Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

23e commémoration du génocide des Tutsi rwandais
Avril – Juillet 1994 Vendredi 7 Avril – Célébration12h : Rassemblement au Pont de Pierre, jet de fleurs dans la Garonne. 18h : Veillée à la chapelle de Mussonville à Bègles (dont l’un des murs est consacré à « L’Homme debout », œuvre de Bruce Clarke en hommage aux victimes du génocide rwandais) ...

23e commémoration du génocide des Tutsi rwandais
Avril – Juillet 1994 Vendredi 7 Avril – Célébration12h : Rassemblement au Pont de Pierre, jet de fleurs dans la Garonne. 18h : Veillée à la chapelle de Mussonville à Bègles (dont l’un des murs est consacré à « L’Homme debout », œuvre de Bruce Clarke en hommage aux victimes du génocide rwandais) ...

Bilan du déploiement forcé du compteur Linky
Jeudi 6 AVRIL à 19h30 à l’Athénée municipal,place St Christoly à Bordeaux Le collectif Stop linky Bordeaux métropole et la Ligue des Droits de l’Homme vous proposent une conférence-débat : Bilan du déploiement forcé du compteur Linky à Bordeaux et sur la Métropole, quel avenir pour nous tous si ...

PROJECTION DE GRAN TORINO
Dimanche 19 MARS à 14h, au Rocher de Palmer, PROJECTION DE GRAN TORINO, de Clint Eastwood, suivie d’une recontre avec son fils musicien Kyle Eastwood à l’occasion de son concert le Samedi 18 Mars à 20h30 au Rocher. Brunch musical à 12h, avant la projection (sur réservation).Tarifs : Film seul 5 ...

BORDEAUX – PARIS À PIED POUR UNE FRANCE DE « PLEINE CITOYENNETÉ POUR TOUS » !
C’est un appel à une longue marche qui partira de Bordeaux le 18 Mars prochain pour rejoindre la place de la République à Paris le 1er Avril.La France est riche d’une multitude d’histoires, d’origines, de couleurs, de courants de pensées, de croyances… Alors que nombre de professionnels de la po...

LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA (5e édition)

Du 15/02/08 au 26/02/08

Du 15 au 26 Février : Cinquièmes Rencontres Cinématographiques organisées par Espaces Marx Aquitaine Bordeaux Gironde. En collaboration avec les librairies BD Fugue, Comptines,
Librairie du Muguet et La Machine à Lire, et la radio « La Clé des Ondes ».
Attention ! Pour certaines séances (les films en soirée + Le Fond de l’air est rouge), les places sont en vente à l’avance.

Vendredi 15 et Samedi 16 Février : La Commune n’est pas morte !
ÉVÉNEMENT 1 autour du film LA COMMUNE (Paris, 1871) de Peter Watkins.
En collaboration avec la Clé des Ondes et le cercle Jean Barrué de la Fédération Anarchiste.

Vendredi à 20h30 : soirée-débat avec LA COMMUNE séquence 1 (1h02)
Samedi à 14h30 : LA COMMUNE séquences 2 (1h14) et 3 (1h15)

Samedi 16 Février à 20h30, à la maison cantonale de Bordeaux Bastide : Récital de Serge UTGÉ-ROYO : les chants de la Commune.

Mardi 19 Février : Les Rencontres au Grand Parc
18h : Table ronde à la bibliothèque du Grand Parc : « L’insertion par l’économique des gens du voyage ».
20h30 : Projection au centre d’animation du Grand Parc : Swing de Tony Gatlif.

Jeudi 21 Février : Gens du voyage et travail salarié

à 14h30 : LES PRINCES
à 16h30 : Programme de COURTS MÉTRAGES (tarif unique 3,50€)
à 20h30 : Soirée-débat avec CARAVANE 55

Jeudi à 18h, Table ronde à l’Athénée Municipal : Flexibilité, précarité : le rapport au travail salarié
des gens du voyage.

