LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

TORI ET LOKITA

Écrit et réalisé par Jean-Pierre et Luc DARDENNE - Belgique 2022 1h28mn - avec Joely Mbundu, Pablo Schils, Alban Ukaj, Tijmen Govaerts, Nadège Ouedraogo, Marc Zinga... Festival de Cannes 2022 : Prix spécial du 75e anniversaire.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TORI ET LOKITAUne récompense de plus pour les Dardenne qui aurait tout aussi bien pu être une troisième Palme d’or, tant ce Tori et Lokita s’impose comme une nouvelle réussite éclatante des frères. Comme toujours ils excellent à nous faire sourire et frémir face aux palpitations de l’humaine condition. À chaque plan, on sent – petit clin d’œil à Bernard Lavilliers – « le cœur du monde battre de plus en en plus en plus fort » et il nous vrillera les tempes jusqu’à ce qu’on ne puisse plus l’ignorer. Ce monde qui attend qu’on l’écoute, qu’on le change, qu’on agisse et qu’on se révolte dans un élan de lucidité heureuse.

Lokita, c’est la plus âgée des deux, la grande sœur de Tori mais néanmoins mineure, sommée de le prouver devant les services sociaux, ceux de l’immigration ou tous les gens détenteurs d’une quelconque autorité qui défilent en rang d’oignon dans leur existence si courte mais déjà vidée de la prétendue innocence de l’enfance. Avec sa stature de presque femme bien campée et sa douceur de presque petite fille, Lokita se bat avec les moyens du bord pour protéger son petit frère, faire que surtout – oh oui, surtout ! – on ne les sépare pas. Une crainte inextinguible qui se ranime à chaque nouvelle étape depuis leurs retrouvailles quelque part entre le Cameroun et le Bénin. Plus encore que les liens du sang, on sent entre Tori et Lokita une solidarité indéfectible, qui s’est construite à travers chaque épreuve, chaque frontière traversée ensemble. Leur survie a tant dépendu de la présence de l’autre que leur confiance est devenue absolue, inaltérable. Ensemble ils ont fait front, forts l’un de l’autre ; l’un sans l’autre, ils ne sauraient plus progresser, irrémédiablement fragilisés, boiteux. Ils ont le courage âpre, celui qui n’attend pas après les super héros pour exister. Si jeunes et déjà rompus à l’exercice imposé par les administrations : raconter inlassablement leur parcours, celui que l’on peut deviner, celui qu’on voudrait taire. La peur, l’insouciance brisée, les rêves déçus, les espoirs à reconstruire car on ne peut survivre sans eux. Nulle place pour de puériles chamailleries entre ceux qui ont trop vite grandi. Leur relation est si belle, leurs regards tellement plus parlants que des mots. Ce sont les mêmes grands yeux en amande bienveillants qui crient la parenté entre le cadet et son aînée, le même souci de bien faire, la même solidarité familiale… Et c’est elle qui va paradoxalement assombrir leur quotidien pris en tenaille entre des injonctions paradoxales, dont les éducateurs du centre qui les accueille sont loin de se douter. Comment à la fois parvenir à rembourser ce qui est dû à des passeurs voraces et envoyer de l’argent à la mère restée au pays ? La précarité de leur situation en fait des proies vulnérables pour les charognards sans scrupules. De pressions en pressions, la tentation sera grande de mettre un doigt dans l’engrenage de l’argent facile et leur aventure va peu-à-peu se transformer en thriller social palpitant et sans concession.

Le chant de Tori et Lokita, les deux jeunes protagonistes du film, vient nous tirer par la manche, nous sommer de refuser le malheur, de refuser la résignation. Leur histoire, quoi qu’il arrive, c’est celle de beaux vainqueurs, de ceux qui ne renoncent pas, ne baissent pas les bras. Elle s’engouffre dans nos esprits comme une vague implacable qui emporte tout sur son passage. Elle est un appel criant à la fraternité indispensable entre humains car même la sécurité des tours d’ivoire est illusoire et ne peut résister indéfiniment aux secousses des conflits ou de la terre en colère.