MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

VOYAGE AU PÔLE SUD

Écrit et réalisé par Luc JACQUET - documentaire France 2023 1h22mn - Pour les enfants à partir de 10 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

VOYAGE AU PÔLE SUD« Je voulais vraiment emmener les spectateurs dans un voyage qu’ils ne pourront probablement jamais faire, de la Patagonie au pôle Sud, pour essayer de leur faire comprendre pourquoi tous les veinards qui vont en Antarctique, et moi le premier, sont littéralement saisis par le désir permanent d’y retourner. Je voulais que les gens fassent ce voyage, surtout à une époque où nous nous posons tant de questions sur l’avenir de la planète et de l’humanité. Je ne voulais pas que ce soit un film de voyage, une sorte de documentaire touristique. C’est un voyage intérieur qui interpelle vraiment sur la beauté du monde, et qui laisse la place à ce que vous apporte le paysage quand vous voyagez. » Luc Jacquet

En 1991, Luc Jacquet partait pour sa première mission en Antarctique. Depuis cette découverte, il a passé pratiquement quatre ans de séjours cumulés dans cette partie du monde. Il y a tourné plusieurs films, dont un qui l’a rendu célèbre, lui a valu un Oscar du meilleur documentaire et a attiré des millions de spectateurs : La Marche de l’empereur (2005). Trente ans plus tard, il revient une fois encore là où tout a commencé pour lui et nous livre une magnifique invitation au voyage au cœur d’une nature sauvage et grandiose qui n’a jamais cessé de fasciner les hommes et d’attirer les plus grands explorateurs…

« Voilà Luc Jacquet une fois encore happé par le souffle inexprimable du Pôle Sud. Un continent d’où le cinéaste nous rapporte les images et le récit singulier de ses hôtes. Il y aurait quatre portes pour s’y rendre, que Jacquet a toutes empruntées : la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Afrique du Sud et celle qu’il préfère, la Patagonie. Avec son équipe de fortune, ils bourlinguent de la Terre de feu à la cordillère des Andes, jusque sur les eaux redoutées du Cap Horn. Et sur un lavis de blanc polaire, bientôt apparaissent la glace, les léopards de mer et les premiers manchots…

Les œuvres de Luc Jacquet (on citera en particulier La Glace et le ciel, 2015) sont autant des invitations baudelairiennes au voyage que des récits de sensibilisation. Voyage au pôle Sud prolonge et enrichit cette veine.
Pour – confie-t-il – sortir de la description documentaire et aller à l’essentiel, ce voyage se pare d’une sublime photographie en noir et blanc, laquelle capte la symétrie majestueuse du pôle… Un point de vue sur la nature, une démarche personnelle revendiquée, narrée par Luc Jacquet lui-même en voix off… Invoquant Magellan, le souvenir des grands circumnavigateurs, lisant Olivier Remaud (« Penser comme un iceberg »), le cinéaste nous immerge dans sa passion gargantuesque pour ce continent immaculé.
Au plus proche de la faune des glaces, Luc Jacquet s’émerveille de la tendresse des manchots, de la naissance d’un jeune léopard de mer, livre une ode à la grâce de ce « continent magnétique » (c’était le premier titre du film) en même temps qu’une prière aux hommes de tout faire pour le sauvegarder. (merci à cineman.ch)