MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

QUAND TU SERAS GRAND

Écrit et réalisé par Andréa BESCOND et Eric METAYER - France 2023 1h39mn - avec Vincent Macaigne, Aïssa Maïga, Marie Gillain, Evelyne Istria, Christian Sinninger...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

QUAND TU SERAS GRANDAprès le très marquant Les Chatouilles, le couple Andréa Bescond / Eric Métayer revient avec ce Quand tu seras grand plus léger en apparence, qui prend les atours d’une comédie un brin outrée et loufoque pour mieux aborder quelques thèmes essentiels et nous plonger dans les méandres d’un de ces lieux qui se trimballent une telle réputation qu’on ferait tout pour les éviter : un Ephad, une maison de retraite comme on disait il n’y a guère. Pourtant cet Ehpad-là n’a rien de sinistre et même, côté résidents, comme le sirote la chanson, « il y a de l’amour dans l’air » : il faut voir avec quelle tendresse infinie Yvon lutine sa Gigi. Contrairement à leurs corps, leurs baisers n’ont jamais vieilli et restent torrides à voir. Ce sont deux paires d’yeux qui pétillent ensemble, deux cœurs qui palpitent à l’unisson, deux cerveaux qui se tiennent par la main. Toute une vie à cheminer ensemble, à apprendre à se comprendre d’un regard, à accepter les limites de l’autre. Rien que pour eux, leur joie et leur bienveillance communicatives, pour l’interprétation admirable des deux acteurs (Evelyne Istria et Christian Sinninger), Quand tu seras grand vaut carrément le coup d’être vu. Quand on rencontre une Gigi et un Yvon, on ne les oublie pas !

Bien sûr leurs compagnons de route ne sont pas tous logés à la même enseigne. Dans ce royaume sans roi, il y a ceux que l’on oublie et ceux qui s’oublient eux-mêmes. Qu’ils soient « résidents » ou soignants. Si à ces derniers il arrive des choses inénarrables, ils font tourner le moulin, vaille que vaille, serviables, l’entrain chevillé au corps, malgré les heures de fatigue accumulée, le manque de visibilité, de moyens, de reconnaissance. Témoins et victimes d’un système de soins bientôt plus malade que ses patients. Il y a une élégance folle dans leur façon de garder la tête haute, d’assumer failles et sentiments contradictoires, avec moult doses de recul, d’humour et de café pour tenir le choc. Petit personnel – très majoritairement féminin – au bord de la crise de nerfs, qui se défoule à ses minutes perdues, pour reprendre une bonne goulée d’air frais hilarant, salvateur.
Parmi ces investies, ces passionnés de la première heure, il y a Yannick (le tendre Vincent Macaigne) qui s’active en tous sens avec son éternelle jovialité en bandoulière, prompt, pour remonter le moral des troupes, à dégainer une salve d’humour. Mais ce dernier, il semble définitivement le perdre à l’arrivée d’Aude (l’intrépide Aïssa Maïga) et de sa troupe de mômes bruyants : faute de cantine digne de ce nom, la mairie a décidé d’ouvrir le réféctoire de l’Ehpad aux élèves de l’école communale ! Mais la salle à manger de l’établissement n’est a priori pas faite pour accueillir ces nouveaux invités forcément remuants, peu respectueux des cheveux gris, peu habitués à les cotoyer. Dans le fond, notre société nous parque soigneusement dans des cases bien séparées : les actifs avec les actifs, les retraités avec les retraités, les jeunes avec les jeunes, les vieux avec les vieux, chacun chez soi derrière d’invisibles frontières hermétiques et les brebis seront bien gardées !

Le film montre donc le choc de deux mondes qui s’ignoraient et se trouvent, bon gré mal gré, contraints de cohabiter, dans une ambiance d’abord électrique, voire conflictuelle… Deux mondes qui vont donc s’affronter, puis s’apprivoiser… Ce sera forcément drôle, un chouïa caricatural pour les besoins de la comédie, mais surtout chaleureux et finalement bouleversant. Sans crier gare, le récit partira en vrille et notre cœur avec, comme celui du petit anti-héros de l’histoire, le jeune Brieuc, un attachiant de môme, un parmi tant d’autres que la vie semble avoir gâté mais auquel il manque pourtant quelque chose d’essentiel, qu’il trouvera peut-être là où il ne l’attendait vraiment pas.