Soutenez Utopia Palmer LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

L’ENFER DES ARMES

(Dangerous encounters : first kind / Don’t play with fire) Tsui HARK - Hong Kong 1980 1h32mn VOSTF - avec Lo Lieh, Lin Chen-chi, Paul Che... Scénario de Tsui Hark et Szeto Cheuk-hon. Copie restaurée 2K.

Du 08/02/24 au 27/02/24

L’ENFER  DES ARMESSi l’expression de « film culte » n’est plus qu’une étiquette galvaudée, ce n’est assurément pas le cas pour L’Enfer des armes de Tsui Hark. Inédit en salles en France, cette projection unique sur grand écran est un Graal absolu ! Œuvre phare et maudite de la nouvelle vague hong-kongaise, elle ouvre une des cinématographies les plus dingues au monde jusqu’à la rétrocession de l’ancienne colonie à la Chine en 1997. Action (Kirk Wong, Ringo Lam), polar (John Woo, Johnnie To) ou films d’auteurs (Wong Kar-wai, Ann Hui), le cinéma de Hong Kong a affolé la planète durant trois décennies. Le cinéaste Tsui Hark pourrait incarner à lui seul ce bouillonnement créatif.

« À l’origine du projet, un fait divers : à la fin des années 70, des fils de bonne famille, sans motivation précise, commettent une série d’attentats dans les cinémas de Hong Kong. L’Enfer des armes est clairement envisagé comme une bombe jetée à la face de la population hong-kongaise que Tsui Hark qualifie sans détour d’apathique. La loi du capitalisme sauvage érigé en système au mépris de l’éducation a engendré une jeunesse perdue entre la Chine et l’Angleterre, dans un no man’s land. Tsui Hark n’a pas encore trente ans, mais il est révolté par la corruption et le mépris de l’administration britannique pour les habitants de la colonie. Une révolte qui représente la carburant essentiel de L’Enfer des armes.
« La plaisanterie n’est pas du goût de la censure locale qui interdit la diffusion du film, obligeant le cinéaste à en retourner une large partie en un temps record. Ses héros, trois étudiants timorés, une jeune rebelle aux pulsions terroristes incontrôlables et un brave flic dépassé par les événements, sont emportés dans une spirale destructrice. Si les trois jeunes anarchistes disparaissent du centre du récit au profit du personnage plus ambigu de la jeune femme, le brûlot initial n’est nullement atténué, même si le propos sociologique est désormais masqué derrière un récit de trafic d’armes international.
« L’Enfer des armes, c’est un peu La Fureur de vivre post-déferlante punk. Le film entretient également, et c’est logique, nombre de points communs avec Orange mécanique, dont il est une sorte de relecture malade. »

Un texte issu du magazine du label HK Vidéo de Christophe Gans, dont l’équipe a tant fait pour la réhabilitation du film. Précision pour les connaisseurs : cette copie restaurée d’après le négatif original reprend le montage cinéma et non pas le montage director’s cut édité par HK Vidéo (conservez bien votre DVD !). Les éléments qui y figuraient sont définitivement perdus en dehors d’une source VHS impossible à restaurer.
Merci enfin à Spectrum films pour cette séance exceptionnelle. Distributeur qui a repris le flambeau pour proposer des versions restaurées de nombreux films de patrimoine de Hong Kong. Toujours à revoir, à découvrir, à transmettre…