LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

L’ÉTÉ NUCLÉAIRE

Gaël LÉPINGLE - France 2021 1h21mn - avec Shaïn Boumédine, Théo Augier, Carmen Kassovitz, Manon Valentin...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÉTÉ NUCLÉAIREÇa peut être tout à l’heure, demain, à tout moment. C’est l’été. Sportif accompli, Victor court dans la campagne champenoise. Les écouteurs vissés dans les oreilles, il n’entend pas hurler les sirènes d’alerte des villages environnants. Pas plus qu’il ne reçoit les appels ni les messages, innombrables, de plus en plus insistants, de sa compagne, de sa famille, qui le pressent de rallier le point d’évacuation mis en place par les pouvoirs publics : l’impensable s’est produit, un incident est en cours à la centrale nucléaire voisine. Son jogging l’ayant mené au milieu de nulle part, Victor reprend sa course vers le bourg le plus proche, croise sur sa route cinq de ses amis d’enfance dont la voiture a versé dans un fossé. Suivant leurs souvenirs des quelques consignes de sécurité données aux riverains de la centrale, les six très jeunes gens décident de rester soudés et de se calfeutrer dans une ferme voisine. Se pensant à l’abri, ils découvrent par les informations télévisées l’ampleur de la catastrophe, d’abord minimisée par les autorités. Face à une menace d’autant plus inquiétante qu’elle est invisible, confinés de leur mieux, ils tentent de s’organiser pour survivre – et se supporter – en attendant d’hypothétiques secours.

Voilà un film qui tombe à point nommé pour rafraîchir nos mémoires de poissons rouges. 1979 : Three Mile Island ; 1986 : Tchernobyl ; 2011 : Fukushima. Un barrage hydroélectrique, un champ d’éoliennes ou de panneaux solaires, même une centrale à charbon, quels que soient leurs inconvénients, n’ont pas la dangerosité d’une centrale nucléaire susceptible de tuer, contaminer pour des siècles un territoire, étendre sa dangerosité sur un pays, un continent… Chacun de ces accidents « majeurs » a été l’occasion d’une prise de conscience mondiale des populations, redécouvrant à chaque fois avec effroi à quel point le sort de l’humanité tout entière était confié entre les mains d’apprentis sorciers. À chaque catastrophe, les dirigeants, les politiques, ont promis juré que « plus jamais ça », qu’il était urgent de sortir du nucléaire, que notre survie en dépendait… Avec, en sourdine mais bien présente, cette petite musique persistante qui sussurait à l’oreille que « ça n’arriverait pas en France », qu’il n’y a de toutes façons « pas d’alternative » au nucléaire pour chauffer – éclairer – transporter – manufacturer dans nos beaux pays industrialisés. Que « chez nous », les centrales sont fiables et sous contrôle (pas comme chez ces sous-développés soviétiques), qu’il n’y a pas ici de tsunamis ni de séismes (pas comme chez ces irresponsables japonais) – et que d’ailleurs, ce ne fut jamais vraiment démenti, le nuage radioactif échappé de la centrale de Tchernobyl avait, grâce à l’anticyclone des Açores, soigneusement contourné les frontières de notre beau pays (on en retrouva pourtant des traces jusqu’aux monts d’Arrée). Il y eut de par le monde quelques incidents « graves », survenus au fil des ans sur les sites de Saint-Laurent – des-Eaux, de Vandellos, de la Hague, du Blayais, du Tricastin, de Kashiwazaki-Kariwa, qu’on oublia bien vite. Tout comme la découverte par l’opinion publique des conditions effroyables dans lesquelle est extrait l’uranium qui sert de combustible à nos centrales. Ou de l’indémerdable problème du stockage des déchets radioactifs, légué par nous aux générations futures, à la Hague ou à Bure… Notre mémoire est bien volatile. À peine une décennie après Fukushima, la grande trouille (justifiée mais si tardive) du réchauffement climatique et de ses effets a élevé dans l’imaginaire des gouvernants français le nucléaire au rang de solution miracle. « Seule énergie propre », disent-ils, pour justifier leur politique de fuite en avant. Le film d’anticipation (qui anticipe de si peu) de Gaël Lépingle, huis-clos à ciel ouvert, tendu, impressionnant d’efficacité, contribue à opposer un démenti cinglant à cette croyance.

Mardi 10 mai à 20h, avant-première à Borderouge suivie d'une rencontre avec Marc Saint Aroman du Réseau Sortir du Nucléaire.