MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

UNE FAMILLE

Christine ANGOT - documentaire France 2023 1h21mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNE FAMILLE« Romancière médiatique, elle nous surprend à peine en devenant réalisatrice pour se filmer et reprendre le fil de son histoire personnelle, marquée par son père incestueux et développée dans plusieurs de ses livres. Devant une caméra, Christine Angot semble toujours à sa place. Une famille se révèle pourtant un documentaire saisissant, essentiel. Et le choix de ce langage de l’image, provoque un choc inédit.
La preuve en est faite d’emblée, avec une séquence tournée à Strasbourg, chez celle qui fut l’épouse du père, mort en 1999. Christine Angot entre de force, en vient presque aux mains avec cette dame bourgeoise qui fait tout pour ne pas perdre ses bonnes manières mais ne veut vraiment pas de la caméra ni de la petite équipe technique. Ses objections sont balayées. « J’ai besoin de me sentir soutenue par des gens qui sont de mon côté ! » crie Angot. Le cinéma est la première réponse à la demande qu’elle va exprimer tout au long de ce film : sortir de sa solitude. Ne plus être isolée avec ce qu’elle a vécu.

Un lien frappant s’établit spontanément entre cette femme qui veut qu’on en revienne à la réalité des faits, les viols que son père lui a fait subir à partir de l’âge de 13 ans, et la pratique du documentaire, qu’on appelle aussi cinéma vérité ou cinéma brut. L’exigence de vérité est inscrite en Christine Angot tout autant que la brutalité, dont elle n’a pas peur de faire usage verbalement, ce qui lui a été reproché. Une famille est donc un film qui ressemble intensément à ce que l’on sait d’elle et, justement, de son intensité. Ce n’est pas un film où elle se montre, mais où elle se donne entièrement, avec sa force et sa fragilité. Dans l’appartement bourgeois et strasbourgeois, il lui faut rapidement s’asseoir, elle ne tient plus sur ses jambes. Accusée par la femme de son père de faire preuve de violence, elle répond : « Si tu sentais mon cœur, le rythme auquel il bat, tu comprendrais la violence que tu exerces sur moi. »
L’implication que l’on voit à l’écran nous précipite en plein dans le sujet qui ne cesse d’être discuté : l’implication des proches, qui se sont défilés, qui n’ont pas pu faire face à la réalité de l’inceste ou qui ont voulu l’ignorer. Il est encore temps d’être là, leur dit en quelque sorte Angot, en plaçant devant sa caméra sa belle-mère, sa mère, son ex-mari. À leur tour de faire l’expérience de l’épreuve de vérité que permet le cinéma. Le film devient alors un révélateur puissant. Non pas de ce qui a été tu jusque-là, mais du silence qui perdure et a enfermé la romancière dans sa solitude. Car, malgré des concessions, des mots de compréhension, et même malgré les larmes qui viennent à la mère, pleines d’amour, ce que le père a fait à sa fille semble rester dans une autre réalité, indicible.

Une réflexion sur le tabou du viol parcourt ce documentaire qui n’est pourtant jamais un essai. Il relève plutôt du journal intime, notamment parce qu’il est tissé d’extraits de vidéos familiales montrant la petite Léonore filmée, en 1993, par sa maman Christine, souvent avec son papa. Un trouble volontaire surgit de cette vision du passé, qui semble parfois évoquer non pas l’enfance de la fille, mais celle de la mère. Comme si la hantise de l’inceste n’avait jamais disparu, ce que suggère ce moment terrible où, accompagnant des images de Léonore sur un manège, la voix de Christine Angot évoque un rêve où elle castre le père violeur. Mais c’est bien de Léonore, aujourd’hui adulte, que viendra, sans ambiguïté, un réconfort. Avec sa caméra et son équipe, la réalisatrice écrivaine passe des douloureux retours en arrière à une réparation possible. Avec le cinéma, elle ouvre un admirable chemin de vie. » (Frédéric Strauss, Télérama)