Vendredi 22 Février : Rencontre(s) avec Paul Carpita

à 14h : LES SABLES MOUVANTS
à 16h10 : QUATRE COURTS MÉTRAGES
à 20h30 : Soirée-débat avec LE RENDEZ-VOUS DES QUAIS

Vendredi à 18h, à l’Athénée municipal : Rencontre avec Paul Carpita Marseille, la censure, la question coloniale, le cinéma à l’école…

Samedi 23 Février : La Commune n’est toujours pas morte !
ÉVÉNEMENT 2 autour de LA COMMUNE (Paris, 1871) de Peter Watkins

à 14h30 : LA COMMUNE séquence 1
à 16h15 : LA COMMUNE séquence 2
à 18h : LA COMMUNE séquence 3

Dimanche 24 Février : Mai-Juin 68, deux mois qui ébranlèrent la société française.
1/ On a toujours raison de se révolter

Projection exceptionnelle du film en deux parties de Chris Marker.
LE FOND DE L’AIR EST ROUGE
à 14h30, 1re partie : LES MAINS FRAGILES
à 16h45, 2e partie : LES MAINS COUPÉES

Lundi 25 Février : Afrique, le train des privatisations ne ralentit pas.

à 14h30 : Court-métrage "Mais où sont les nègres d’antan", de Michel Boschet et André Martin (1962 16mn) puis D’UN TRAIN À L’AUTRE (tarif unique: 3,50 euros).
à 16h30 : hommage à Ousmane Sembene : LA NOIRE DE et en première partie, BOROM SARRET.
à 20h30 : soirée débat avec BAMAKO

Lundi à 18h, galerie de La Machine à Lire : Table ronde sur Ousmane Sembene, réalisateur et écrivain.

MARDI 25 Février : Mai-Juin 68, deux mois qui ébranlèrent la société française
2/ « Non, je ne remettrai plus les pieds dans cette taule ! »

à 14h: REPRISE
à 20h30 : soirée-débat sur le thème « Aux portes des usines »
DEUX FILMS DU GROUPE MEDEVEDKINE SOCHAUX

Mardi à 18h, galerie de la Machine à lire, Table ronde :
En finir avec l’esprit de Mai 68 ?

Le DVD du magnifique "LES LIP, L’IMAGINATION AU POUVOIR", le film de Christian Rouaud présenté ici-même lors des Rencontres 2007, est en vente à la caisse du cinéma au prix amical de 15€.


  • Lundi 25 Février à 20h30

    Soirée débat dans le cadre de "LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA"

    Projection suivie d’un débat avec la participation de Tiécoura Traoré, ingénieur-docteur, cadre licencié du réseau ferré Dakar-Niger, fondateur du collectif citoyen pour la restitution et le développement intégré du Rail Malien, acteur du film.
    Achetez vos places à l’avance, à partir du Lundi 11 Février.

    BAMAKO

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Drôle de film, pas banal, ambitieux et passionnant. Le seul à représenter l’Afrique au festival de Cannes 2006. Le seul aussi au Festival de Paris dont il a remporté le 1er Prix en juin. Drôle de film qui nous plonge dans le quotidien d’une poignée d’habitants d’un quartier de Bamako, dans une cour encerclée de maisons habitées par des familles qui ne se perdent pas de l’œil, partagent les choses du quotidien, banales, marrantes, dramatiques, touchantes. Drôle de film qui a choisi le quotidien ... (lire la suite)


  • Jeudi 21 Février à 20h30

    Soirée-débat dans le cadre de "LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA"


    Projection suivie d’un débat avec les réalisatrices, sur le thème des aires d’accueil. Les élus de la CUB et de la Communauté de Communes St-Jean d’Illac-Martignas sont invités… La loi impose des aires d’accueil pour les gens du voyage, mais il semble que pour certaines villes de France ce soit aussi difficile à réaliser que des HLM à Neuilly…
    Achetez vos places à l’avance, à partir du Lundi 11 Février.

