MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

LE PROCESSUS DE PAIX

Ilan KLIPPER - France 2023 1h32mn - avec Camille Chamoux, Damien Bonnard, Jeanne Balibar, Ariane Ascaride, Laurent Poitrenaux, Quentin Dolmaire... Scénario de Camille Chamoux et Ilan Klipper.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE PROCESSUS DE PAIXMarie est ce que l’on pourrait qualifier de bordélique. Très bordélique. Au contraire de Simon qui passe son temps à ranger derrière elle. Marie est enjouée, essaie de toujours voir le bon côté, d’apporter de la gaieté dans le quotidien, de faire plein d’activités avec les enfants. Simon, lui, bien que bon père et bonne pâte, a des phases noires où rien ne va et lors desquelles tout envoyer promener, rabrouer et grogner semblent être sa seule réponse. Il faut le supporter, cet ouragan Marie qui bouffe l’existence de Simon ! Il faut le supporter, le Simon qui garde son casque de moto de retour à la maison pour ne pas entendre Marie ! On l’aura compris, ces deux-là ne se supportent plus, semblent au bord de la rupture mais, paradoxalement, sont de toute évidence toujours amoureux.

Marie se confie à son amie de la radio (avec qui elle anime son émission féministe « le point G »), incarnée par une Jeanne Balibar superbe, dont les seuls conseils sont de se taper autant de jeunes collègues que possible pour rentrer à la maison le soir dans de bien meilleures dispositions. Simon, quant à lui, demande conseil à un pote enseignant de la fac qui pense avoir trouvé LA solution : réduire au strict minimum le temps passé avec son épouse a éliminé tous les points culminants de frictions et de tensions dans son couple.
Bref, comment fait-on lorsqu’on s’aime profondément mais qu’on ne peut plus s’encadrer, mais alors plus du tout, dans la vie de tous les jours, rythmée par la routine avec deux enfants en prime ?
Après la dispute de trop et surtout suite à la visite impromptue de la sœur de Simon accompagnée de son mari et de ses gosses insupportables, paroxysme du chaos, Marie et Simon décident d’établir une liste de règles qu’ils devront suivre coûte que coûte pour sauver leur couple. Ils l’appellent la charte Universelle des Droits du couple. Rédigée lors d’un repas quelque peu arrosé, on peut y retrouver des règles telles que : insultes et agressions physiques interdites, baiser beaucoup plus (beaucoup, beaucoup plus renchérit Marie), pas de petites remarques quand l’autre s’occupe des gosses ou encore admettre ses torts et savoir s’excuser.
On vous laisse découvrir si cette charte va être appliquée, si des améliorations vont être apportées, comment va se passer le week-end en famille chez la mère de Simon (incarnée par une Ariane Ascaride plus qu’en forme)…

On a l’impression de se voir vivre à l’écran, nous ou nos proches, dans ces bassesses du quotidien auxquelles on se laisse tous aller – notamment avec les personnes à qui on tient le plus. Ces petits travers qui nous faisaient tant aimer l’être cher au début de la relation et qui nous sortent par les yeux, les narines, tous les pores de notre peau après de longues années passées ensemble. Ilan Klipper – qui vient du documentaire – et Camille Chamoux, coscénariste et actrice principale, avouent s’être inspirés de leurs vies privées respectives et ont « beaucoup procédé par interviews mutuelles. Des interviews en longueur pour bien décrypter la manière dont se cristallise une engueulade entre deux personnes en couple. Car rien ne vaut le réel et ce travail de quasi-archiviste. Quand tu les racontes et les retranscris, des scènes qui ont pu te paraître dures à vivre et t’ont mise au pied du mur du pire du pire de l’incommunicabilité, apparaissent soudain cocasses. »
On vous laisse découvrir ce Processus de paix seule, seul, en couple, entre amis… et vous pourriez bien repartir avec quelques idées pas piquées des vers pour écrire votre propre charte des Droits universels du couple.