MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

BLACKBIRD BLACKBERRY

Elene NAVERIANI - Géorgie 2023 1h50mn VOSTF - avec Eka Chavleishvili, Temiko Chinchinadze...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLACKBIRD BLACKBERRYOn se croirait dans un film de notre très cher Aki Kaurismaki. Le mobilier, la quasi impossibilité de dater l’époque, les fringues comme on n'en fait plus, les visages d’une beauté brute qui nous happent et nous séduisent instantanément, tout ou presque nous rappelle le Finlandais céleste. Peintre impressionniste, teinté du naturalisme qui signe ce cinéma qui nous émeut. Elene Naveriani n’a pas à rougir, bien au contraire, de cette filiation qu’elle semble vouloir suivre, pas du tout évidente, mais ô combien puissante, celle de  l’économie de moyen et de la poésie pour raconter cette merveilleuse histoire de la première fois.
Éthéro, c’est son prénom, est, vous le découvrirez de ces héroïnes de cinéma que l’on n'attend pas, un physique renfrogné, un corps puissant et un caractère de chien. Pas glamour pour deux sous et pourtant...
Blackbird Blackberry est un beau portrait de femme proche de la cinquantaine au cœur d’un village géorgien traditionnel qui découvre, à l’automne de sa vie, l’amour et la sexualité sans pour autant renoncer à son indépendance.
Quand on la rencontre pour la première fois, notre héroïne ramasse des baies au bout du village. Soudain, elle avise un merle magnifique perché sur une branche devant elle. Leurs regards se croisent. Captivée par l’oiseau, elle glisse dans un ravin. Fort heureusement, s’accrochant de toutes ses forces à des branches, elle parvient à remonter et sauve ainsi sa peau. Dès ce moment où elle frôle la mort, quelque chose en elle change, une curiosité nouvelle modifie sa manière de marcher, ses gestes, une sorte de déclic se produit alors l’ouvrant à la vie.
Elle, c’est Ethéro. Ethéro est toujours célibataire à 48 ans et n’aurait jamais rencontré d’amoureux, indépendante et solitaire, elle tient la petite épicerie du village. Mais juste après cet accident, les choses vont changer : elle va rencontrer l’amour, et même la passion amoureuse dans ce qu’elle a de ravissement, et cette passion nouvelle va venir bousculer sa façon d’envisager son avenir.

Adaptation du roman Merle, merle, mûre de Tamta Melashvili, une écrivaine et militante féministe géorgienne, conçu autour des pensées intimes d’Ethéro, autour de ce dialogue que l’on tient parfois avec soi-même pour débattre de nos sentiments, nos impressions, notre forum intérieur, cette sorte de place publique à l’intérieur de soi et qui nous guide à travers nos choix et décisions, Blackbird Blackberry est une balade à la fois intelligente, sensible, charmante et intuitive sur les plaisirs de la vie, même lorsqu’on pense qu’il est trop tard !
Le film de Elene Naveriani distille un humour assez subtil et ne recule pas devant des scènes plutôt cruelles ou très libres, rendant hommage au corps à la Botero d’une femme qui mène son existence comme elle l’entend, quitte à se laisser surprendre par ses aléas. La force du film vient de son rythme tranquille, de son aspect tour à tour contemplatif et animé et surtout de la prestation de sa formidable actrice principale, Eka Chavleishvili. C’est simplement beau !