puissante sobriété qui préside à la mise en scène. Cadres larges, plans généralement fixes sinon coulés dans des mouvements impassibles et pulsation lente du montage dépassionnent la salle de jeu, montrée comme un hall d’aéroport sans âme, traversée de présences fantomatiques… Sites impersonnels et interchangeables, la plupart du temps dépeuplés, où les tournois s’enchaînent mollement et les joueurs ne font jamais que représenter investisseurs et sponsors, les casinos selon Schrader sont les terminaux d’une posthistoire américaine où viennent échouer des mythologies vidées de leur sens (la présence insistante d’un joueur ukrainien arrogant aux tenues bardées du drapeau américain, entouré d’une équipe qui scande à chacune de ses victoires : U-S-A ! U-S-A !). Avec les parkings anonymes et les motels indifférents où erre sans fin son héros, Schrader opère une même cartographie de l’Amérique fantôme, celle des installations inutiles et des usages perdus.
C’est bien un purgatoire que la succession de ces lieux postiches jalonne sous les pas de William, condamné à y errer comme dans le labyrinthe de sa conscience entachée. En contrepoint, l’enfer d’Abou Ghraib rejaillit par bribes, se distinguant par un filmage déformé et agressif…
Toutefois, le cœur du film est ailleurs : dans l’histoire d’amour qui naît entre William le taciturne et l’exubérante La Linda et qui pouvait d’abord passer pour secondaire. S’aimer, c’est reconnaître en l’autre une même solitude, mais surtout s’octroyer mutuellement la grâce d’une amnésie, la possibilité de l’oubli. Et la grâce advient, d’ordre spirituel cette fois, à la faveur d’un dernier plan sublime… qu’on vous laisse évidemment découvrir.

(d’après M. Macheret, Les Cahiers du cinéma)