MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

CINÉ-CONCERT LE VENDREDI 3 FÉVRIER À 20H30 AU ROYAL UTOPIA DE PONTOISE PRÉSENTÉ PAR

LA COMPAGNIE OH!OUI
Sur une idée de Frédéric Fleischer
Création musicale : Frédéric Fleischer (programmes, guitare et
Joachim Latarjet (trombone, guitare, basse)


Réservation : www.ville-pontoise.fr/saison-culturelle-2022-2023

LA NUIT DES MORTS VIVANTS

George A. ROMERO - USA 1969 1h36mn VOSTF - avec Duane Jones, Judith O’Dea, Marilyn Eastman, Karl Hardman...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA NUIT DES MORTS VIVANTSPour les amateurs, les vrais, une perle rare du fantastique en noir et blanc, une vraie : La Nuit des morts vivants, le premier, le seul, l’unique, signé George A. Romero, qui va revenir hanter les écrans blancs de vos nuits noires... Ce film-là est culte, et il y a de quoi ! Un de ces « midnight movies » qui ont tenu l’affiche des salles underground de New-York pendant plus de vingt ans ! Il n’a pas pris une ride, et si vous ne devez voir qu’un film dépouvante, n’hésitez pas une seconde, c’est celui-ci sinon rien. Pourtant pas d’effets spéciaux grandioses, un budget de trois euros six sous, des acteurs-copains quasiment amateurs, un tournage épisodique quand il y avait des fonds, des images en noir et blanc pour cause d’économie, ce n’était pas encore devenu une coquetterie de style.
Raconter le film ne vous servirait pas à grand-chose. Sachez seulement que cela débute comme une farce d’un frère facétieux à sa soeur un peu trouillarde, et que la blague vire au cauchemard... Les implications sont multiples, on peut y voir une parabole subversive sur l’Amérique d’en haut et celle d’en bas… On peut aussi se rassasier d’interprétations psychanalitiques à perte de vue... Mais on a le droit se contenter de sauter sur son fauteuil à chaque fois qu’une main de mort vivant agrippe la blonde soeurette, d’empoigner son voisin à chaque nouvel assaut... La légéreté de la production donna au réalisateur une liberté totale, ce qui nous vaut une fin des plus noires, sans concession. Cette absolue originalité fut payante, puisque le film remporta un énorme succès international : on dit qu’il remboursa plus de 1000 fois sa mise. Il reste parmi les grands films de référence du cinéma fantastique. Accrochez-vous à vos fauteuils, on commence :
« They are coming to take you, Barbara...! »