LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Lundi 18 NOVEMBRE à 20h30

SOIRÉE-DÉBAT autour du film


Organisée et animée par la CIMADE pour le lancement du festival national MigrantScène, regards croisés sur les migrations, du 18 au 30 Novembre.
Achetez vos places à l'avance, à partir du Samedi 9 Novembre.

Cette année Migrant’Scène choisit d’interroger des femmes en migration, dont la mise en mouvement va se trouver confrontée à des ressorts spécifiques, et dont la diversité des parcours vient bouleverser nos représentations habituelles. Pourquoi, comment les femmes migrent-elles… ou ne migrent-elles pas ? Comment vivent-elles le déracinement de l’exil et parviennent elles à un nouvel enracinement ? Que souhaitent elles transmettre et partager de cette double culture ? Ces questionnements et bien d’autres sont au cœur de cette nouvelle édition, exceptionnellement placée à Bordeaux sous le parrainage amical de Perrine Fifadji, artiste associée au Rocher de Palmer.

WOMEN ARE HEROES

JR - documentaire France 2010 1h25mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WOMEN ARE HEROESJR est un jeune photographe français plein d'idées qui va photographier les gens là où ils vivent, dans des endroits pas forcément faciles, pas du tout touristiques. Il en tire de magnifiques portraits, souvent gigantesques, qu'il expose in situ, sur les lieux mêmes où les photos ont été prises, à destination donc des principaux intéressés et non des visiteurs des musées ou des centres d'art… Les rues du monde sont ses galeries. Et pas n’importe où : favelas de Rio, townships de Nairobi, bidonvilles de Bombay, ruines de Phnom Penh en pleine reconstruction.
Et grâce à lui les toits de tôles, les murs en ruine, et même les wagons brinquebalants se recouvrent de grandes photographies des visages, regards, sourires, grimaces… de ceux et celles qu'on ne voit jamais, ceux qui sont la rançon souffrante de notre bien être et qu’on préfère le plus souvent ignorer. JR s’était fait connaitre en 2007 par Face2Face, une étonnante exposition, grinçante et rafraichissante, sur le mur de séparation érigé par le gouvernement israélien. Côté palestinien, il avait exposé des visages gigantesques de Juifs orthodoxes hilares, et du côté israélien des photos de Palestiniens rigolards. Effet garanti !

Son nouveau voyage à travers le monde s’intéresse tout spécialement aux femmes, qu’elles soient Brésiliennes, Kenyanes, Indiennes, Cambodgiennes… JR part du constat évident que dans les situations de précarité extrême, les femmes souffrent d’une double punition puisqu’aux conditions de vie déplorables s'ajoute généralement la charge des enfants à cause des hommes absents (ou morts), sans compter le poids des traditions le plus souvent en faveur des hommes… Et il faut bien une centuple dose de courage pour affronter tout ça ! La parole des femmes étant en l'occurrence primordiale, JR, le photographe mondialement reconnu, a décidé de la garder, de la transmettre et donc de doubler son expérience plastique et humaine par un film. Dans une première partie très touchante, on peut entendre le désarroi, le fatalisme des femmes de la favela de Morro da Providencia (ironie du nom) qui racontent la guerre des gangs ou les affrontement avec l’armée qui déciment souvent aveuglément les jeunes hommes, laissant des jeunes veuves et des mères inconsolables se battre pour que ça n’arrive pas aux autres. A Kibera, il est question de machisme et du SIDA qui détruit les familles du Kenya comme celles d’autres mégalopoles africaines. En Inde, il est question de la difficile émancipation économique et personnelle des femmes qui tentent d’échapper à un carcan où les crimes d’honneur sexistes sont légion. Quant au Cambodge, ce sont aussi les femmes qui sont à la pointe du combat contre la spéculation immobilière qui menace leurs fragiles habitations.

La parole de ces femmes est édifiante, et leurs visages aussi. Pour échapper à cette morosité, à cette souffrance permanentes, JR demande à ces femmes de rire ou de faire des grimaces devant l'objectif, une parenthèse joyeuse dans un quotidien qui ne s’y prête pas. Puis, une fois les photos tirées, la magie opère : en quelques jours de travail, la favela qui surplombe Rio s’orne de dizaines d’yeux et de sourires qui regardent amusés et interrogateurs les baigneurs des plages mythiques… Plus beau encore à Kibera, le passage de wagons décorés de regards immenses fait se superposer les yeux aux visages apposés contre le talus en dessous des rails, reconstituant de manière éphémère les visages des femmes du township. Et soudainement le regard des habitants sur eux-mêmes change, redonnant du poil de la bête à leur dignité bien amochée.
JR, par son travail et son engagement, prouve ainsi que l’art peut, ne serait-ce qu'un tout petit peu, changer la vie de ceux qui y ont rarement accès.