    CARAVANE 55

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Achères… petite ville du val d’Oise, surtout connue dans le coin, pour sa station d’épuration… Achères où deux anciennes d’Utopia animent des salles cousines des nôtres à la demande d’élus qui étaient venus demander conseil un jour d’hiver alors que la première guerre du Golfe pointait son nez et qui osait alors, barrer sa rue principale d’une banderole affichant leur opposition à la guerre, à un moment où la chose ne coulait vraiment pas de source. Des élus, donc, qui ont un sens éthique si for... (lire la suite)


  • D’UN TRAIN À L’AUTRE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Le Sénégal est traversé d’est en ouest par une ligne de chemin de fer, la « Dakar-Niger ». Le train, qui relie une fois par semaine la capitale aux fins fonds du pays, est issu d’une histoire longue d’un siècle, fortement liée à l’évolution du Sénégal moderne. Ainsi, d’un objet imaginé par la tutelle coloniale à des fins d’extension de l’empire, la ligne fut en 1947 l’objet d’une révolte des cheminots noirs contre leurs employeurs blancs, puis, à l’indépendance, le symbole de l’unité du pays.... (lire la suite)


  • Mardi 26 Février à 20h30

    Soirée-débat sur le thème « Aux portes des usines »

    DEUX FILMS DU GROUPE MEDEVEDKINE SOCHAUX

    Sera également projeté Wonder, reprise, le film qui a déclenché le film Reprise d’Hervé Le Roux.
    Projections suivies d’un débat avec Jean Cadet, retraité, syndicaliste CGT, membre du comité de grève de Peugeot/Sochaux en 1968 ; Hervé Le Roux, cinéaste ; Jean Magnadas, Espaces Marx Paris ; Nicolas Hatzfeld, historien.
    Achetez vos places à l’avance, à partir du Lundi 11 Février.

    Les groupes Medvedkine ont œuvré à Besançon et Sochaux, dans les années 60 et 70, militants ouvriers qui saisirent la caméra pour exprimer en images les difficultés et les luttes de leurs camarades, aidés pour leur tournage par quelques réalisateurs et techniciens du cinéma. Pour la petite histoire, le collectif s’est baptisé Medevedkine lorsque Chris Marker leur raconta l’histoire d’Alexandre Medvedkine, un soviétique qui parcourait le grand pays avec son « ciné-train », en mettant le « kino » entre les mains du peuple.

    GROUPE MEDVEDKINE DE SOCHAUX

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    SOCHAUX 11 JUIN 1968, réalisé par Bruno Muel et un collectif de travailleurs de Sochaux. Monté par Chris Marker. 1970 18mn 11 juin 1968, 22ème jour de grève à Peugeot Sochaux, 4 heures du matin. Les ouvriers de grève qui viennent relever les piquets de grève trouvent leurs camarades matraqués. En une journée, 150 blessés, 2 morts. AVEC LE SANG DES AUTRES, réalisé par Bruno Muel avec l’aide des travailleurs de Sochaux. 1974 56 mn. Robert Peugeot, le chateau Peugeot, l’usine Peugeot… Peugeo... (lire la suite)


  • LA COMMUNE (Paris, 1871)

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Débutant par une saisissante déclaration de Peter Watkins face à la caméra, mettant en lumière les dangers de la connivence entre les médias et les pouvoirs politiques et financiers, La Commune s’impose comme un mélange extraordinairement vivant et ambitieux de rigueur historique, de « documenteur », et de work in progress. Soit environ deux cents comédiens, filmés au travail, en noir et blanc, dans un espace théâtral aux antipodes de la reconstitution classique. La révolution parisienne avorté... (lire la suite)


  • LA NOIRE DE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Le premier long métrage du cinéma africain, et en plus c’est un grand film ! L’histoire d’un couple de coopérants qui ramène en France la bonne qu’ils avaient au Sénégal. Loin de sa terre, de sa famille, de ses traditions, Diouana déchante: sa vie en France est loin de celle dont elle rêvait ; elle devait, comme au Sénégal s’occuper des enfants du couple… elle finit domestique… Critique lucide et acérée de la période post-coloniale, à travers un superbe portrait de femme. ... (lire la suite)


  • Dimanche 24 Février à partir de 14h30

    Mai-Juin 68, deux mois qui ébranlèrent la société française


    Projection exceptionnelle du film en deux parties de Chris Marker
    LE FOND DE L’AIR EST ROUGE dans le cadre de "LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA".
    à 14h30, 1re partie : LES MAINS FRAGILES
    à 16h45, 2e partie : LES MAINS COUPÉES

