LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Les vidéos du Toulouse Hacker Space Factory (THSF) à revoir sur TV Bruits
Le Toulouse Hacker Space Factory (THSF) explore depuis 2010 les espaces de dérivation de l’emprise des technologies sur nos vies, en particulier celles en mutation du monde numériques et cybernétique. Les vidéos des interventions sont disponibles sur le site de TV Bruits https://tvbruits.org/spi...

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Soutenez Utopia Palmer

PONYO SUR LA FALAISE

Écrit et réalisé par Hayao MIYAZAKI - film d'animation Japon 2008 1h55mn VOSTF - Pour les enfants à partir de 8 ans. Produit par le studio Ghibli, musique de Joe Hisaishi.

Du 03/07/24 au 16/07/24 à Toulouse (Borderouge) - Du 12/06/24 au 16/07/24 à Tournefeuille

PONYO SUR LA FALAISEAvec Ponyo sur la falaise, le magicien Miyazaki nous offre une plongée sous-marine virtuose où deux mondes s’entrechoquent pour donner naissance à une magnifique histoire d’amour enfantine. Ponyo, étrange créature échappée de l’océan, déboule un matin dans la vie de Sosuke. Le petit garçon est fasciné par ce minuscule poisson rouge au visage étonnamment humain et l’adopte immédiatement. Mais le père de Ponyo, un savant fou devenu allergique à la vie sur terre, tient le reste de sa famille en captivité dans les profondeurs sous-marines. Bien décidé à récupérer sa fille, il pourchasse Ponyo entre terre et mer. Et quand celle-ci, métamorphosée en petite fille, refait surface pour retrouver Sosuke, l’équilibre des éléments est bouleversé. Le royaume magique de la mer prend soudain la forme d’un tsunami et s’abat sur le village de Sosuke. L’amitié amoureuse des deux enfants résistera à ce combat.

Le risque, quand on a vu plusieurs films de Miyazaki, c’est de ne plus s’étonner devant l’imagination éblouissante du réalisateur. L’idéal serait d’oublier cette réputation de génie qui lui colle à la peau, de s’empêcher de faire éternellement des comparaisons, et de se laisser totalement emporter par ce nouveau flot d’images mi-féériques mi-réalistes. Car LA bonne nouvelle pour les habitués, c’est que l’univers du maître mêle désormais scènes fantastiques et quotidiennes. Un peu abandonné depuis Mon voisin Totoro, c’est cet aspect hybride qui fascine. Comment ne pas être subjugué par cette course-poursuite spectaculaire, où des vagues-poissons déchaînées menacent d’engloutir une voiture lancée à toute blinde sur la falaise ? Comment ne pas trembler pour Ponyo, courant sur une mer survoltée dans l’espoir de rejoindre son ami Sosuke ? Le choc est encore plus fort a posteriori quand on revient au climat feutré de la maison où Lisa, la mère de Sosuke, accueille les enfants avec un délicieux repas : leur trogne de ravissement gourmand devant ce plat de nouilles instantanées est communicatif, et l'on voudrait se réfugier avec eux devant ce festin d’après tempête.

Au final c’est peut être cette simplicité, cet harmonieux contraste entre l'intimité de la vie à la Japonaise et la dimension fantastique des éléments qui ravit et impressionne.