LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Les vidéos du Toulouse Hacker Space Factory (THSF) à revoir sur TV Bruits
Le Toulouse Hacker Space Factory (THSF) explore depuis 2010 les espaces de dérivation de l’emprise des technologies sur nos vies, en particulier celles en mutation du monde numériques et cybernétique. Les vidéos des interventions sont disponibles sur le site de TV Bruits https://tvbruits.org/spi...

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Soutenez Utopia Palmer

ARRIETTY, le petit monde des chapardeurs

Hiromasa Yonebayashi - film d'animation Japon 2011 1h34mn VF - Scénario de Hayao Miyazaki d’après le roman The Borrowers de Mary Norton. Pour les enfants à partir de 6 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ARRIETTY, le petit monde des chapardeursCe cadeau là ce n’est pas le ventripotent bonhomme rouge qui nous l’offre. Non, ce cadeau là nous vient de loin, du pays du soleil levant, comme on dit dans les livres pour enfant. Ce cadeau a été pensé et bidouillé par un vieux monsieur, qui depuis bien longtemps trône au Panthéon des génies de l’animation… Mais, merveilleuse bonne nouvelle : la relève est assurée ! Car si Hayao Miyazaki est bien à l’origine du scénario d’Arrietty, il n’en est pas le réalisateur. Confié à un jeune dessinateur du studio, Hiromasa Yonebayashi, le coup d’essai est digne du maître. Et ça n’est pas rien.
Arrietty est donc le dernier né du studio Ghibli, un film qui retrouve simplicité et naïveté, loin du symbolisme fascinant mais complexe de certains des chefs d’œuvre précédents (Le château ambulant, Princesse Mononoke…). Ici on pense beaucoup à Petit Panda, Ponyo sur la falaise et surtout au merveilleux Mon voisin Totoro. Et pour avoir vu défiler tant et tant de marmots dans nos salles - pour nous c’est un classique que l’on reprend régulièrement -, je peux vous dire que toute la 3D du monde ne remplacera pas le bonheur de la découverte de Totoro, Meï et Satsuki. On en connait des mioches qui ont été biberonné au « chat bus »… et quelques chose nous dit qu’Arrietty va vite leur faire le même effet.

Dans la banlieue de Tokyo, sous le plancher d’une vieille maison perdue au cœur d’un immense jardin, la minuscule Arrietty vit en secret avec sa famille de chapardeurs. Cette vieille maison c’est aussi celle de la grand-mère de Sho, un jeune citadin sage et un peu triste qui se voit confié à son aïeule afin de « rester au calme ». Le cœur de Sho est malade, et en attendant d’être opéré, le voilà dans cette maison de famille pleine de souvenirs avec pour seule compagnie une vieille servante franchement désagréable et un gros chat paresseux. Dès qu’il est entré dans le jardin, Arrietty a vu Sho. Et tout de suite elle a eu envie d’en savoir plus, mais Arrietty sait qu’elle doit se méfier : si elle est découverte, elle sera obligée de fuir, de déménager !
Etre un chapardeur n’est pas une mince affaire, il faut emprunter aux humains en si petite quantité que personne ne puisse s’en apercevoir, se méfier du chat ronchon de la famille, mais aussi des rats, des corbeaux et des intempéries. Le danger rôde quand on est si petit ! Et souvent le plus grand péril vient des humains… Mais à 14 ans, Arrietty veut découvrir le monde, et la rencontre entre la jeune chapardeuse et ce garcon mysterieux semble inévitable…

Pour son premier film, Hiromasa Yonebayashi, jeune réalisateur du studio Ghibli, signe une œuvre intimiste mélancolique sous l’influence de Miyazaki. Bien que librement inspiré du premier tome de The Borrowers, la série littéraire de l’écrivaine britannique Mary Norton, Arrietty - Le Petit monde des Chapardeurs n’en reste pas moins une production Ghibli, dont on reconnaît immédiatement la patte. Esthétiquement d’abord, l’animation se montre toujours aussi fluide et élégante malgré une richesse graphique qui ne se dément pas film après film. Sur le fond, on reste aussi en terrain connu avec l’étonnante rencontre entre un garçon et une jeune fille dont la taille n’excède pas celle d’un doigt. Le point de départ de l’histoire débute ainsi par cette rencontre qui n’aurait jamais dû avoir lieu.
Ici il n’y a pas d’onirisme, c’est le quotidien qui prend le pas sur le merveilleux. C’est pourquoi Arrietty donne parfois la sensation d’un film sans prétention. Et si cela constitue invariablement sa limite (toute relative), il en retire aussi toute sa force. Car même s’il se révèle moins ambitieux, moins visuellement époustouflant, l’épure de son récit forme comme une succession de mini-fictions du quotidien. En confrontant deux mondes (le petit et le grand), le film crée aussi une sorte de vertige qui vient amplifier l’impossibilité de contact entre les deux. C’est de cette opposition, de ce contraste, qu’Arrietty réserve ses moments les plus émouvants.
Vous l’avez compris, Arrietty nous a envouté par sa beauté toute simple mais si touchante, par son histoire si fraiche mais si chaude d’amitié et d’amour. Une magnifique histoire, une musique étonnante (celte !), un moment de bonheur pur.