MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

HOURIA

Écrit et réalisé par Mounia MEDDOUR - France / Algérie 2022 1h38mn VOSTF - avec Lyna Khoudri, Rachida Brakni, Nadia Kaci, Amira Hilda Douaouda, Francis Nijim, Salim Kissari...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HOURIA« On s’est battues et pour quoi ? Finir femme de ménage ? ». Sonia, l’amie solaire d’Houria, veut quitter l’Algérie pour l’Espagne. Cette simple phrase porte toute la frustration d’une génération qui a grandi (ou qui est née) pendant la décennie noire. Houria s’inscrit dans la droite ligne de Papicha, César du meilleur premier film en 2020, en même temps que César du meilleur espoir féminin pour Lyna Khoudri. Mounia Meddour poursuit avec Houria l’auscultation de la société algérienne, et approfondit son récit de la condition féminine. Qu’y a-t-il après une guerre civile, après une révolte ? Quelles blessures reste-t-il à panser ? Mounia Meddour cartographie les souffrances internes, les cicatrices encore douloureuses et rend hommage, avec une belle énergie, à la jeunesse qui n’a jamais été aussi politiquement impliquée.

Femme de ménage le jour avec Sonia, façon soubrettes, dans un hôtel qu’elle ne pourra jamais s’offrir, Houria file la nuit venue dans les quartiers interlopes d’Alger et, jeans et sweat à capuche au ras des yeux, se transforme en parieuse acharnée, qui mise hardiment au milieu d’une foule bruyante, dans une ambiance testostéronée, sur des combats clandestins de béliers teigneux, affublés de doux patronymes bellicistes, tels Trump ou Poutine… Elle fait ainsi lentement mais sûrement grossir son petit bas de laine, viatique en prévision de son indépendance future et de la réalisation de ses rêves. Car Houria danse. Et pour elle il n’y a pas d’alternative, elle sera ballerine. Elle y travaille dur, y consacre tout son temps, toute son énergie. C’est toute sa vie. Un soir, elle rafle la mise, ce qui n’a pas l’heur de plaire au propriétaire du bélier défait. Il rattrape la jeune femme, la frappe violemment, récupère son argent et la laisse inanimée, désarticulée. À son réveil sur un lit d’hôpital, partiellement paralysée, la cheville fracturée, elle voit instantanément s’effacer ses rêves – et sa vie entière disparaître avec eux. « Je suis déjà morte », dit-elle. Elle sombre alors dans un profond mutisme, dont ni sa meilleure amie ni sa mère ne parviennent à la sortir.
En entamant sa rééducation, la jeune fille rejoint un groupe de femmes, elles aussi abîmées par la vie. En majorité handicapées ou mutiques, survivantes d’épreuves diverses mais toutes d’une rare violence, elles vont l’aider à accepter son nouveau corps et à retrouver le goût de vivre. Grâce à sa passion et à ces rencontres, la danseuse va progressivement se reconstruire et aborder la vie différemment…

Avec ce deuxième film plein de grâce et d’émotions, qu’elle qualifie elle-même de « cousin » de Papicha, Mounia Meddour écrit une nouvelle fois des personnages de femmes fortes et inspirantes en s’entourant d’actrices formidables. Pour incarner cette généreuse histoire de résillience, elle filme les corps en mouvements avec une beauté et un naturel magnifique, au croisement du réalisme et du symbolisme expressif. Lyna Khoudri interprète la jeune femme qui affronte les accidents de la vie avec une force impressionnante.

(merci à L. Enjolvy, fuckingcinephiles.blogspot.com)