    Tarif : 7€ pour les deux parties groupées – tarifs habituels pour une seule partie.
    Achetez vos places à l’avance, à partir du Lundi 11 Février, uniquement pour les deux parties groupées.
    À l’issue de la projection, échanges possibles dans la salle de la cheminée, avec Jean-Paul Abribat, psychanalyste, président d’honneur d’Espaces Marx, et Dominique Belougne, secrétaire d’Espaces Marx.

    LE FOND DE L’AIR EST ROUGE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    De l’ébullition de 68 et des années qui suivirent, plus précisément de 1967 à 1977, Chris Marker, puisant dans des milliers de mètres de documents passionnants, a composé une fresque extraordinaire, d’une intensité rare, d’une richesse à vous donner le vertige. La guerre du Vietnam, la mort du Che, le printemps de Prague… Les festivités de Persépolis, avec tous les grands de ce monde s’inclinant devant le Shah d’Iran… Les jeux olympiques de Munich, et tous ces personnages qui font partie de la ... (lire la suite)


  • Vendredi 22 Février à 20h30

    Soirée-débat dans le cadre de "LA CLASSE OUVRIÈRE
    C’EST PAS DU CINÉMA"


    Projection suivie d’un débat avec le réalisateur Paul Carpita, avec Wielfried Pasquet, ancien docker du Havre, membre du Conseil d’Administration d’ATTAC France, et avec des représentants du syndicat CGT des dockers de Bordeaux.
    Achetez vos places à l’avance, à partir du Lundi 11 Février.

    LE RENDEZ-VOUS DES QUAIS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Paul Carpita met en scène, dans le Marseille d’après-guerre, l’histoire d’un jeune couple qui cherche un appartement. Lui est docker, elle est ouvrière dans une biscuiterie. Mais la dureté des temps ne leur facilite pas la tâche. Sur les quais, on décharge les blessés et les cercueils revenant d’Indochine, on embarque des canons et des chars. Des grèves éclatent, durement réprimées par la police. Pour ménager les appuis qui lui permettraient d’obtenir un logement, le héros amoureux se désolidar... (lire la suite)


  • LES PRINCES

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Le film qui a révélé au public Tony Gatlif… Ils vivent là, dans une HLM de transit, au bord d’un terrain vague entouré d’usines désaffectées : lui, Nara, une trentaine d’années ; elle, Zorka, sa fille de 9 ans ; elle, la vieille, qui porte le passé avec malice, joie de vivre et fierté. Avec ceux qui les entourent, dont pas mal de « gadje », ils vivent de récupération et de débrouille. Ils sont comme l’herbe qui pousse à travers le béton. On les expulse, ils relèvent la tête. On les fait souffrir... (lire la suite)


  • LES SABLES MOUVANTS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    En 1958, Manuel, 27 ans, quitte l’Espagne, fuyant le régime de Franco et sa police répressive. Comme des milliers de ses compatriotes, il va se retrouver en Camargue, où les manadiers ne sont pas trop regardants sur les papiers et les titres de séjour. Ils trouvent là une main-d’oeuvre bon marché, corvéable à merci. Roger, homme de main du propriétaire des lieux, ancien militaire, a courbé l’échine depuis longtemps et ne souhaite pas voir ces immigrés relever la tête. Malheureusement pour lui, a... (lire la suite)


  • REPRISE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    10 juin 1968, le joli mois de Mai est déjà envolé. C’est la reprise du travail à l’usine Wonder de Saint-Ouen, en banlieue parisienne, après trois semaines de grève. Parmi les ouvrières, il y en a une qui crie, qui dit qu’elle ne rentrera pas, qu’elle ne remettra plus jamais les pieds dans cette taule… Des étudiants ont filmé cette scène et en on fait un film de dix minutes d’une intensité incroyable. Le réalisateur Hervé Le Roux découvre ce film et décide de retrouver cette femme qui criait, s... (lire la suite)