LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

REBECCA

Alfred HITCHCOCK - USA 1940 2h10mn VOSTF - avec Laurence Olivier, Joan Fontaine, George Sanders, Judith Anderson... Scénario de Robert E. Sherwood et Joan Harrison, d'après le roman homonyme de Daphné du Maurier.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

REBECCARebecca marque une date importante dans l'œuvre encore débutante d'Alfred Hitchcock : c'est le premier film qu'il a tourné aux Etats-Unis, pour le compte du producteur David Selznick, qui venait de mener à bien la gigantesque aventure d'Autant en emporte le vent. C'est aussi, parmi les films du maître, un de ceux qui laisse une empreinte tout particulièrement tenace : non qu'il soit l'un des plus parfaits, mais parce que son sujet, son ambiance, ses acteurs et plusieurs de ses séquences nous le rendent inoubliable.

La Rebecca du titre, nous ne la verrons jamais, puisqu'elle est morte. Mais elle est omniprésente dans le souvenir de Lord de Winter (Laurence Olivier), son époux, et dans les couloirs de Manderley, la majestueuse demeure familiale. Et lorsque Maxim de Winter épouse en secondes noces une jeune femme rencontrée sur la Côte d'Azur (Joan Fontaine), aussi timide que jolie, ni l'un ni l'autre ne se doutent que Rebecca va se dresser entre eux, au risque de rendre impossible leur passion naissante...
Du roman sentimental de Daphné du Maurier, Hitchcock a tiré un mélodrame somptueux. La mise en scène est magnifique, ponctuée de scènes grandioses et patinée par un noir et blanc comme on n'en fait plus. Et n'oublions pas les acteurs ! Un trio de rêve : Joan Fontaine, Laurence Olivier, George Sanders, et la composition saisissante de Judith Anderson en gouvernante jalouse du souvenir d'une morte...

PS : Hitchcock n’en avait pas fini avec l’univers inquiétant de Daphné Du Maurier. En 1963, il adapta un autre de ses romans pour un de ses films les plus célèbres : Les Oiseaux.