MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv281-web.jpg, juin 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-280.jpg, mai 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-279.jpg, mar. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-278-web.jpg, fév. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER...

  • À GENOUX LES GARS

    Voilà un film qui, sur le papier, a tout pour déplaire au public majoritaire d’Utopia. Sans vouloir vous caricaturer, cher public, vous avez plutôt plus de 35 ans, êtes plutôt bien élevé et cultivé, venez rarement des quartiers très populaires. Il est donc normal que vous soyez un peu imperméable à la culture adolescente et post-adolescente des cités, que vous ne prisiez pas forcément l’humour des comédiens issus du stand up et des shows sur internet, et point trop non plus une certaine vulgarit... (lire la suite)

  • AU POSTE !

    Pour fêter comme il se doit son retour en France – depuis Steak il y a plus de dix ans, il avait tourné tous ses films aux Etats-Unis – l'inclassable Quentin Dupieux alias Mr Oizo s'offre un casting qui s'avère impeccable ! Autour d'un Benoît Poelvoorde au sommet de son art fait de ruptures de ton et de sautes d'humeu(ou)r, on a le plaisir de voir à l'œuvre un étonnant Grégoire Ludig, qui se montre parfaitement à la hauteur du défi de tenir tête au trublion belge, et puis Marc Fraize et Philippe... (lire la suite)

  • COME AS YOU ARE

    Pensylvanie, 1993… Tandis que le titre Come as you are de Nirvana fait un tabac, la jeune Cameron Post (Chloë Grace Moretz) découvre que son corps s’éveille à de nouveaux émois. Quoi de plus agréable que d’enlacer Coley, sa meilleure amie, de lui soutirer un petit baiser pas tellement innocent et même pire. Les deux adolescentes transportées par leurs sentiments grandissants n’y voient pas de mal, même si évidemment elles ne s’affichent pas vraiment. Se voir en cachette rajoute à leur excitation... (lire la suite)

  • DOGMAN

    Pas de doute : les films de Matteo Garrone – on citera tout particulièrement Gomorra et Reality – sont tout sauf tièdes. Ça décoiffe, ça saisit, ça bouscule ! Une fois de plus le réalisateur ne nous sert pas du réchauffé et dès le premier plan de Dogman, il nous scotche dans notre fauteuil. Même si les canidés y sont parfois mignons, c’est un cinéma crépusculaire qui grogne et mord ceux qui s’en approchent. Le récit n’est pas tendre même s’il transpire de tendresse. Il est issu d’une image resté... (lire la suite)

  • FLEUVE NOIR

    On ne saura jamais vraiment ce qui se cache derrière ce titre évocateur d’une célèbre collection de romans noirs. L’idée peut-être d’un cheminement sinueux, d’une enquête tortueuse et insaisissable comme l’eau qui coule. Ou bien l’appel du vide, du mystère et finalement de l’oubli quand le courant emporte tout dans son étreinte funeste. Noir, assurément, comme le polar dont ce film s’inspire librement. Noir comme ce personnage de flic qui coche toutes les cases (un peu trop de cases, jugeront sa... (lire la suite)

  • GUY

    Ce fut la bonne et heureuse surprise de la fin de la Semaine de la Critique de ce Cannes 2018. Un film comme un dernier tour de chant, comme une belle révérence qui clôturait cette parenthèse-là du festival, plus intimiste, plus généreuse aussi, celle qui se joue loin des paillettes. C’est ici que l’on déniche souvent quelques pépites, des films inattendus, des surprises, des outsiders, des œuvres singulières, de drôles d’objets souvent fragiles qui osent ici leurs premiers pas. Guy était passé ... (lire la suite)

  • HAVE A NICE DAY

    C'est l'histoire d'une rencontre, un soir dans une voiture, d'un pauvre type aux abois et d'un sac de sport rempli d'oseille ; et quiconque a déjà vu ne serait-ce qu'un Film Noir dans sa vie sait déjà que ce genre de rencontre ne peut que très mal se terminer. Parce que ce sac appartient à un type qu'il ne faut pas contrarier, parce qu'il est trop tentant de ne pas s'en emparer quand même, et bien évidemment parce que le type en question va chercher à le récupérer, quitte à laisser du sang sur l... (lire la suite)

