LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

LES JEUNES AMANTS

Carine TARDIEU - France 2021 1h52mn - avec Fanny Ardent, Melvil Poupaud, Cécile de France, Florence Loiret-Caille, Sharif Handura... Scénario d'Agnès de Sacy, Carine Tardieu, Solveig Anspach et Raphaële Moussafir, d’après une idée originale de Solveig Anspach.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES JEUNES AMANTSC’est un film né sous une très belle étoile : celle de Solveig Anspach, qui avait commencé à travailler sur le scénario avant d’être rattrapée par la maladie. Une histoire qui lui tenait tout particulièrement à cœur car elle évoque un épisode de la vie de sa propre mère, tombée amoureuse d’un homme beaucoup plus jeune qu’elle. L’héritage n’était pas évident à assumer, mais Carine Tardieu a montré dans ses propres films (La Tête de maman, Du vent dans mes mollets, Otez-moi d’un doute) qu’elle avait une sensibilité proche de celle de Solveig Anspach, et elle a réuni autour d’elle une équipe bienveillante et talentueuse pour que ce très beau mélodrame amoureux voie le jour. Derrière un sujet pas facile, qui confronte les personnages à bien des zones de doutes et d’ombres, c’est néanmoins une œuvre tournée vers une douce et délicate lumière, celle qui a éclairé tous les films de Solveig, de Hauts les cœurs ! à L’Effet aquatique.

Rien ne résiste à l’amour. Ni les préjugés, ni les différences, ni les conventions. Rien ne résiste à l’amour, celui qui frappe sans avertir et qui emporte tout, les injonctions de la société comme les regards culpabilisants ou moralisateurs, même s’il faut du courage pour oser suivre la route qu’il ouvre, qui sera sans doute tumultueuse, voire périlleuse.
Pierre est doux, bienveillant, attentionné. Médecin dans un grand hôpital lyonnais, il porte avec énergie et détermination un projet au long cours pour faire valider un nouveau protocole de traitement contre le cancer. C’est un homme que l’on imagine intègre, fidèle à ses convictions, généreux et empathique.

Quand Pierre croise à nouveau Shauna (Fanny Ardant et Melvil Poupaud sont merveilleux), bien des années après l’avoir brièvement rencontrée à l’hôpital, il ne peut encore imaginer le chaos émotionnel dans lequel elle va le plonger. Il ne sait pas encore qu’il va tomber amoureux, comme un ado, et n’ose nommer le sentiment puissant qui l’envahit, quand tout converge irrésistiblement vers l’autre, quand plus rien n’a d’importance. L’élan vital de l’état d’amour, au cœur de bien des œuvres artistiques, littéraires et cinématographiques. Celui qui emporte La Femme d’à côté (un des plus grands rôles de Fanny Ardant) ou Tristan et Yseult
Shauna, c’est une femme flamboyante qui traverse l’existence sur la pointe des pieds. Elle a vécu, elle a aimé, tendrement et passionnément peut-être, mais malgré l’apparente assurance que lui confère sa maturité, c’est une femme qui doute, fragile et à fleur de peau. Libre, indépendante, solitaire et lucide, elle a mis sa vie amoureuse en jachère, comme le font parfois les femmes de son âge, veuves comme elle, ou pas.
Mais Pierre va voir en elle non pas une femme « d’un certain âge », mais une femme belle, intelligente, mystérieuse et désirable. Shauna sait bien que c’est le genre d’histoire qui peut la fracasser, à la fois impossible à vivre sereinement et impossible à fuir. Une histoire d’amour pure et mélancolique.

C’est un film profondément émouvant qui parle avec délicatesse de la façon dont l’amour peut faire irruption à tout âge. Il porte l’idée que l’on peut naître à soi-même jusqu’à la fin de sa vie, qu’il reste toujours des rencontres à faire, des sensations à éprouver, des croyances à dépasser. Sans caricaturer la situation, sans gommer non plus toutes les fissures que cette différence d’âge laisse apparaître au grand jour. La caméra de Carine Tardieu aime ses personnages et ils le lui rendent bien : tous les quatre (saluons aussi la performance de Cécile de France et Florence Loiret-Caille) portent avec tendresse l’évidence de cette histoire… « Ma plus belle histoire d’amour », comme le chantait Barbara.