MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

Séance unique le lundi 3 avril à 20h30 à Utopia Saint-Ouen suivie d'une rencontre avec le réalisateur Daniel Kupferstein et des inspecteurs du travail.
A l'occasion de la projection, et dans l'optique qu'au mois d'avril le combat continue, une caisse de grève sera mise à disposition pour soutenir les grévistes de l'intersyndicale du Val d'Oise.

SOUFFRANCE AU TRAVAIL... ON LÂCHE RIEN !

Daniel Kupferstein - documentaire France 2022 1h21mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SOUFFRANCE AU TRAVAIL... ON LÂCHE RIEN !C’est une course de relais des pompiers de Maine-et-Loire, plus de 500Km pour Lauriane, qui rythme le documentaire de Daniel Kupferstein, sur le harcèlement, la maltraitance managériale et organisationnelle, souvent à l’origine de souffrances dans la vie, des maladies dues au travail, menant parfois au suicide.
Par cette initiative (en juin 2021) les pompiers voulaient manifester leur solidarité avec la famille de Lauriane, jeune pompière en formation, qui s’est suicidée en avril de 2016. Et aussi médiatiser le combat de la famille pour faire reconnaître le suicide comme un accident de service. Une succession de dysfonctionnements graves de la hiérarchie (non reconnaissance d’une blessure pendant un exercice, licenciement sans convocation ni devant la commission administrative ni de discipline pour notifier les raisons), qui lui a notifié, trois officiers face à Laurianne, que sa formation ne serait pas validée. Sa seule réponse, ‘Ma vie est foutue’, ne les a pas alertés et Lauriane s’est pendue dans un arbre le lendemain, à côté de la caserne.
En juin 2021 (cinq ans plus tard), le tribunal administratif de Nantes a jugé que le suicide était ‘imputé au travail’, deux mois plus tard le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) du Maine-et-Loire annonce qu’il ne fera pas appel et en janvier dernier par un arrêté officiel le Sdis reconnaît que la morte de Lauriane était ‘imputable au service’.
Le journaliste de Mediapart, Dan Israel a raconté en juin 2019 le ‘déni des autorités’ et en janvier 2022 est revenu sur la décision du SDIS Les pompiers se reconnaissent responsables du suicide…
Les pompiers qui ont fait les 500 km reliant la caserne, depuis Angers (Maine-et-Loire) à Grazac, en Haute-Loire, voulaient ainsi « ramener symboliquement » Lauriane chez elle, là où vivent ses parents. Bel engagement de fraternité…
Il s’agit d’une des trois histoires développées dans le film qui montre bien à la fois les conditions de travail qui provoquent les maladies, la souffrance jusqu’à parfois au geste définitif, et le parcours du combattant des familles ou proches pour faire reconnaître le lien entre le harcèlement et ces drames humains.

(Arthur Porto, Médiapart)