Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,5€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

NON à la Vente de La Maison départementale des syndicats du Val d'Oise
Le Conseil Général dans le cadre d’une opération immobilière a décidé d’expulser les syndicats du Val d’Oise, dès février 2015. Les syndicats départementaux y sont hébergés depuis plus de 35 ans et y mènent une activité intense. « Les salarié-e-s ont besoin des syndicats reconnus d’utilité publi...

Manifestez contre la visite de Marion Maréchal-Le Pen à Eragny...jeudi 6 novembre
Jeudi 6 novembre, Marion Marechal Le Pen sera, à l’initiative de Stéphane Capdet, conseiller municipal frontiste de la ville, auRigatoni Café d’Eragny pour un repas entre militants “Front National”. Nous appelons à un rassemblement à 19h devant le restaurant, pour dire non à Le Pen, et non au Fr...

Master of the Universe, confessions d'un banquier
Après Viramundo en 2013, Vidéo en Poche participe pour la seconde fois à une expérience européenne (SPIDE) proposant une sortie quasi simultanée en salles et en vidéo dans dix territoires européens du film Master of the Universe : ça n’a l’air de rien mais c’est une petite révoluti...

LE PROGRAMME À TÉLÉCHARGER
247UTPONTOISE_web.pdf... Lire LE PROGRAMME À TÉLÉCHARGER...

FOXCATCHER

Bennet MILLER - USA 2014 2h14mn VOSTF - avec Steve Carell, Channing Tatum, Mark Ruffalo, Vanessa Redgrave, Sienna Miller... Scénario de E. Max Frye et Dan Futterman. Prix de la Mise en scène, Festival de Cannes 2014.

Du 21/01/15 au 17/02/15

FOXCATCHERL'intrigue va en dérouter plus d'un, surtout ceux qui s'attendent à voir de la lutte… En fait le sport n'est qu'une toile de fond. Même si pour les protagonistes il est tout. L'enjeu d'une vie, d'une reconnaissance ou d'une domination… La lutte n'est ici que le socle d'un thriller psychologique tendu, complexe, même s'il faut saluer bien bas les acteurs qui ont réussi cet exploit admirable de restituer des scènes de combat dignes des plus grands lutteurs mondiaux. Channing Tatum et Mark Ruffalo ont travaillé des mois sous la houlette d'entraîneurs olympiques, afin de coller à leurs personnages, les frères Schultz, Mark et Dave, qui furent tout deux champions du monde. Et c'est là une des grandes qualités du film : rien n'est laissé au hasard. C'est une fiction tirée au cordeau, exigeante, où le moindre détail a été passé au crible de recherches dignes du journalisme d'investigation. La même rigueur que le réalisateur Bennet Miller avait déployée pour ses précédents films (Truman Capote en particulier).

L'action se situe dans un temps, les années 90, où l'on pouvait encore mettre un visage sur les grands de la finance internationale. On les regretterait presque, à l'heure où tout s'emballe, où les actions ne restent qu'une poignée de secondes entre les griffes de groupes anonymes, pouvoir sans tête impossible à décapiter s'il fallait faire la révolution. Les Du Pont de Nemours du moins avaient un nom, une épopée familiale qui les conduisit au sommet d'une fortune colossale. Et en bout d'arbre généalogique voici qu'apparaît John Eleuthère Du Pont. Grand héritier capricieux, appartenant à une race presque romanesque en voie d'extinction, une queue de comète, une fin de lignée, comme pouvaient l'être ces rois atteints de la maladie du sang bleu. Les réalités du commun des mortels sont inaccessibles à celui qui n'a jamais dû se battre pour obtenir quoique ce soit. Posséder plus que de raison le confine dans un mortel ennui, qu'il essaie de tromper au fil de ses entichements futiles autant qu'éphémères. Sa vie insatisfaite n'est qu'une accumulation frénétique, un bric-à-brac luxueux où le flou de son cerveau ne fait pas le distinguo entre les objets, les hommes, les hommes objets, dociles, serviles devant le Veau d'or. Collectionner des petits trains ou faire œuvre de charité ? C'est du pareil au même, des hobbies pour tuer le temps, des ersatz de passions aussi vite oubliées qu'il s'y est engouffré. La nouvelle lubie en date ? Coacher les meilleurs lutteurs américains, gagner la coupe du monde à travers eux, redorer le blason de sa patrie et, par procuration, le sien… Il se voit à leur tête, les maîtrisant, forçant leur admiration, celle des foules, des autres hommes, ayant accompli un exploit à tout jamais gravé dans les anales familiales. Rien que ça ? Sa fortune colossale lui permet toutes les extravagances, pourquoi pas celle-ci.
Et le voilà qui s'emballe, se met à collectionner les athlètes comme autant de soldats de plomb. Il lui faut les meilleurs pour intégrer son centre d'entrainement de luxe baptisé « Foxcatcher ». Et ses plus belles pièces sont Mark et Dave, deux frères, le second est l'entraîneur du premier, son mentor, son tout. Entre eux une relation fusionnelle, exaltante, envahissante, heureuse et douloureuse. Une osmose qui résonne fort pour le fils Du Pont né dans la soie mais pas dans la joie, écrasé par le poids des milliards et d'une mère omnipotente, méprisante. Enivré par le luxe de la propriété immense qu'on rejoint en hélicoptère, Mark voit-là l'accomplissement d'un rêve. Dave voit son frère qui lui échappe, John Eleuthère rêve de ressembler à Dave…

La suite ? Vous verrez ! Voilà bien en place les ingrédients d'un cocktail explosif. La rencontre de créatures mi-touchantes, mi-monstrueuses, aux sens atrophiés à force d'avoir vécu dans des cages dorées, surprotégés. Capables de tout sauf de ce pas libérateur vers leur émancipation, pourtant à portée de pied…