MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-279.jpg, mar. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-278-web.jpg, fév. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 277 (DU 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2018 ) À TÉLÉCHARGER
 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 277 (DU 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2018 ) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°276 ( DU 13 DÉCEMBRE 2017 AU 23 JANVIER 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-276.jpg, déc. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°276 ( DU 13 DÉCEMBRE 2017 AU 23 JANVIER 2018) À TÉLÉCHARGER...

MES PROVINCIALES

Écrit et réalisé par Jean Paul CIVEYRAC - France 2018 2h17mn - avec Andranic Manet, Sophie Verbeeck, Gonzague Van Bervesselès, Corentin Fila, Jenna Thiam, Diane Rouxel...

Du 18/04/18 au 08/05/18

MES PROVINCIALESUn jeune homme entreprend de se rendre à Paris pour étudier le cinéma, et c’est toute une initiation sentimentale et intellectuelle que nous propose cet admirable film de Jean-Paul Civeyrac. Mes Provinciales est ce que l’on pourrait qualifier – pour employer un terme littéraire – de film d’apprentissage, avec ce que cela comporte de romanesque et d’essentiel dans les sujets qu’il aborde. Un âge où se mêlent sans distinction les grandes aspirations et la découverte de l’amour, les utopies et leur lot d’hésitations, les amitiés véritables et les premiers compromis. En somme, tout ce que l’avenir réserve d’espoirs, fussent-ils incertains, et de déceptions aussi. Il y a quelque chose d’exaltant à voir au cinéma des personnages assumer pleinement leurs sentiments et leurs idéaux, entreprendre avec ardeur la réécriture du monde détraqué qui se présente à eux. Et il est tout aussi fascinant de les voir élaborer des réponses au gré de leurs rencontres, au contact d’œuvres d’art qui les marquent ou dans des extraits de pages de la littérature. Jean Paul Civeyrac a su trouver à son film une forme limpide et apaisée – héritière d’un cinéma à la première personne, de Eustache à Truffaut – qui parvient à saisir quelque chose d’infiniment beau dans cette jeunesse empreinte d’absolu, confrontée pour la première fois à l’épreuve des ambitions qu’elle s’est fixée.

Le personnage qui traverse tout le film, c’est Etienne Tinan. Il n’y a pas que sa ville de Lyon qu’Etienne laisse en « montant » à Paris, mais également ses parents, toujours attentionnés, et sa petite amie Lucie, aux sentiments fusionnels fragiles, anxieuse de cette séparation physique. Il faut dire qu’Etienne va au devant d’étapes décisives et de fortes rencontres. A commencer par la fac de Paris VIII, où il assiste d’emblée à des discussions enflammées sur le cinéma. Etienne est de tempérament réservé et certainement intimidé par la verve de ses camarades, mais lui qui dit admirer Bresson et Pasolini saura montrer qu’il aspire également à une radicalité en la matière. Il y rencontre d’abord Jean-Noël, avec qui il tissera une longue relation de bienveillance. C’est Jean-Noël qui lui parlera en premier de Mathias, un étudiant à l’assiduité très irrégulière dont les partis-pris auront tôt fait de fasciner Etienne. Mathias est un provocateur à la vie secrète, séducteur à la langue bien pendue et puriste en arts. Il faudra une bonne dose de persévérance pour qu’Etienne lui démontre sa valeur et que se noue entre eux une amitié en pointillés, ponctuée de rivalité et d’admiration.
Et puis bien sûr, il y a les passions. Valentina, la colocataire d’Étienne, qui ne cache pas ses sentiments, et à laquelle il résiste par attachement à son premier amour Lucie. Sans compter les tentations charnelles des filles de la fac. Mais c’est sûrement la militante engagée Annabelle, « la fille de feu », qui marquera le plus durablement Etienne. A travers Annabelle, l'étudiant en cinéma entrevoit un monde diamétralement opposé au petit microcosme intellectuel qui était jusqu’ici le sien. Tous ces personnages s’attirent, se confrontent, se perdent et réapparaissent, pour s’enrichir mutuellement selon des trajectoires propres que le film ne sacrifient jamais au nom du récit.

En quatre chapitres et un épilogue, Civeyrac orchestre une narration parfaitement fluide. Les personnages sont filmés sans angélisme, avec leurs excès ou leur immaturité parfois, mais avec une fascination profonde pour la pureté de leur regard. Le choix du noir et blanc, la place centrale des livres et la récurrence de la musique classique confèrent à Mes Provinciales une délicate distanciation. Et c’est justement de là que surgit toute la beauté mélancolique du film : alors que les intentions se mesurent aux actes, Etienne Tinan aura appris l’écart entre la vie rêvée et la vie vécue.