Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,5€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GRILLE QUE VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS LA GAZETTE
LA GRILLE QUE VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS LA GAZETTE 242 :LE LIEN VERS LE PDF GRILLE DU 26-02... Lire LA GRILLE QUE VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS LA GAZETTE...

Viramundo, un voyage musical avec Gilberto Gil
Du 17 avril au 7 mai en Vidéo en Poche, en avant-première, pour 5€ et en HD ! (voir la page de présentation du film) Une expérience européenne (The Tide Experiment) va proposer une sortie quasi simultanée en salles et en vidéo dans dix territoires européens : ça n’a l’air de ri...

Veolia attaque Water makes money !
Le 14 février 2013 s’ouvre à Paris le procès en diffamation intenté par Veolia contre le film Water makes money qui osait parler en 2010 des pratiques des multinationales de l’eau. Sur le banc des accusés, l’association La mare aux canards qui a distribué le film en France, et Jean-Luc Touly, a...

Les nouveaux films en Vidéo en Poche, et très bientôt… WOUF !
Les nouveaux chiens de garde sera disponible dès le 4 décembre (en HD) : venez au ciné remplir une clé USB avec des films Vidéo en Poche, il y en a pour tous les goûts et les âges. 5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible, la résolution minimale étant celle d’un DVD. Vous pouve...

TOM À LA FERME

Écrit et réalisé par Xavier DOLAN - Canada (Québec) 2013 1h42mn - avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy, Evelyne Brochu, Manuel Tadros... D’après le roman de Michel Marc Bouchard.

Du 16/04/14 au 13/05/14

TOM À LA FERMEÇa commence comme un magnifique mélo et ça se poursuit comme un angoissant thriller hitchcockien. Avec le génie auquel il nous a habitués (Laurence Anyways avec Melvil Poupaud, quelle claque !), le très jeune cinéaste canadien Xavier Dolan sait dès les premières images de Tom à la ferme nous submerger d’émotion. La main d’un jeune homme griffonne sur un couvre-lit d’hôpital un poème d’amour et d’adieu adressé à son amant récemment disparu. Et la chanson de Michel Legrand Les Moulins de mon cœur monte en puissance… et on est déjà liquéfié. Puis une caméra aérienne s’envole très haut au-dessus des immenses étendues agricoles et forestières du Québec. Une route interminable et rectiligne les coupe. Y file à tombeau ouvert une limousine noire conduite par Tom, le jeune homme inconsolable. Il se rend dans la famille de son bien aimé disparu.

Il approche une ferme déserte, une de ses fermes nées d’un cauchemar de David Lynch, que seuls semblent habiter quelques dizaines de vaches. Il s’endort sur la table de la cuisine et se réveille face à la mère, un être fantomatique et désespéré (impressionnante Lise Roy) dont il comprend vite qu’elle ne savait rien de l’homosexualité de son fils et qui prend Tom pour un gentil collègue de Montréal. Il accepte de passer à la ferme la nuit avant les funérailles avant d’être tiré soudainement de son sommeil par un homme brutal qui le moleste et le somme de ne rien révéler à la mère. C’est Francis, le frère aîné, qui garde la ferme avec la mère depuis des années. Et peu à peu s’installe dans cet étrange trio une relation ambigüe. La mère, qui peut avoir de surprenantes crises de colère envers son fils, est-elle aussi aimante et bienveillante qu’elle veut le montrer ? Francis est-il juste une brute homophobe bien décidée à chasser Tom au plus vite ? Pas si évident car peu à peu il semble vouloir l’empêcher de repartir, et étrangement Tom semble peu à peu s’accommoder de sa séquestration : Tom le publicitaire branché apprenant peu à peu les travaux de la ferme…
Car chacun a beaucoup plus de facettes qu’il n’y paraît et on finit même par s’attacher à cette brute enfermée elle-même depuis des années dans une condition insupportable, entre les bêtes et une mère possessive, son personnage rappelant inévitablement celui de Bullhead incarné par Matthias Schœnhaerts, un homme pour qui Tom, en même temps qu’il représente ce qu’il déteste, est aussi ce qu’il désire plus que tout.

Avec trois acteurs exceptionnels (dont Dolan lui même, beau et charismatique comme un dieu, dans le rôle de Tom) et une mise en scène qui joue autant sur le huis-clos que sur les espaces extérieurs tout aussi inquiétants – l’étable, antre aussi de la brutalité, le champ de maïs, où les épis vous cisaillent si vous essayez de vous enfuir en le traversant, le bar de la ville glauque –, Xavier Dolan parvient à créer un climat palpitant : on ne sait jamais ce que sera la scène suivante et la violence est toujours latente, n’éclatant que rarement. Un climat nourri des frustrations et des désirs de chacun, du remords inextinguible de Tom qui se noie dans cette situation pour expier la mort insurmontable de son amant. Xavier Dolan a 25 ans et déjà quatre films formidables à son actif… Que dire de plus ? Chapeau bas…