LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

MON VOISIN TOTORO

Hayao MIYAZAKI - film d'animation Japon 1988 1h26mn VF - Pour les enfants à partir de 4 ans.

Du 22/06/22 au 12/07/22 à Toulouse (Borderouge)

MON VOISIN TOTOROTotoro, il a un gros ventre fourré tout doux, une queue touffue, des yeux malicieux tout ronds ou en pointe selon son humeur, des moustaches conquérantes autour d’une bouche avec de grandes, mais alors de grandes dents… mais pas pour mordre ou attaquer, non, pour sourire de toutes icelles, pour rire de la vie parce que Totoro est un bon vivant. Il dort souvent et crie très très fort pour montrer sa joie de vivre. En plus il n’est pas tout seul : lui, c’est le grand Totoro, mais il y aussi toute une famille Totoro avec des petits Totoro, tous craquants, qui sautent, courent et se cachent volontiers à la vue des humains. Le grand Totoro, lui, n’a pas peur des hommes et il aurait même tendance à faire des cadeaux aux enfants, à leur réserver des surprises…
Ce film est une merveille parmi les merveilles. Tout d’abord parce qu’il est un des rares dessins animés sans « méchant » : il n’y a rien ni personne à combattre, la nature est généreuse, les hommes bienveillants, et les animaux magiques. Ensuite parce qu’il est beau comme c’est pas permis, inventif, poétique, sans une once de mièvrerie. Enfin nous ne savons pas si Hayao Miyazaki a des enfants mais nous en sommes presque sûrs, tant les deux petites filles du film, Satzuki (10 ans) et Mei (4 ans) sont étonnantes de vérité : l’aînée avec son sens des responsabilités, son tendre amour pour sa petite soeur, capricieuse, la bouche en carré à la moindre contrariété. Leur naturel, leurs gestes, leurs traits de caractère, tout sonne juste dans cette chronique quotidienne où la féérie, la fantaisie, le merveilleux nous bercent et nous régalent.

Satsuki et Mei s’installent avec leur père dans une vieille maison à la campagne pour se rapprocher de l’hôpital où séjourne leur mère. Les fillettes découvrent la nature, le jardin et l’eau claire de la rivière, les têtards, les papillons et surtout les grands arbres, juste à côté de la maison, où vivent, c’est sûr puisqu’elles les ont vus, les Totoro, héros de livres enfantins. Un jour, alors qu’elles attendent le retour de leur mère à la maison, elles aprennent que sa sortie est repoussée de quelques jours. Mei ne veut pas comprendre et décide, du haut de ses quatre ans, de partir à l’hôpital retrouver sa maman. S’apercevant de sa disparition, Satzuki et les gens du village la recherchent en vain. Désespérée, la grande soeur décide de demander de l’aide à son voisin Totoro.
Alors Totoro va pousser son grand cri de joie, appeler à la rescousse son chat-bus merveilleux et parcourir la campagne avec Satzuki pour retrouver Mei...