MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

RIDDLE OF FIRE

(conte de feu) Écrit et réalisé par Weston RAZOOLI - USA 2023 1h53mn VOSTF - avec Lio Tipton, Charles Halford, Skyler Peters, Phoebe Ferro, Lorelei Olivia Mote, Charlie Stover, Andrea Browne, Rachel Browne... Pour les enfants à partir de 12 ans. Film épatant pour tous publics.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RIDDLE OF FIREYoupi ! c’est le printemps et, pour fêter ça, on vous propose un film absolument jubilatoire qui peut rassembler et emballer toutes les générations à partir de douze ans. Riddle of fire, pépite venue du Midwest profond, c’est un strike ! Le croisement improbable autant que réjouissant entre Le Club des cinq, Les Aventures de Tom Sawyer et Stand by me, pour ne citer que le plus beau de ces films américains des années 1980 qui offraient aux ados et pré-ados du rêve et de l’aventure sans les prendre pour des andouilles. Le tout mixé avec un peu de néo-western, d’imaginaire fantasy néo-médiéval, et une pincée de la folie d’un Michel Gondry (on ne manque jamais une occasion de le répéter : on est fan de Microbe et gasoil !).

Nous sommes au fin fond des confins montagneux et forestiers de l’Utah et du Wyoming et, malgré le temps magnifique qui illumine les pinèdes et les lacs du coin, trois gamins d’une dizaine d’années n’ont qu’une envie : tester leur nouvelle console et le jeu cultissime d’heroic fantasy qui va avec. Mais, au moment où l’impatience est à son comble… patatras ! Ils se rendent compte que le code a été modifié par leur mère, alitée, qui en a marre – comme toutes les mères du monde – de voir ses gamins scotchés devant un écran alors que dehors le soleil est doux et le vent itou. Après moult tractations, un marché est passé : les mômes doivent rapporter une tarte aux myrtilles (qui hâtera sa convalescence : maman est gourmande), en échange de quoi elle leur révélera le code. Qu’à cela ne tienne, ils enfourchent leur mini-moto cross, s’arment de leurs fusils de paintball (les pistes de l’Utah ne sont jamais sûres) et – hardi petit ! –- foncent à la boulangerie. Mais sacrebleu, la boulangère est malade ! Nos aventuriers en culottes courtes doivent donc préparer la tarte eux-mêmes avec la recette secrète qu’elle a accepté de leur confier, une recette qui impose d’utiliser des œufs tachetés. Dont la dernière boite a été achetée au drugstore par un cowboy peu accommodant qui semble faire partie d’une inquiétante secte… C’est le point de départ d’une aventure immense et pleine de dangers.

Le résumé de l’intrigue vous laisse dubitatif ? Pas grave ! Laissez-vous porter par l’énergie, la poésie et le sens de l’absurde de cette réjouissante comédie d’aventures à la mise en scène ludique et pleine de suspense, qui est au passage un hommage joyeux à la liberté et à la malicieuse intelligence des gamins de familles plus ou moins dysfonctionnelles.
Au-delà du scénario rocambolesque convoquant comme on l’a déjà dit plusieurs genres, au-delà du jeu excellent des jeunes acteurs qui doivent faire face à une géniale méchante gourou, il faut souligner l’inventivité et la beauté des images, merveilleusement rehaussées par l’utilisation rare du 16 mm qui donne ce grain unique, très années 80, et permet de retrouver les inoubliables « couleurs Kodak » de jadis. Weston Razooli compare d’ailleurs (à juste titre) le 16 mm à la peinture à l’huile – qu’il oppose à la peinture acrylique du numérique… Le tout généreusement nappé d’une musique « dungeon synth », sorte de metal électronique inspiré par les jeux de rôle médiévaux fantastiques, qui donne son côté envoûtant et parfois inquiétant aux aventures de nos héros en herbe. Jeunes de tous les âges, accourez, c’est un régal !