LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

THE TRUMAN SHOW

Peter WEIR - USA 1998 1h43mn VOSTF - avec Jim Carrey, Ed Harris, Laura Linney, Natasha McElhone... Scénario de Andrew Niccol (futur réalisateur de Bienvenue à Gattaca).

Du 22/06/22 au 12/07/22 à Toulouse (Borderouge) - Du 29/06/22 au 12/07/22 à Tournefeuille

THE TRUMAN SHOWC’est un film fou et pourtant incroyablement sensé, de la science fiction extra-lucide. Une parabole jouissive sur l’identité, sur les média, sur l’identité (ré)inventée par les média – en 1998, on ne parlait pas encore de réseaux sociaux –, qui nous façonnent jusque dans nos pensées et nos états d’âme, qui finissent par nous convaincre que les billevesées dont ils nous gavent sont un idéal de bonheur… The Truman show a bientôt 25 ans et il est de ce point de vue d’une modernité sidérante.
C’est une ville piège, sur une île piège (clin d’œil patent à la série culte Le Prisonnier). Un univers fabriqué de toutes pièces par un démiurge dément qui y met en scène le plus fantastique reality-show du millénaire : un immense studio de tournage avec des caméras cachées partout. Tout y est bidon, des petites maisons trop clean à l’épicier du coin et au romantique coucher de soleil sur une mer de rêve. Bidon aussi tous les habitants, qui sont en réalité des comédiens chargés de canaliser l’action. Au milieu de tout ça, le dindon de la farce, le dupé, le manipulé, le seul qui ne sache rien : c’est Truman (magnifique Jim Carrey). Truman qui vit, depuis 30 ans qu’il est né, devant l’Amérique tout entière ébaubie : il tète, défèque, travaille, copule en direct sans se douter qu’il est le modèle de vie pour une population dont chaque minute de temps de cerveau disponible est vendu aux annonceurs qui financent le programme, une foule de téléspectateurs captifs qui s’excitent sur les premières amours de notre héros en sirotant un cola forcément Coca accoudés au bar du coin.

Mais comment Truman saurait-il, lui qui n’a même pas l’intuition qu’il existe un ailleurs à ce paradis de pacotille ? Tout sonne faux, depuis le sourire trop éclatant de sa rutilante femme, qui insiste lourdement sur les qualités de son nouveau cacao à la façon d’une pub, jusqu’à l’enthousiasme programmé de ses voisins d’en face… mais quand on est ainsi façonné depuis ses premiers balbutiements, on finit par tenir pour terriblement original d’être aussi conforme. Aussi Truman démarre-t-il chaque jour d’un pétaradant « Hello ! Have a nice day ! » qu’il imagine unique. Tout est écrit comme un scénario de spot publicitaire, mais pour Truman, tout est incontestablement réel.
Mais dans la vie impeccablement réglée de Truman, un jour, un petit truc qui ne colle pas va lui mettre la puce à l’oreille. Dans cet univers réglé au quart de poil, la moindre fausse note prend une résonance démesurée. Une petite incohérence de rien du tout, et voilà Truman inquiet, soupçonneux, qui vire parano… La conspiration se resserre : TRUMAN NE DOIT PAS COMPRENDRE ! Ça foutrait tout en l’air, une catastrophe pour la chaîne de télé qui a monté l’affaire, le diabolique qui en a fait sa carrière (Ed Harris, remarquable et inquiétant). Truman acceptera-t-il de continuer à gober les salades qu’on lui impose ? Ou dévidera-t-il l’écheveau qui le conduirait au cœur de la réalité vraie ?