MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

RUE DES DAMES

Écrit et réalisé par HAMÉ et EKOUÉ - France 2023 1h44mn - avec Garance Marillier, Bakary Keita, Sandor Funtek, Virginie Acariès, Brahim Bettayeb...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RUE DES DAMES« Dans ces villes-dortoirs cœur du litige, Où on est tiré du sommeil par la faim, Comment veux-tu qu’on ne pense pas qu’à l’oseille à la fin ? » (extrait de Silence de ma rue de La Rumeur)

Hamé et Ekoué, on les suit depuis le milieu des années 90, d’abord comme membres actifs de La Rumeur, le groupe le plus politisé, le plus conscient du hip-hop français, ce qui a les a conduits à un procès hors norme dans sa durée, face au ministre de l’intérieur du début des années 2000, un certain Nicolas Sarkozy. Passés derrière la caméra avec un téléfilm, ils avaient impressionné avec leur premier long métrage, Les Derniers Parisiens (2017), plongée dans le monde nocturne d’un Pigalle en pleine mutation, portée par la prestation formidable de Reda Kateb. Un film qui explorait l’arrondissement parisien où ils ont grandi, le 18e. Avec ce nouveau film dont le titre évoque une rue du 17e limitrophe, non loin de la Place de Clichy, ils ont parcouru la distance de deux stations de métro pour évoquer leur quartier en voie de paupérisation. Car le sujet récurrent de Hamé et Ekoué, c’est la survie immédiate des gens de peu, et leur extraordinaire ténacité pour maintenir la tête hors de l’eau, alors que le moindre aléa de la vie peut les faire basculer de l’équilibre précaire à la rue.

Alors que nombre de films français se déroulent dans un monde étrange, comme hors sol, où il n’est jamais question d’argent, les personnages de Rue des Dames ne parlent que de ça, parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’en désintéresser. Et c’est bien le principal souci de l’héroïne, Mia, 25 ans, jeune esthéticienne qui arrondit ses fins de mois en orientant certaines de ses clientes vers des soirées VIP sur les Champs Élysées, où elles pourront rencontrer stars d’un jour ou footballeurs… Ces petits boni sont devenus de plus en plus vitaux depuis qu’elle a appris qu’elle est enceinte de son compagnon en liberté surveillée. Et avec une mère passablement défaillante, qui s’est lancée dans une improbable histoire d’amour avec Yohann, un policier sans doute trop jeune pour elle, elle ne peut compter que sur elle-même pour trouver les moyens plus ou moins légaux de rassembler argent et papiers en vue d’obtenir un nouvel appartement. Dans le même temps, sa meilleure amie est également tombée enceinte, des œuvres d’un footballeur en pleine ascension, accessoirement tout ce qu’il y a de marié, et ce secret va devenir l’objet de tractations, de jeux de pouvoirs et de pressions diverses…

Sur une trame de thriller urbain rondement mené, avec son lot de trahisons et de retournements, de flics ripoux et de magouilleurs souvent bien plus défendables que les tenants de la loi, Hamé et Ekoué proposent un très remarquable film social où la lutte des classes est actualisée à l’heure de l’ubérisation et de l’argent facile, où personne n’échappe à la quête désespérée d’argent pour s’en sortir, mais où, malgré tout, de très beaux personnages gardent l’esprit de solidarité chevillé au corps, avec notamment le très touchant Issa, le chauffeur uber, un peu perdu face à l’amnésie de son jeune cousin devenu footballeur millionnaire.
À côté de formidables comédiens non professionnels qui dégagent une profonde authenticité – on pense aux protagonistes des films de Rabah Ameur Zaïmeche, notamment le récent Le Gang des Bois-du-Temple –, Garance Marillier, révélée par Julia Ducournau dans Grave, porte le film avec son énergie inébranlable, dans un rôle de combattante du quotidien qui n’est pas sans rappeler la Rosetta des frères Dardenne.