  • JERICÓ, LE VOL INFINI DES JOURS

    Dans le splendide village de Jericó au coeur de la vallée du café, de vieilles dames, souvent pleines d’allégresse et toujours battantes, content leurs histoires d’amour et de famille ; leurs rêves réalisés ou inaccomplis de filles et de femmes ou encore leurs espoirs et déboires de mères et de compagnes. En remontant les pentes du village, les souvenirs, joyeux ou tristes, sont égrenés avec humour et un sens du décalage qui semblent caractériser les habitantes du lieu. Personnages hauts en coul... (lire la suite)

  • L'ENVOL DE PLOÉ

    Ploé, petit oiseau chétif, est né au cœur du printemps, sur les terres où ses parents reviennent tous les ans à la fin de l’hiver glacé islandais pour vivre des jours plus cléments. Mais la vie sur ce paradis vert n’est pas toujours des plus calmes et la cohabitation entre les oiseaux migrateurs et les oiseaux sédentaires n’est pas toujours des plus apaisée, un peu comme avec les humains, quoi. Les faucons, fiers et hargneux, n’ont que peu de considération pour les pluvieux, ces poules mouillées... (lire la suite)

  • L'ENVOL DE PLOÉ

    Ploé, petit oiseau chétif, est né au cœur du printemps, sur les terres où ses parents reviennent tous les ans à la fin de l’hiver glacé islandais pour vivre des jours plus cléments. Mais la vie sur ce paradis vert n’est pas toujours des plus calmes et la cohabitation entre les oiseaux migrateurs et les oiseaux sédentaires n’est pas toujours des plus apaisée, un peu comme avec les humains, quoi. Les faucons, fiers et hargneux, n’ont que peu de considération pour les pluvieux, ces poules mouillées... (lire la suite)

  • L’ÎLE AU TRÉSOR

    En ces temps estivaux, cette immersion rafraîchissante au coeur de la célèbre « Ile de Loisirs » de Cergy-Pontoise, à quelques brasses (dans l'Oise) de votre cinéma préféré nous a fait comme l'effet d'une délicieuse parenthèse. Parce que que ce rendez-vous incontournable des jeunes et des familles du coin, celui que nous connaissons tous pour y avoir traîné nos shorts d'ados, nos amours de Lycée ou nos enfants à vélo est traité ici avec un regard juste et innondé de tendresse. Le talentueux Guil... (lire la suite)

  • LE CERVEAU DES ENFANTS

    « Je ne crois pas à l’éducation dogmatique, et l’idée de ce film était donc de comprendre, biologiquement, l’évolution du cerveau de l’enfant et ainsi de pouvoir identifier quelles sont les expériences qui sont favorables à son développement optimal. Tous les enfants ont un immense potentiel, et en tant qu’adultes nous sommes en partie responsables de la réalisation de ce dernier. Mon ambition est donc d’éveiller les consciences et de pousser à la réflexion personnelle ». C’est un film qui v... (lire la suite)

  • LES INDESTRUCTIBLES 2

    Les super-héros préférés des Studio Pixar sont de retour ! On se souvient du plaisir jubilatoire éprouvé à l'époque devant tant de maitrîse, d'intelligence et de drôlerie dans une œuvre animée. Le studio à la lampe né en 1995 avec Toy story, déjà un chef d'œuvre n'a depuis jamais (ou presque) usurpé sa réputation d'excellence. Gageons, nous n'avons pas pu voir le film au moment du bouclage mais des rumeurs louangeuses circulent déjà sur la toile, que ce nouveau Indestructibles sera largement à l... (lire la suite)

  • LES VIEUX FOURNEAUX

    Si c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, ce n’est assurément pas dans les vieux fourneaux qu’on fait toujours les meilleurs gâteaux. C’est pareil pour les hommes. Même avec une santé de fer, la rouille leur joue des tours, les horloges biologiques progressivement se mettent en berne. Avec le temps, Pierrot, Mimile et Antoine sont bel et bien devenus presbytes comme si être de véritables casse-couilles durant une vie entière ne leur avait pas suffi ! Persifler, se moquer, s’... (lire la suite)

  • MARY SHELLEY

    Il faut bien reconnaître que les films biographiques sur des artistes ne sont pas toujours des réussites exaltantes. Euphémisme. On préfère ne pas entamer la longue litanie des écrivains, peintres, musiciens, cinéastes, dont la vie et l’œuvre ont été rendues insipides par de mauvais cinéastes démonstratifs. Alors quand on a appris qu’on nous proposait un biopic sur Mary Shelley, la géniale auteure de Frankenstein (écrit à l’âge de 18 ans !), jeune prodige qui s’est imposé dans le monde littérair... (lire la suite)

  • PAUL SANCHEZ EST REVENU !

