MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-286.jpg, janv. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-285.jpg, déc. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER...

  • ALPHA, the right to kill

    En préambule, il nous semble important de préciser ici que lors de sa présentation dans divers festivals, ce film a pu être fortement critiqué par certains médias pour sa possible connivence et indulgence vis-à-vis de la politique pour le moins musclée pratiquée depuis son accès au pouvoir en 2016 par le président Rodrigo Duterte, qui a décidé de faire la guerre au trafic de drogue sans faire de détails et en piétinant sans scrupules les droits humains les plus fondamentaux. Quoi qu'il en soit, ... (lire la suite)

  • ASTRID

    Si les psychologues de 2019 avaient croisé le chemin de la jeune Astrid, ils auraient sans doute conseillé à ses parents, alors débordés par sa fougue et sa vivacité d'esprit, de lui faire passer un test pour mesurer le degré de sa précocité. Car cette Mademoiselle Ericsson, blonde comme les blés, pétillante et lumineuse comme un ciel étoilé, a bien des traits communs avec ce que l'on appelle aujourd'hui les HPI (Haut Potentiel Intellectuel) : une grande maturité d'esprit, un cerveau qui va vite... (lire la suite)

  • L'ART D'ACCOUCHER

    C’est l’un des actes les plus naturels qui soient et c’est pourtant aujourd’hui, dans nos sociétés, l’un des plus médicalisés. Dans la plupart des pays occidentalisés, la femme enceinte va durant neuf mois être l’objet de toutes les attentions, de toutes les auscultations. Chaque parcelle de son organisme, de sa peau à son sang en passant par ses muscles ou ses os, va être scrutée, suivie, sondée, examinée, analysée, comparée. Aujourd’hui, l’omniprésence de la médecine au cœur de ce temps si par... (lire la suite)

  • LOURDES

    Ne fuyez pas au prétexte que vous n’avez pas la foi ou que vous en avez marre des documentaires. Vous passeriez à côté d’un film magnifique qui a su emballer les plus anticléricaux et sceptiques d’entre nous. C’est avant tout une grande aventure humaine, qui raconte un besoin de tendresse et de consolation profondément ancré en chacun de nous. Lourdes commence par une caresse toujours renouvelée, celle de milliers de mains sur une roche polie par leurs doigts autant que par les ans. Des mains ... (lire la suite)

  • MOI, DANIEL BLAKE

    Ken Loach et son scénariste Paul Laverty, unis au sommet de leur art, nous offrent un film qui donne envie de ruer dans les brancards, invite à ne pas courber l'échine. Qui dresse un tableau à la fois terrible et magnifiquement humain du délabrement du modèle social anglais – mais on a tôt fait de comprendre que notre sort n'est pas tant éloigné de celui de nos voisins d'outre-Manche. Ils n'ont sans doute qu'une encablure d'avance. Après des mois d'enquête sur le terrain, le récit de Loach-Laver... (lire la suite)

  • SEULE À MON MARIAGE

    La réalisatrice Marta Bergman a fait ses classes dans le documentaire. Pour sa première fiction, elle pioche dans un terreau qu’elle affectionne, la communauté roumaine, ce qui confère à son film prenant, très vivant, un réalisme bienvenu qui ne fige pas les choses. On sent qu’il y a du vécu mais surtout du recul, une finesse d’analyse qui permet à ses personnages de sortir des clichés caricaturaux. On perçoit les logiques de chacun, quand bien même elles seraient à l’opposé des nôtres. De ce qu... (lire la suite)