MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

MAMBAR PIERRETTE

Rosine MBAKAM - Cameroun / Belgique 2023 1h33mn VOSTF - avec Pierrette Aboheu, Karelle Kenmogne, Cécile Tchana, Fabrice Ndjeuthat...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MAMBAR PIERRETTEDans son petit atelier de couture d’un quartier populaire de la ville de Douala, la capitale économique du Cameroun, Pierrette travaille sans relâche pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais entre une maison régulièrement inondée, son emploi qui lui rapporte une misère et la rentrée scolaire de son fils qui se profile à l’horizon, la mère courageuse doit se débattre à tout instant, pour ne pas sombrer. Chaque minute recèle son lot de catastrophes banales, mais, à l’échelle de Pierrette, vertigineuses !
La machine à coudre se grippe et fait perdre plusieurs heures de travail. Une agression nocturne la déleste de son argent. Une pluie torrentielle inonde les fournitures scolaires et les robes des clientes. Tout déborde, dans une existence où il faut – au sens propre – écoper tous les jours les problèmes de la veille, et composer avec la communauté : autour de Pierrette gravitent des enfants vivant quasiment dans la rue, des clientes-confidentes, des voisins, confrontés eux aussi à la débrouille et aux petits boulots. Microcosme opiniâtre où chacun négocie le moindre achat, et malgré la solidarité indispensable pour vivre et survivre, lutte d’abord pour soi-même.
Dans Mambar Pierrette, la patte documentaire nourrit la fiction, capturant minutieusement des détails, des gestes sans cesse recommencés, des efforts infinis et dérisoires, seuls remparts contre l’effondrement qui menace non seulement Pierrette, mais aussi une capitale économique où plane le passé colonial, la peur de l’avenir et une forme d’angoisse. En grande partie grâce à une héroïne au désarroi laconique, toujours en mouvement, prête à saisir la moindre étincelle d’insouciance, le film offre un portrait juste et sans misérabilisme d’une population camerounaise valeureuse et discrète, n’abandonnant jamais. (d’après H. Marzoff, Télérama)