MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

Séance unique en avant-première le jeudi 30 novembre à 20h30 à Utopia Saint-Ouen suivie d'une rencontre avec le réalisateur Benoit Cohen, le comédien Nawid Elhad et les travailleurs sociaux en charge de l'accueil des migrants de l'association Espérer 95
Précédée d'une introduction en musique afghane
- avec le soutien de l'Association J'ACCUEILLE -
Prenons l'apéro dès 19h00 au Stella Café pour une séance de vente / dédicace des livres de Benoit Cohen (« Yellow Cab », «  Formidable ») en partenariat avec la librairie Lettre et Merveille de Pontoise.

MA FRANCE À MOI

Benoit COHEN - France 2023 1h31mn - avec Fanny Ardant, Nawid Elhad, Elisabeth Margoni, Suzy Bemba, Pierre Deladonchamps... Scénario de Benoit Cohen et Eléonore Pourriat, d’après le livre de Benoit Cohen Mohammad, ma mère et moi.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MA FRANCE À MOIEn cet automne 2023 et à l’heure de ces lignes, rarement le mot « fraternité » ne nous avait semblé aussi lointain, comme un horizon soudain devenu inaccessible, presque un vieux souvenir. Pas facile d’y croire encore… Et pourtant, après le très beau The Old oak de Ken Loach (à l’affiche quelques pages plus loin), qui remettra du baume au cœur du plus indécrottable des pessimistes, c’est une autre histoire de cœur et de bras ouverts que l’on vous invite à découvrir. Ma France à moi marque le retour derrière la caméra de Benoit Cohen (son premier film, Les Acteurs anonymes, c’était en octobre 2001) sur un projet qui lui tenait à cœur depuis de nombreuses années et c’est sans doute son film le plus intime puisqu’il est l’adaptation de son Mohammad, ma mère et moi. Alors que son livre se déclinait comme une chronique, dans un récit précis et presque journalistique autour de cette improbable rencontre, le film prend quant à lui un chemin de traverse, celui d’une fable, presque un conte de fées, porté par un magnifique cadre en cinémascope.

France vient de perdre son mari, son compagnon de route, et c’est un peu par ennui, un peu par solitude, un peu par hasard qu’elle pousse la porte de l’association « J’accueille », dont l’objet est de mettre en rapport des personnes qui ont une chambre à prêter et des réfugiés qui n’ont pas de toit. N’ayant que faire des mises en garde de son entourage l’invitant aux plus extrêmes précautions (un étranger, c’est bien connu, c’est dangereux) cette grande bourgeoise en habits chics va accueillir, dans son appartement des beaux quartiers, Reza, un jeune Afghan d’une vingtaine d’années qui a fui son pays. Prématurément usé et affaibli par une histoire lourde et une traversée éprouvante, le jeune homme va trouver chez France bien plus que la simple chaleur d’un foyer : une humanité fragile, maladroite, parfois totalement à côté de la plaque mais d’une généreuse sincérité.

Aussi intime que politique, Ma France à moi, qui est donc l’histoire vraie de la rencontre entre Marie-France Cohen et Mohammad Ewaz, a certes la saveur des histoires simples et belles qui finissent bien. D’aucuns pourront moquer cette vision idéaliste d’un sujet ô combien complexe et hautement inflammable. Et pourtant, le film nous incite aussi, dans l’intimité de nos cœurs, à nous poser cette question : « et moi, au-delà de mes belles convictions et de mon avis théorique sur la question, qu’est ce que je suis concrètement prête à faire ? ».