LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

ARMAGEDDON TIME

Écrit et réalisé par James GRAY - USA 2022 1h55mn VOSTF - avec Anne Hathaway, Jeremy Strong, Banks Repeta, Anthony Hopkins...

Du 30/11/22 au 03/01/23 à Toulouse (Borderouge) - Du 09/11/22 au 06/12/22 à Tournefeuille

ARMAGEDDON TIMEAprès avoir atteint les confins de la galaxie dans Ad astra, James Gray revient sur Terre, à New York, déjà le théâtre de cinq de ses précédents films. Beaucoup ont à voir avec les liens familiaux mais celui-ci est bien plus intime car il s’appuie sur les souvenirs personnels du cinéaste pour évoquer cette année charnière que fut 1980. Le projet d’Armaggedon time était d’exprimer ces souvenirs avec le plus de sincérité possible. On peut dire que c’est superbement réussi, cette sincérité se ressent tout au long du récit et nous touche au plus profond, aux confins d’une odyssée cette fois proustienne, magnifiée par une photographie somptueuse et des interprètes d’une grande justesse.

Le jeune Paul, d’une famille juive de classe moyenne, intègre une école publique dans le Queens. Fasciné par l’espace, dessinant des fusées, il se lie d’amitié avec Johnny, un enfant noir vivant avec sa grand-mère, lui aussi passionné par le cosmos, partageant comme un trésor les autocollants de la NASA que son frère lui envoie de Floride. L’un comme l’autre n’étant pas des élèves modèles, ils vont faire l’école buissonnière, à l’image des aventures d’Huckleberry Finn de Mark Twain, se retrouvant dans la cabane de jardin de Paul. Puis va survenir un événement qui va confronter Paul à la réalité et le mettre face à un dilemme moral qui, avec l’aide de son grand-père (Anthony Hopkins) l’amènera à grandir, à devenir un « mensch ». Pris tous deux en train de s’essayer à fumer un joint aux toilettes, le sort qui sera réservé à Paul d’un côté et à Johnny de l’autre sera bien différent à cause de leurs origines sociales. Johnny sera expulsé et Paul intègrera une prestigieuse école privée, Forest Manor, déjà sous la coupe de la famille Trump dont l’un des membres prononce le discours inaugural de l’année scolaire…
En cette même année 1980, Ronald Reagan prédisait dans une interview : « nous sommes peut-être la génération qui verra l’Armageddon ». Ce qu’il ne disait pas, c’est qu’il en serait l’artisan le plus zélé et influent. Prenant pour modèle Margaret Thatcher, il allait poser les bases du néolibéralisme, de son cortège de destruction de l’État, de guerre contre les travailleurs, les chômeurs, les pauvres, les minorités, et de transfert des richesses vers les 1% les plus riches, une onde de choc qui devait se propager jusqu’à l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, reprenant le slogan de Reagan : « Let’s make America great again ». Pour mener cette politique, Reagan en sa qualité d’acteur allait parfaire une méthode d’abord employée par Nixon : détourner l’attention des électeurs vers ce que l’on appelle les « questions culturelles », attisant le racisme, s’opposant à l’avortement, favorisant le lobby des armes et fustigeant l’école publique. De ces années résultèrent entre autres une hausse sans précédent de la mortalité, du coût des soins de santé et du taux d’incarcération. L’offensive culturelle allait se manifester aussi dans l’industrie cinématographique avec l’invention des blockbusters dont beaucoup exaltaient à outrance le « rêve américain » et l’individualisme (il sera intéressant de mettre en regard le film de James Gray avec celui, également autobiographique, de Steven Spielberg, The Fabelmans, attendu en janvier prochain).
Ce récit, profondément sincère et juste, est celui d’une enfance américaine, celle du cinéaste au commencement des années Reagan, de la découverte de l’inégalité des chances, de la ségrégation et d’un système éducatif truqué. C’est une histoire d’amitié, de lutte des classes, où le positionnement moral de chacun sera mis à l’épreuve de « l’Armagedon » qui s’avance.