MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

BOB MARLEY, ONE LOVE

Reinaldo Marcus Green - USA 2024 1h47mn VOSTF - Avec Kingsley Ben-Adir, Lashana Lynch, James Norton... Scénario de Reinaldo Marcus Green, Zach Baylin.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BOB MARLEY, ONE LOVEMis en scène par Reinaldo Marcus Green (La Méthode Williams), le film revient sur la vie privée et la carrière de l’icône de la musique qui a fait connaître le reggae à travers le monde, au cours de ses presque 20 ans de carrière, et a inspiré des générations grâce à son message d’amour et d’unité.
Le long métrage se concentre sur la vie du musicien après sa tentative d’assassinat le 3 décembre 1976 et la création de son album Exodus lors de son exil à Londres. C’est Kinglsey Ben-Adir, récemment au casting de Barbie de Greta Gerwig dans lequel il incarnait un Ken, qui incarne Bob Marley. Un rôle qui a nécessité au comédien 8 mois d’entraînement.

Il aura fallu attendre quarante-trois ans pour que Bob Marley, une des figures les plus charismatiques du XXe siècle, fasse l’objet d’un biopic. Des réalisateurs aussi chevronnés que Martin Scorsese ou Oliver Stone (excusez du peu) s’y sont cassé les dents. Bob Marley, One Love est sur les écrans grâce à l’acharnement du réalisateur américain Reinaldo Marcus Green. On lui saura gré de ne pas avoir brossé les trente-six ans de vie du chanteur – ce qui plombe la majorité des biopics – pour se concentrer sur quelques années décisives de sa vie et de sa carrière : la séquence qui va de 1976 à 1978. Le Britannique Kingsley Ben-Adir s’acquitte très bien du rôle. Sans jamais jouer les clones, il est crédible dans la peau de ce héros tour à tour volcanique et introspectif. Les scènes musicales sont particulièrement réussies, alors qu’elles sont souvent ratées dans ce genre de film. La réussite de Bob Marley, One Love tient aussi à la plongée qu’il offre dans la Jamaïque de la fin des années 1970, au contexte politique explosif.