Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

10 canoes, 150 lances et 3 épouses sur Vidéo En Poche
Vidéo en Pochedes films sur votre clé usb !Venez au ciné remplir une clé USB avect des Vidéos en Poche, il y en a pour tous les goûts et les âges.  5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD !  10 canoës, 150 l...

Les Amis du Monde diplo
En Avril, programme des réunions des Amis du Monde diplo (AMD) :Samedi 11 Avril à 14h30 - Cinéma Utopia - Projection unique du film We are four lions de C. Morris, suivie d’un débat avec P. Leymarie. Jeudi 16 Avril à 18h30 à la Librairie la Machine à Lire - 8, place du Parlement - Bordeaux - Re...

Georges Ibrahim Abdallah
En octobre 2014, Georges Ibrahim Abdallah est entré dans sa 31e année de prison. Il est libérable depuis 1999. Mais qui est donc ce prisonnier d’exception que l’Etat français emprisonne depuis si longtemps ?Georges Ibrahim Abdallah est un militant communiste arabe qui, avec les Fractions armées ...

Troc massages
Dimanche 5 avril, salle de la cheminée au cinéma de 14h à 17hCe collectif de praticiens en massage traditionnel (thai, shiatsu, ayurvédique, réflexologie) en association avec des kinés et des ostéopathes, propose un moment de détente (non thérapeutique) avec le massage de votre choix, en échange...

CINÉ QUA DONNE
Pargageons la cultureUtopia, Samedi 4 et Dimanche 5 Avril, à l’initiative de l’Unité locale de la Croix Rouge française de BordeauxParce que l’accès à la culture n’est pas donné à tout le monde, mais avéré comme un facteur indispensable de construction et d’épanouissement personnel, l’Unité Loca...

  • HOWARD ZINN, UNE HISTOIRE POPULAIRE AMÉRICAINE

    « Si ceux qui tiennent les rênes de la société se montrent capables de contrôler nos idées, ils sont à peu près assurés de conserver le pouvoir. Nul besoin de soldats dans les rues. Nous nous contrôlons nous mêmes. » Howard Zinn En 1980 paraissait aux États Unis le livre de Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis, dans lequel il questionne les fondements de la nation américaine en écho aux premiers mots du préambule de la Constitution des États-Unis, « Nous, le Peuple » : de quel p... (lire la suite)

  • LE LABYRINTHE DU SILENCE

    Nous sommes en 1958 à Francfort, la toute jeune République Fédérale d'Allemagne tente de se reconstruire, de panser les blessures de sa société meurtrie par la barbarie nazie. Un peintre en balade lâche soudain chevalet et pinceaux en reconnaissant, derrière les grilles d'une école, un homme qui a été un de ses tortionnaires dans le camp d'extermination d'Auschwitz et qui est devenu depuis professeur, sans être inquiété semble-t-il. Relayé par un journaliste tenace, Thomas Gnielka, le témoignag... (lire la suite)

  • LES INNOCENTS

    Angleterre, fin du xixe siècle. Miss Giddens, une jeune institutrice, se voit chargée par un homme fortuné de l'éducation de son neveu et de sa nièce, Miles et Flora, qui vivent seuls avec leur nourrice Miss Grose. Dans le manoir inquiétant qui sert de lieu à l'intrigue, Miss Giddens remarque d'étranges comportements chez ses protégés. Elle apprend que la précédente préceptrice, Miss Jessel, a eu une relation avec le valet Quint, que tous deux sont morts dans d'étranges circonstances, et la préc... (lire la suite)

  • LOW

    Low est l’errance d’un homme dans un Berlin de friches et de restes mémoriaux, de casernes, de camps, de no man’s land et de traversées sensorielles. Déambulation hypnotique d’une ombre inspirée à son auteur à la fois par « Le journal de Nathan Adler » de David Bowie (1995), et l’interprétation de ce dernier dans le personnage de Thomas Jérome Newton pour le film de Nicholas Rœg The Man who fell to earth (1976). Berlin est le personnage central de ce film. Terrain de jeux de toutes les interrog... (lire la suite)

  • PAS DE NOSTALGIE CAMARADES

    A Bordeaux, la Bourse du Travail, qu'on appelait la « Maison du Peuple », semble endormie, oubliée de tous. Pourtant, dans le ventre de l'édifice, des femmes et des hommes militent et s'interrogent sur la façon de maintenir à flot la lutte syndicale aujourd'hui. Orchestrés par la Mairie, des travaux de rénovation sont en cours. On ravale la façade pour redonner bonne mine au bâtiment, et on se félicite de défendre le « patrimoine » de la ville. Mais dans quel but ? Par souci des conditions de t... (lire la suite)

  • TANGO NO TODO ES ROCK

    Dix ans après la publication de son album Invitation au tango (Éditions du Collectionneur), le photographe Pedro Lombardi part à Buenos Aires et Montevideo, filmé par le cinéaste Jacques Goldstein, pour y retrouver les danseurs dont il avait alors réalisé les portraits : Mariano « Chicho » Frumboli, Moira Castellano, Gaston Torelli, Eugenia Parilla, Yanick Wyler, Esteban Cortez, Evelyn Rivera, Omar Correa, Mariana Lopez… Et il leur montre les photos prises dix ans plus tôt. Il est très touchant... (lire la suite)

  • THE BIG LEBOWSKI

    L'humour est omniprésent chez les frères Coen. Dans la plupart de leurs films, il est noir, il est pour de bon la politesse du désespoir. Mais une fois de temps en temps, les Coen s'offrent des échappées de franche rigolade, de comédie déconnante, et leur plus grande réussite dans le genre, c'est sans doute The Big Lebowski, épopée hilarante et foutraque, marquée du sceau psychédélique et libertaire des années soixante-dix, éloge jubilatoire du dilettantisme et de l'anticonformisme, hymne picare... (lire la suite)

  • UN PIGEON PERCHÉ SUR UNE BRANCHE philosophait sur l'existence

    « J'ai des dents de vampire, je vous les fais à moitié prix. » C'est le nouveau film, toujours aussi fascinant, du réalisateur suédois Roy Andersson (Chansons du deuxième étage, Nous les vivants) et il pourrait être vu comme la rencontre improbable entre le burlesque de Laurel et Hardy (un duo de personnages très pince-sans-rire sert de fil rouge au récit), le tragique absurde à la Beckett et une recherche picturale qui associerait pêle-mêle Bruegel, l'expressionnisme allemand d'Otto Dix ou G... (lire la suite)