MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

MON CRIME

Écrit et réalisé par François OZON - France 2023 1h42mn - avec Nadia Tereszkiewicz, Rebecca Marder, Isabelle Huppert, Fabrice Luchini, Dany Boon, André Dussolier… et toute une troupe d’actrices et d’acteurs épatants !... D’après la pièce de Georges Berr et Louis Verneuil, comédie en deux actes et sept tableaux de 1934.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MON CRIME« À vos filles, à vos mères, à vos épouses, à vos sœurs, je veux leur dire qu’à travers mon crime, j’ai défendu sans le vouloir notre cause à nous, celle des femmes !… Jamais je n’aurais pensé devoir tuer pour me défendre, jusqu’au jour où par malheur j’ai croisé un homme, qui a voulu abuser de moi, faire de moi son objet de plaisir. Alors oui, je suis une actrice, dépendante des regards, des désirs, du bon vouloir et du pouvoir des hommes, mais n’est-il pas possible en 1935 de mener sa carrière, sa vie de femme, sans contrainte, en toute liberté, en toute égalité ? » Madeleine, lors de son procès dans Mon crime

Ça vous a comme ça, au premier abord, des airs de comédie légère, un peu fofolle, un peu artificielle, un peu futile – un archétype de pièce de boulevard écrite au cordeau, bourrée de mots d’auteurs, de répliques qui font mouche, où comédiennes et comédiens cabotinent avec un plaisir communicatif pour donner corps à une succession de situations plus ou moins équivoques, nourries de dialogues à double sens…
Jeunes, belles et pétillantes, Pauline et Madeleine partagent au cœur de la capitale la même chambre de bonne dont elles peinent à payer le loyer, se désespérant de réussir, l’une comme avocate sans clients, l’autre comme comédienne sans rôle. De retour d’une énième audition avec un grand producteur parisien qui n’avait en définitive d’autre projet pour elle que d’en faire séance tenante sa maîtresse, apprenant de Pauline que leur propriétaire s’apprête à les faire jeter à la rue, Madeleine est sur le point d’abandonner ses ambitions théâtrales lorsqu’un inspecteur de police fait irruption dans l’appartement. Il leur révèle que le producteur avec qui Madeleine avait rendez-vous a été retrouvé assassiné, qu’on lui a dérobé son portefeuille – et que la jeune femme est bien évidemment la principale suspecte du crime. Madeleine proclame d’abord son innocence. Mais au début des années 30, les procès de meurtrières ont la cote, et les deux amies comprennent rapidement qu’elles tiennent là l’occasion inespérée d’enfin percer. Elles vont donc faire du procès une tribune pour que Madeleine, coupable de meurtre mais d’abord victime du lubrique producteur et de la société patriarcale, soit acquittée et voie sa carrière s’envoler…

Il ne manquerait à cette comédie trépidante et grinçante, révélatrice, comme on dit, des mœurs de son temps, que son lot de cocus pathétiques et d’amants placardisés pour qu’on se croie tout à fait revenus à la glorieuse époque de « Au théâtre ce soir », dont le film épouse malicieusement l’esthétique rétro. Or non. Ni cocus, ni amants, Mon crime est résolument un film de 2023, qui pervertit subrepticement le propos misogyne d’une comédie boulevardière au charme suranné. Dépoussiérée, revigorée, sans se départir d’un humour ravageur, François Ozon en fait un pamphlet narquois, qui résonne fortement avec la révolution sociale portée par les mouvements #metoo et #balancetonporc. La distribution est en tous points épatante. Les comédiennes s’en donnent à cœur joie dans un jeu de massacre jubilatoire – Isabelle Huppert, vive, impériale, époustouflante, s’y taillant la part de la lionne aux côtés de Nadia Tereszkiewicz et Rebecca Marder. Mais au fait, « son » crime… saura-t-on seulement, en fin de compte, si l’assassinat qui a opportunément lancé sa carrière d’actrice, a bien été perpétré par la donzelle qui le revendique ? Malin, espiègle, touchant, tout le plaisir du film repose sur cette délicieuse ambiguïté. Non que la réponse y soit nécessairement donnée, on vous recommande chaudement de rester profiter de l’épatant générique de fin, qui n’en finit pas, justement, de prolonger le jeu. Jouissif.