LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

AS TEARS GO BY

WONG Kar-wai - Hong Kong 1988 1h28mn VOSTF - avec Andy Lau, Maggie Cheung, Jacky Cheung, Alex Man... Scénario de Wong Kar-wai et Jeffrey Lau.

Du 29/06/22 au 12/07/22 à Tournefeuille

AS TEARS GO BYQuand Wong Kar-wai réalise en 1988 As tears go by (Ainsi vont les larmes), premier des dix longs métrages qu’il a tournés à ce jour, il est déjà implanté depuis sept ou huit ans dans le monde du cinéma de Hong Kong, assistant de production puis auteur d’une cinquantaine de scénarios – dont il n’a signé qu’une douzaine. La mode est alors aux films de gangsters, après le succès du Syndicat du crime de John Woo. Wong Kar-wai décide alors de s’inspirer de ses aînés américains, et en particulier du Mean streets de Martin Scorsese, qui l’a durablement impressionné.

Petit gangster de Hong Kong, Wah (Andy Lau) se partage entre son boulot habituel, le recouvrement de dettes, et la nécessité de veiller sur son acolyte, Fly (Jacky Cheung), tête brûlée au comportement erratique, qui se met dans des situations impossibles en empruntant sans arrêt de l’argent qu’il ne peut jamais rembourser. Et bien évidemment les prêteurs ne sont pas des enfants de chœur… Cette vie déjà passablement déréglée est définitivement bouleversée quand Wah doit héberger sa jeune cousine Ngor (Maggie Cheung), qui vient à Hong Kong pour passer des examens universitaires.
Wah entame alors un épuisant va-et-vient entre son amour naissant pour Ngor, qui pourrait être la perspective d’échapper à sa vie de petit malfrat, et sa fidélité à son « frère » de gang, cette andouille de Fly, tabassé à répétition par les hommes de main de Tony, un gangster prétendument plus haut placé dans la hiérarchie criminelle hongkongaise… Wah va devoir choisir entre deux destins.

Les premiers pas de Wong Kar-wai réalisateur sont déjà enthousiasmants, on retrouve son incroyable talent à créer des ambiances envoûtantes, son sens du cadre et du rythme, sa manière de filmer Hong Kong la nuit, son romantisme lyrique, sa complicité avec des actrices et acteurs charismatiques. Invisible depuis des lustres, présentée ici dans une magnifique copie restaurée, une vraie et grande découverte.