    Paul Sanchez est revenu et ce n’est pas franchement une bonne nouvelle. Depuis la gare des Arcs-sur-Argens, où il a été aperçu, aux zones commerciales des alentours, où il semblerait qu’il ait traîné sa grande carcasse, la rumeur est là : le meurtrier dont on avait perdu la trace depuis dix ans, qui s’est évaporé tel un spectre, est bien de retour parmi les vivants. Chez les flics, la nouvelle n’est pas vraiment prise au sérieux parce que depuis toutes ces années, ils en ont eu des fausses piste... (lire la suite)

  • THE GUILTY

    Asger Holm est flic. Il répond au 112, le numéro d'urgence de la police danoise. Goguenard lorsqu'il comprend que l'homme qu'il a au bout du fil se trouvait en plein quartier des prostituées quand il s'est fait voler un ordinateur dans sa voiture, excédé quand un videur de boîte de nuit lui parle comme à un chien… mais surtout las de se trouver relégué dans ce centre d'appel. Car Asger est un flic de terrain et s'il se trouve pendu à ce téléphone, c'est qu'il a été l'objet d'une mise au placard.... (lire la suite)

  • THE STRANGE ONES

    Dans le soleil couchant d’un été infini, dans un recoin perdu de l’Americana, dans le rêve d’un garçon mutique aux yeux immenses, brûlent d’un éclat poignant les derniers feux de l’enfance. Perdue, égarée, à jamais dissolue dans le regard de Sam, adolescent sans âge qui regarde, impavide, défiler les villages sur le siège passager d’une berline en route pour nulle part. Au volant son ainé, Nick, qu’il présente comme son frère aux étrangers qu’ils croisent mais dont on soupçonne vite qu’il est à ... (lire la suite)

  • UN COUTEAU DANS LE COEUR

    Il y a des films qu’on sent habités par la métamorphose : nous faisant passer de l’état de chenille à celui de papillon, ils préparent l’envol des paupières qui lentement s’extirpent de leur chrysalide. Nos paupières, si lourdes parfois, engluées dans la torpeur d’un corps… Que soudainement la magie d’un film fait fondre comme du beurre, libérant l’iris de sa gelée captive. Voilà que poussent 24 cils par seconde, qui se déploient, avec au bout une trompe : palpant les couleurs, absorbant le nect... (lire la suite)

  • UNE PRIÈRE AVANT L’AUBE

    Jean Stéphane Sauvaire, cinéaste français New-yorkais d'adoption, avait il y a maintenant dix ans livré avec Johnny Mad Dog un film saisissant sur les enfants soldats en Afrique, tiré du roman de l'écrivain congolais Emmanuel Dongala. Il revient avec l'adaptation d'un autre livre choc, le récit autobiographique du boxeur anglais Billy Moore, racontant ses années de prison en Thaïlande, dont il a réussi à se sortir à peu près indemne grâce justement à la pratique et à la « philosophie » de la box... (lire la suite)

  • WOMAN AT WAR

    C'est le grand souffle d'air frais de notre été, un film épatant, vivifiant, impertinent qui nous transporte dans des paysages grandioses (bon sang que l'Islande est belle !), aux basques de personnages formidablement attachants, au fil d'un récit aussi malicieux que jubilatoire, qui nous entretient sans jamais se prendre au sérieux de la nécessité de la résistance subversive et du plaisir fou qu'on prend à la pratiquer. Effet euphorisant garanti ! Halla est grande. Elle est cette belle cinqu... (lire la suite)

  • ZAMA

    Dès le premier plan on est subjugué par la beauté poisseuse qui va habiter le film tout du long. On voit un homme dans un costume quelque peu fatigué indiquant qu'on est au xviiie siècle, au bord d'un fleuve tropical. L'homme semble pensif voire déprimé. Peu de temps après, on le découvre dissimulé derrière une dune, en train de reluquer de jeunes indiennes indigènes en train de se baigner nues, avant d'être repéré et traité de voyeur. Nous sommes en fait dans le Grand Chaco, au bord du fleuve P... (lire la suite)